jeudi 26 avril 2012

Infiltré 21 mois chez les islamistes








J. La. (La Libre Belgique)

Il y avait une taupe au CIB: cet homme au mystérieux masque était un policier.
Ce sont des méthodes sophistiquées, où le facteur humain se combine avec les technologies, qui ont été utilisées dans l’enquête qui a permis le démantèlement d’une cellule d’Al-Qaïda à Bruxelles jugée devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Pendant 21 mois, un policier infiltrant s’est mis dans la peau d’un candidat au Jihad pour gagner la confiance des prévenus et mettre au jour les projets de la cellule. Les premiers contacts datent de mai 2008. Grâce à un stratagème, l’homme n’a jamais dû montrer son visage. Il s’est présenté comme un ancien militaire français, qui, grièvement brûlé au visage, a dû quitter l’armée. Ses brûlures imposaient le port d’un masque. Avantage : il était méconnaissable.


Il s’est présenté comme une personne mal dans sa peau, en recherche, de confession catholique, mais déçu et avide de découvrir l’islam. Soit le profil recherché par les prêcheurs et recruteurs du Centre islamique de Bruxelles (CIB) qui pouvaient ainsi imprimer un discours radical sur un terrain vierge. A l’hiver 2008, l’agent infiltrant a proposé d’organiser une marche d’orientation aux membres du CIB. Un des prévenus, qui a passé 15 mois aux Chasseurs ardennais, a voulu la compléter par des cours de camouflage. Lors de son infiltration, le policier a filmé les prêches enflammés d’Olivier Dassy, le prêcheur passé par l’armée.


Grâce à l’infiltration, les enquêteurs ont pu obtenir les numéros de GSM utilisés par plusieurs prévenus. Ce qui a permis de lancer de nouvelles écoutes téléphoniques. Au fil des mois, l’infiltrant s’est montré de plus en plus chaud pour aller au combat. Mais on lui a rétorqué qu’il ne fallait pas brûler les étapes : d’abord suivre des cours de religion, d’arabe en Syrie ; ce qui permettrait de le radicaliser et de le couper davantage de son milieu.


En février 2010, cela a commencé à sentir le roussi. Les membres du CIB étaient persuadés qu’il y avait une taupe parmi eux. Un SMS entre deux prévenus intercepté par la police indiquait qu’il fallait se méfier de "l’homme au masque". La police a compris le message : il a été mis fin à l’infiltration.


Les ordinateurs ont été ratissés : quasi jour par jour, les enquêteurs ont pu retracer les parcours sur Internet des principaux prévenus, très friands de sites extrémistes d’Al-Qaïda.


D’autres techniques spéciales ont été utilisées. Méfiants, les prévenus n’utilisaient que peu le téléphone pour les communications compromettantes. Le principal prévenu, Ali Tabich, préférait la confidentialité de sa voiture pour discuter au calme. Pas de chance pour lui, les enquêteurs l’avaient découvert et avaient installé un micro dans sa Mercedes. Et, là aussi, la moisson a été bonne. Ils ont pu enregistrer des conversations particulièrement éclairantes sur le fonctionnement du réseau.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY


NI ANGELISME NI DIABOLISATION.


L'islam devient redoutable quand, devenu sectaire, il cesse d'être un acte de foi individuel pour devenir déviant et dominateur. Il se transforme en islamisme communautariste qu'il convient de combattre.


Islamophobie?


Baliverne, l'islamisme est le pire ennemi de l'islam, comme le national-socialisme est celui du socialisme, le gauchisme de la gauche etc.

Aucun commentaire: