lundi 9 avril 2012

Le pape condamne les "discriminations et persécutions"




"Que soit entrepris sans délai le chemin du respect."
Benoît XVI a condamné dimanche, à l'occasion de Pâques, "les discriminations et persécutions des communautés chrétiennes" du Moyen-Orient à l'Afrique, demandant partout la stabilité et le rejet du terrorisme sanglant ainsi que la fin des combats en Syrie.
"Le Christ est espérance et réconfort particulièrement pour les communautés chrétiennes qui sont les plus éprouvées par des discriminations et des persécutions à cause de leur foi", a déclaré le pape depuis la loggia de la basilique Saint-Pierre, dans son message "Urbi et Orbi". Il faisait référence aux violences et menaces islamistes contre les minorités chrétiennes, notamment au Nigéria et au Moyen-Orient où est né le christianisme.

"Puisse le Christ ressuscité donner espérance au Moyen-Orient, afin que toutes les composantes ethniques, culturelles et religieuses collaborent pour le bien commun et le respect des droits humains", a-t-il souligné.

Benoît XVI a supplié que "cesse l'effusion de sang" en Syrie, où une révolte populaire, durement réprimée par le pouvoir, s'est élargie en un conflit civil avec des dizaines de morts chaque jour.

"Qu'y cesse l'effusion de sang et que soit entrepris sans délai le chemin du respect, du dialogue et de la réconciliation, comme le souhaite la communauté internationale", a dit Benoît XVI, au moment où l'aboutissement du plan Annan de l'ONU paraît de plus en plus incertain.

"Que les nombreux réfugiés, provenant de ce pays et ayant besoin d'aide humanitaire, trouvent accueil et solidarité", a encore demandé le pape, alors qu'il doit se rendre du 14 au 16 septembre au Liban.

Il a "encouragé le peuple irakien à ne ménager aucun effort pour avancer sur le chemin de la stabilité" et renouvelé son appel pour qu'"Israéliens et Palestiniens reprennent avec courage le processus de paix".

Au Mali, où le nord est tombé aux mains de rebelles et d'islamistes, le pape a demandé au "Christ d'accorder à ce pays, qui traverse un délicat moment politique, la paix et la stabilité".

Au Nigeria "qui a été le théâtre d'attaques terroristes sanglantes", il a souhaité "les énergies nécessaires pour recommencer à construire une société pacifique et respectueuse de la liberté religieuse de ses citoyens", a-t-il dit.

Près d'une église à Kaduna (nord), un attentat à la bombe a encore fait dimanche au moins 20 morts, après toute une série d'autres attentats contre des églises au cours des derniers mois.

En Afrique en général, les communautés chrétiennes doivent devenir toujours plus "promotrices de paix et artisanes du développement", a recommandé le chef de l'Eglise catholique.

Il a cité "les populations de la Corne de l'Afrique en proie à la souffrance" dont la "réconciliation" doit être "favorisée", et demandé "la force du pardon "pour la région des Grands Lacs, le Soudan et le Sud-Soudan".
Source AFP


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PAPE BLING BLING

De tous les papes qui se sont succédé sur le trône du Vatican en une longue vie d'homme, le pape post-conciliaire allemand est le plus traditionaliste et "orné" d'or et de pompe impériale. Il ne lui manque que la triple tiare en 18 carats.
Qu'il condamne les "les discriminations et persécutions des communautés chrétiennes", qu'il demande le "rejet du terrorisme sanglant ainsi que la fin des combats en Syrie." c'est , ma foi chose normale et banale. Qu'il le fasse dans un luxe de dentelles, de broderies précieuses et d'ors a franchement de quoi nous choquer. Qu'il se mouille, ce vieillard pompeux. Qu'il se rende illico dans les camps de réfugiés, dans les rues de Damas, qu'il aille prier dans les églises coptes et dans les paroisses où le christianisme est menacé, bafoué. Qu'a-t-il à perdre, il a fait son temps sur terre et laisse une oeuvre de théologien considérable. Qu'il dépose sa bague énorme et ses croix en or, ses soutanes brodées au mont de piété et qu'il imite enfin celui dont il prêche la parole sans la respecter.
"Que soit entrepris sans délai le chemin du respect..." à commencer par le respect des écritures qui prônent l'inverse de ce qu'il montre de lui.
"Que cesse l'effusion de sang et que soit entrepris sans délai le chemin du respect, du dialogue et de la réconciliation, comme le souhaite la communauté internationale."

Sur ce dernier point on ne saurait s'inscrire en faux, évidemment.

MG

Aucun commentaire: