samedi 7 avril 2012

Mali : la chute des dominos du désert


COLETTE BRAECKMAN

La révolte des Touaregs prend ses racines dans l'histoire : les « seigneurs du désert » se sont toujours opposés à la domination coloniale et, lors de l'accession des pays du Sahel à l'indépendance, les vastes régions du nord du Mali, du Niger et du Tchad revendiquèrent leur droit à l'autonomie, sinon à l'autodétermination. Par la suite, frappés par la sécheresse des années 70, les nomades ne se contentèrent pas de dénoncer la relative indifférence de leurs capitales respectives, ils furent forcés d'émigrer vers les villes du Sud mais aussi vers la Libye où le colonel Kadhafi recruta nombre d'entre eux dans sa « légion islamique ». Durant des décennies, les Touaregs furent à la fois otages et acteurs des rivalités ou de la complicité entre Paris et Tripoli. L'équilibre de ces relations fut un élément de la « gestion » de ces nomades qui ignoraient les frontières tracées par la colonisation et pratiquaient des allégeances fluctuantes. Jusqu'au début des années 2000, lorsque deux éléments neufs apparaissent, peut-être liés : la découverte d'importantes ressources naturelles (uranium, pétrole, gaz) dans des régions jouxtant le Mali, le Niger, la Mauritanie ; et l'apparition d'un islam « djihadiste », se réclamant d'Al-Qaïda, radicalisant l'irrédentisme traditionnel. En 2011, l'intervention militaire franco-britannique en Libye, suivie
par les bombardements de l'Otan et la chute du colonel Kadhafi, protecteur et modérateur des Touaregs, a bouleversé la donne. Non seulement des milliers de travailleurs noirs ont fui la Libye dans des circonstances dramatiques, leur retour accentuant la crise dans leur pays d'origine, mais les combattants touaregs se sont retrouvés dotés d'orgues de Staline, de missiles sol-air, de stocks d'armes modernes bien supérieures aux moyens des armées locales.

Autrement dit, la disparition de Kadhafi a bouleversé l'équilibre politique, économique mais aussi militaire de toute la sous-région et a provoqué des réactions en chaîne, dont le Mali n'est que la première explosion.

Les stratèges en chambre qui plaidèrent non seulement pour la protection des insurgés de Benghazi, mais pour un changement de régime à Tripoli ont-ils pris en compte la théorie des dominos et le risque de transformer l'immense et incontrôlable Sahel en zone de non-droit en face du flanc sud de l'Europe ?

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

HONNI SOIT QUI MALI PENSE

Et malin soit qui devinera les conséquences imprévisibles de ce charivari. Comme toujours, l’analyse de Colette Braeckman qui dénonce les apprentis sorciers est lumineuse et prémonitoire. Les internautes, d’humeur sarcastique le sont beaucoup moins. Voyez plutôt. On retiendra que l’islamisme est partout à la manœuvre, en Orient comme en Occident. Il y a vraiment de bonnes raisons de s’inquiéter et de réagir très fermement au niveau européen.

« Ne faudrait-il pas aussi demander des comptes à nos parlementaires qui ont voté quasiment comme un seul homme (une seule femme) l'intervention militaire en Libye et les bombardements de ce pays. Nos responsables politiques, Leterme, Vanackere, De Crem sont invisibles depuis plusieurs mois sur ce sujet. Pourtant la lecture de la presse généraliste est assez significative : affrontements entre tribus: 18 morts, ailleurs 175 morts en 2 semaines, partition probable de l'est du pays, tortures et exécution de responsables du régime ancien, disparition, mauvais traitements et exode de centaines de milliers d'africains , décès de 50 à 70.000 personnes,. conséquences de ces interventions couplées aujourd'hui avec la déstabilisation de plusieurs états déjà étranglés par la misère....Bravo Sarkozy, Juppé, BHV nos autres apprentis sorciers.... »

« On aurait aimé lire ce type d’analyse au moment de l'invasion de la Libye... »

« Ce qui se passe dans cette région de l'Afrique est la conséquence d'une politique qui a débuté avec l'invasion de la Libye. Une politique imaginée par BHL et appliquée par Sarkozy, un pompier pyromane... »

« Sarkozy fout le bordel en Afrique du Nord par Tripoli, se prenant pour un cowboy texan (son mythe) Pourra-t-il encore, ce même Sarkozy, prétendre n'être pour rien dans la ruine du monde et le désespoir des peuples?

« Tiens tiens il semblerait que le Soir commence à bruler les idoles qu'il a encenser il y a moins d'un an. Traiter Bernard Henri Botul (pardon Lévy) de stratège en chambre vous valait l'exclusion des forums du Soir l'année dernière. »


Aucun commentaire: