jeudi 19 avril 2012

Islamisme: Suites du « Question à la une » sur l’intégrisme







La diffusion, mercredi dernier de l’émission « Questions à la Une » (RTBF) consacrée à l’intégrisme musulman a suscité de nombreuses réactions mettant en cause ce reportage qui mettait en évidence un prêche extrémiste tenu le 9 mars dans la mosquée Al Amal d’Anderlecht. Le prédicateur, Iliass Azouaj, s’exprimait notamment sur la journée de la Femme en ces termes : « On ne trouve que des ignares pour respecter cette fête, ou bien des hommes politiques partisans qui veulent désorienter les gens de la voie divine. Craignez Dieu ! Il faut suivre la Sunnah. Il faut fuir les cultures innovatrices, qui ne font pas partie de l’Islam ». De nombreux musulmans se sont exprimés sur les réseaux sociaux et dans des courriels adressés à la RTBF pour imputer un « caractère islamophobe » à cette émission. Une demande d’autorisation de manifester jeudi à 18 h 30 devant les grilles de la RTBF avait été accueillie avec bienveillance par la commune de Schaerbeek. En riposte, le Parti Populaire et le mouvement d’extrême-droite Nation avaient appelé à une contre-manifestation. Hier, le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a décidé de ne pas autoriser ces manifestations en raison des risques de troubles de l’ordre public. L’organisateur initial de la manif de dénonciation de la RTBF n’est autre que Souhail Chichah, cet enseignant de l’ULB qui avait troublé le 7 février la conférence de la journaliste Caroline Fourest.

La régionale bruxelloise d’Ecolo, dirigée par Sarah Turine, est également montée au créneau contre ce reportage, dû à Frédéric Deborsu. L’un de ses conseillers communaux anderlechtois, Mohamed El Manti, qui avait assisté au prêche litigieux avait été interrogé par Frédéric Deborsu un mois plus tard. Le montage faisait croire qu’il intervenait à la sortie de ce prêche.

Mohamed El Manti affirme qu’au lendemain du prêche du 9 mars, il s’était ouvert des propos diffusés par le prédicateur Azouaj auprès du « Comité de la mosquée ». « Tout le monde était d’accord, tout le monde était choqué, mais le Comité ne nous a pas suivis. Ce prédicateur a fait du tort à tout le monde ». Dans la séquence diffusée par la RTBF, M. El Manti ne faisait pas état de cette démarche de la communauté musulmane d’Anderlecht, soulignant de manière générale que les prêches célébraient le respect entre les religions.

« Fils de Léon Degrelle »

Il aura donc fallu la diffusion de l’émission contestée aujourd’hui pour que le prédicateur extrémiste soit remercié, contre l’avis du Conseil de la mosquée. El Manti précise qu’une « pétition circule à Anderlecht » pour exiger la démission de ce comité.

A la RTBF, où de nombreuses plaintes ont été reçues, on estime que Deborsu a réalisé un « travail journalistique irréprochable ». Sur Facebook, le journaliste a été victime ce week-end d’une campagne dénigrante l’assimilant au « fils de Léon Degrelle ». Ce groupe a été supprimé. METDEPENNINGEN,MARC, Le Soir.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LES FOUTEURS DE MERDE S'EN DONNENT A COEUR JOIE

Tempête dans un verre d'eau? Pas vraiment!

Mais pas de quoi en faire un fromage.

Qu'il y ait du pot au pot dans les mosquées chacun le sait. Il n'était pas inutile d'en faire la démonstration et aussi de celle du double langage de certain(e)s élu(e)s. Un peu de transparence ne saurait nuire à personne.

Goebels? Rex? Chichah?  Valse des noms! On retiendra le magnifique plaidoyer de Richard Miller repris ici et le savoir faire de l'équipe de la RTBF.

Philippe Moureaux a eu tort de faire le mariolle sur une radio maghrebine. Mais ça lui fera quelques voix de préférence en plus. Qu'on lui pardonne ce sera la dernière fois. Il nous manquera Moureaux, comme Papa Derdenne nous manque déjà.

Qui sait peut-être que le "de Funès" de l'Elysée, lui aussi, nous manquera.



Aucun commentaire: