jeudi 31 mai 2012

Le CD&V veut des explications de Flahaut


Belga

Dans ce rapport, M. Flahaut affirmait notamment que "tout l'appareil de l'Etat est flamandisé.

Le président de la Chambre, André Flahaut (PS), doit s'expliquer et, le cas échéant, présenter des excuses après les propos qu'il a tenus aux deux députés français auteurs d'un rapport sur la situation en Belgique, a demandé le chef de groupe CD&V de l'assemblée, Raf Terwingen. "Ses déclarations sont inappropriées et ne sont pas correctes. Nous estimons qu'il doit s'expliquer et, le cas échéant, présenter ses excuses", a-t-il déclaré sur les ondes de la VRT.

Dans ce rapport, M. Flahaut affirme notamment que "tout l'appareil de l'Etat est flamandisé, ce qui est le résultat d'une stratégie concertée de mise en oeuvre sous l'égide d'un parti dominant". Il qualifie aussi de "déni de démocratie" la non-nomination de trois bourgmestres de la périphérie bruxelloise.

Le président de la N-VA, Bart De Wever, s'est lui aussi indigné de ces propos. A ses yeux, le bureau de la Chambre doit se poser la question du maintien de M. Flahaut au perchoir de l'assemblée.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PAS TRES MALIN OU CARREMENT MACHIAVELIQUE?

A quel jeu joue Flahaut?

On imagine difficilement qu'il ait agi sans concertation. Cela aggraverait son cas. Les socialistes francophones sont-ils en train de tirer dans les pattes de Di Rupo? Avec ou sans son consentement?

C'est une vraie question. Y a-t-il eu des contacts avec Hollande en vue d'un plan B?

On ne voit pas comment le président de la chambre survivrait à cette crise. La question est de savoir si le gouvernement Di Rupo est menacé lui aussi. Nous le pensons.

Si ce gouvernement devait tomber sous la pression du bulldozer N-VA, nous irions droit aux élections et au raz de marée N-VA en Flandre. Ce serait la fin du royaume à assez court terme.

On n'en est pas là. Mais l'hypothèse doit être retenue.

Le noeud du problème: continuer ou pas à vivre ensemble!

DE WEVER EIST ONTSLAG VAN FLAHAUT




Door: Kristof Windels en Martin Buxant De Morgen

Bart De Wever vraagt zich af of André Flahaut (PS) wel Kamervoorzitter kan blijven. Zijn bijdrage aan het Franse rapport over ons land vindt de N-VA-voorzitter 'pure FDF-praat'. Ook Di Rupo verwijt hij beïnvloeding van de Franse parlementsleden.

De PS bezingt de liefde voor België, maar achter de rug van de Vlamingen zeggen ze tegen de Franse buur dat hun partner een fascist en egoïst is
De Wever heeft "geen probleem" met het verslag, maar tilt naar eigen zeggen wel zwaar aan de discussie die in het Franse parlement werd gevoerd. De Franse parlementsleden hadden over de Vlaamse "fascistische taalpolitiek". De N-VA werd tijdens het debat een fascistische partij genoemd. Volgens De Wever zijn dat soort uitspraken ingelepeld door "mensen zoals Jean Qautremer", verslaggever voor de Franse krant Libération, die De Wever "nog nooit op enig goed begrip heeft betrapt". Maar vooral, door kopstukken van de Waalse PS, volgens de N-VA-voorzitter.

"Di Rupo komt over de vloer bij Hollande en biedt ons land bijna aan de Fransen als extra departement", zegt De Wever. "Niet moeilijk dat die mensen zijn mening dan volgen." Dat André Flahaut liet optekenen dat het hele staatsapparaat is vervlaamst door de dominante Vlamingen, maakt van de Kamervoorzitter een schietschijf voor De Wever. De niet-benoeming van de burgemeesters in de Rand noemde Flahaut een "ontkenning van de democratie" en hij wees de rapporteurs erop dat Vlaanderen het befaamde Minderhedenverdrag nog steeds niet heeft goedgekeurd.

"Pure FDF-praat", noemt De Wever het, om zich vervolgens vooral niet in te houden. "Als het dat is wat Flahaut denkt, dat hij het dan in ons gezicht zegt. De PS zegt dat ze het land willen verenigen, dat ze van het land houden, om vervolgens de Vlamingen egoïsten te noemen. Als ze dat van de Vlaming vinden, zouden ze net vragende partij moeten zijn voor een scheiding. Tenzij ze samen willen blijven voor de centen, wat ik al lang vermoed. De PS bezingt de liefde voor het Belgisch huwelijk, maar achter de rug van de Vlamingen zeggen ze tegen de Franse buur dat hun partner een fascist, racist en egoïst is." De Wever vraagt of "zo iemand wel Kamervoorzitter kan zijn. Ik denk dat het bureau van de Kamer nu wel zijn positie in vraag mag stellen."

MUCH ADO...

Premier Di Rupo (PS) wil niet reageren op de beschuldigingen. Flahaut vindt de heisa rond het rapport "much ado about nothing". "Dit is geen OESO- of VN-rapport", zegt hij. Hij verduidelijkt nog zijn uitspraken over het onevenwicht in het staatsapparaat. "Ik heb dat gezegd in een bepaalde context, toen we zonder regering én in volle crisis zaten. Er was een parlementaire commissie over taalonevenwicht in het leger, artikels over taalonevenwicht tussen de managers van de overheidsdiensten. Sindsdien hebben we veel gewerkt, en proberen we oplossingen voor te stellen".

Ook Vlaams minister-president Kris Peeters (CD&V) veroordeelde gisteren het "onvolledige en eenzijdige" rapport. De uitspraken van Flahaut noemt hij "ongenuanceerd". Hij vindt dat de Kamervoorzitter zich moet verantwoorden. Vandaag zal hij vragen krijgen in het federaal parlement, meent Peeters. Alleen wist Raf Terwingen, CD&V-fractievoorzitter, gisteravond nog niet of dat wel kan.

Jean-Paul Kucheida, een van de twee Franse parlementsleden die het rapport opstelden, is dinsdagavond laat uit de PS gegooid. De partij wilde hem niet voordragen als kandidaat in Pas-de-Calais voor de Franse parlementsverkiezingen wegens vermoedens van corruptie. Daarop besliste Kucheida met een dissidente lijst naar de kiezer te trekken













mercredi 30 mai 2012

Frans parlementair rapport: "N-VA is fascistisch"


Door: Martin Buxant − De Morgen

Een Frans rapport over ons land schept een ontluisterend beeld, vooral van Vlaanderen en de N-VA.

Twee Franse parlementsleden interviewden in de loop van vorige zomer en in januari van dit jaar tientallen Belgische politici, journalisten, experts en professoren. Hun doel: in opdracht van de commissie Buitenlandse Zaken in Frankrijk een juist beeld krijgen van de politieke toestand bij hun noorderburen. Het samenvattende rapport dat vorige maand gepubliceerd werd, is bij wijlen erg hard, vooral voor Vlaanderen. Ook de N-VA van Bart De Wever moet het meer dan eens ontgelden.

Zo omschrijft baron Paul Buysse De Wever volgens de Franse auteurs als "een seperatist met een S zo groot als de Eiffeltoren" en stelt oud-minister André Flahaut dat "de nationale mechanismen vervalst zijn ten voordele van Vlaanderen". De meest radicale visie op België kregen de Fransen naar eigen zeggen ook van De Wever zelf. Die noemt België "twee verschillende landen met twee verschillende democratieën" en kortweg "een totale mislukking".

Toch is het rapport nog te lief voor Bart De Wever, viel er tijdens het debat over het bewuste rapport in het Franse parlement op te tekenen. De reden daarvoor: "Een deel van de N-VA is de facto fascistisch", concludeert een PS-parlementslid. Een partijgenoot geeft haar gelijk. "We moeten signaleren dat de houding van de Vlamingen soms onaanvaardbaar is, in Vlaanderen zijn de Franstaligen af en toe het slachtoffer van iets dat op vervolging lijkt."

Een parlementslid van de liberale UMP ziet het somber in. "België is veroordeeld, het is een artificiële constructie. De vraag die vandaag op tafel ligt, is: hoe zal Frankrijk deze kwestie behandelen?"

 
NO COMMENT


'Flahaut zal zich moeten verantwoorden'

 

 
Volgens Vlaams minister-president Kris Peeters zal Kamervoorzitter André Flahaut zich moeten verantwoorden voor wat hij in het omstreden Franse rapport zegt.

 Vorige zomer, toen ons land nog zonder regering zat, hebben twee Franse parlementsleden een lijvig rapport geschreven over hun buurland België. Het rapport bevat enkele opmerkelijke passages.

 Kamervoorzitter André Fahaut zegt bijvoorbeeld 'tout l’appareil de l’État est flamandisé, ce qui est le résultat d’une stratégie concertée mise en œuvre sous l’égide d’un parti dominant'. Het hele staatsapparaat is volgens hem vervlaamst door de dominante Vlamingen.

 Over de niet-benoemde burgemeesters in de Rand zei Flahaut aan de Franse parlementsleden dat het gaat om een 'ontkenning van de democratie'. Opnieuw toont Vlaanderen er zijn demografische superioriteit, stelt hij. Flahaut wijst er de Franse verslaggevers ook nog eens op dat Vlaanderen het befaamde Minderhedenverdrag nog steeds niet heeft goedgekeurd.

 Op Villa Politica wees minister-president Kris Peeters erop dat het rapport van de Franse parlementsleden 'ongenuanceerd' is. En 'een beetje eenzijdig'. Hij wil dat nog begrijpen omdat Fransen de toestand in ons land nu eenmaal minder goed kennen. Maar dat iemand als Flahaut ook ongenuanceerd spreekt, begrijpt hij minder.

Volgens Peeters zal de Kamervoorzitter zich dan ook politiek moeten verantwoorden.

mardi 29 mai 2012

Het risico van de Europese bedachtzaamheid





DM

"Voor de Europese Unie zijn dit de weken van de waarheid", schrijft Hendrik Vos, hoogleraar Europese politiek aan de Universiteit Gent.

De eurocrisis is een ingewikkelde puzzel geworden. Begin 2010 leek het nog overzichtelijk: ratingagentschappen verspreiden het bericht dat het misschien niet veilig meer was om nog veel geld te lenen aan de Grieken. Het was een kolommetje waard op de economiepagina's van de kwaliteitskranten. Wat later bleek dat ook banken buiten Griekenland meespeelden in het verhaal: de Grieken hadden zowat overal geleend, en als er niet zou worden terugbetaald, dreigde een bankencrisis. Bij Dexia werden ze al zenuwachtig, en het Griekse verhaal schoof enkele pagina's naar voren in de krant. Andere eurolanden kwamen in actie met noodhulp.

Het duurde niet lang of de Portugezen en de Ieren hingen mee aan het reddingsfonds, omdat ook zij gewantrouwd werden door de financiële markten. Spanje en Italië raakten in de gevarenzone en vertoeven daar nog steeds. De eurocrisis werd stilaan voorpaginanieuws, ook in populaire kranten ver buiten Griekenland. Zeker de Duitse pers vroeg zich af waarom de Duitsers zouden betalen voor landen die van hun begroting een rommel hadden gemaakt. De Grieken hadden intussen in de gaten dat de miljarden noodhulp vooral gebruikt werden om schulden bij de banken af te betalen en niet om de Griekse economie erbovenop te helpen. Maar de bevolking moest wel op een nooit geziene schaal besparen. Stakingen en betogingen volgden elkaar op en toen kwamen ook de kiezers in actie: ze stemden op partijen die de bezuinigingen willen terugdraaien.

Vandaag heeft de eurocrisis een schaal gekregen die nog nauwelijks te overzien is. Het is een kluwen met allerhande spelers die de meest diverse belangen hebben. Banken willen het geleende geld terug, beleggers willen winst, jongeren willen werk, ouderen hun pensioen, regeringen in het noorden van Europa willen niet meer betalen voor het zuiden, en regeringen in het zuiden willen geen extra besparingen doorvoeren. Premiers en presidenten willen herkozen worden en de financiële markten willen stabiliteit. De Amerikaanse president wil collateral damage aan de overzijde van de Oceaan vermijden, de Europese instellingen willen zich versterken en Herman Van Rompuy zou graag een paar nachten rustig slapen. Wonderoplossingen waarbij al deze wensen eensklaps worden verzoend, bestaan vermoedelijk niet. Misschien komt het uitgeven van euro-obligaties, waarbij een gedeelte van de opgestapelde schulden op een of andere manier gezamenlijk beheerd wordt, nog het dichtst in de buurt van een alomvattende oplossing. De appetijt in Duitsland blijft beperkt. Er zit na de top van vorige woensdag misschien wat beweging in het dossier van de euro-obligaties, maar het zal zeker niet voor morgen zijn. Er zijn geen quick fix solutions meer, had Van Rompuy in zijn uitnodigingsbrief voor die top de verwachtingen al meteen getemperd.

DINNER FOR GROWTH
Wat wel duidelijk is, dat is dat de eenzijdige focus op begrotingsdiscipline niet werkt. Geen premier of president wint nog verkiezingen, de politieke instabiliteit neemt toe, de financiële markten zijn allesbehalve gerustgesteld, banken blijven in (en met) slechte papieren zitten en de bevolking raakt uitgeput. Daar waar er fors bespaard wordt, lijken de tekorten eerder toe te nemen. Door een land in armoede te storten, trekt de economie niet aan.

Dus wordt er nu ook uit een ander vat getapt: tijd voor relance! Dat hebben de leiders woensdag tijdens hun dinner for growth bevestigd. Op zich is dat niet nieuw. Het plan bestaat al langer om de Europese economie tegen 2020 drastisch te vergroenen en daarbij in te zetten op innovatie, op de strijd tegen armoede en op beter onderwijs. Bij de Commissie liggen allerlei groeibevorderende voorstellen op het schap. Maar ze raakten op het achterplan omdat er maar één echte prioriteit was: bezuinigen.

Iedereen wil wel economische groei, maar de voorbije periode mocht dat niets kosten. Het scheppen van gunstige randvoorwaarden, zoals het makkelijker maken om in andere landen een baan te zoeken of het optimaliseren van de interne markt, is interessant, maar heeft zijn limieten. Er zijn ook investeringen nodig. Geld dus, maar de private sector is vandaag niet in de stemming om veel risico te nemen. Nationale overheden moeten besparen en het Europese budget is extreem klein. Middelen vinden om de groei te stimuleren, vraagt veel creativiteit én een koersverandering in de strategie van de voorbije maanden. De Europese Investeringsbank zou meer kapitaal moeten krijgen, dat dan verder kan uitgeleend worden aan kmo's. En er wordt geëxperimenteerd met projectobligaties om grote infrastructuurprojecten onder Europese vlag te sponsoren. Maar het rendement op korte termijn zal beperkt zijn.

In elk geval zal Griekenland tegen de verkiezingen van 17 juni niet uit het dal geklauterd zijn. Wellicht hadden de Europese leiders woensdagnacht wat meer empathisch mogen zijn. De gewone Griek ziet zijn levensstandaard spectaculair dalen, terwijl het gros van de zogezegde noodhulp onmiddellijk naar buitenlandse banken vloeit. Met de vermanende vinger naar de Grieken wijzen, is eigenlijk niet serieus. Het zou slim geweest zijn om echte solidariteit te tonen, zoals een gedeeltelijke schuldkwijtschelding door de overheden of een krachtig investeringsprogramma. Nu is het bang afwachten wat de verkiezingen zullen brengen.

Eind juni komen de leiders opnieuw samen, om hun groeiplannen verder te concretiseren. Maar wat als de Grieken op 17 juni nog extremer stemmen? Wat als het IMF de kraan toedraait? Wat als de Spaanse banken in elkaar stuiken? Wat als de Ieren volgende week in hun referendum tegen het Europese begrotingsverdrag stemmen? Wat als Frankrijk en Duitsland hun positie verharden en het bereiken van compromissen steeds moeilijker wordt? Wat als de rente die Spanje en Italië moeten betalen op hun leningen naar een onhoudbare 7 procent gaat? Wat als de eurozone af begint te brokkelen? Wat als de Portugezen veiligheidshalve massaal hun euro's van de bank halen, voor ze straks misschien worden omgezet in minderwaardige escudo's? Wat als alle werkloze jongeren straks een mars op Brussel organiseren?

De volgende weken dienen zich heel onzeker aan. Europese leiders willen experimenten met onduidelijke afloop, zoals een Griekse uitstap uit de euro, vermijden. Maar ze anticiperen niet echt krachtig op de chaos die nu dreigt. Door te gokken dat alles de volgende weken wel in de plooi valt, wordt hoog spel gespeeld. Vooral Duitsland blijft vasthouden aan de Dehaene-methodiek: de problemen pas oplossen als ze zich stellen. Maar als de zaken straks echt uit de hand lopen, dan wordt het steeds moeilijker om een puinhoop te vermijden. De koerswijziging die is ingezet, met nadruk op groei en tewerkstelling, is hoopvol. Maar het blijft wel aarzelend, het gaat om kleine bedragen, en met het volle rendement pas in een verre toekomst. Wat nu op tafel ligt, volstaat niet om de crisis te bezweren. Het is in het beste geval een goed begin. Europa balanceert tussen chaos en hoop. De volgende weken moet blijken in welke richting het kantelt.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

Y A-T- IL UNE VIE APRES L'EURO?

Danse sur le volcan;  réflexions au bord du gouffre;  trois semaines extrêmement dangereuses  pour l'avenir de l'euro...Si ça devait vraiment tourner mal ce seront peut-être  les dernières.

"Réflexions au bord du gouffre" fut écrit en 1974  par l'allemand Georg Picht. Il s'agissait d'une prise de conscience des problèmes qui déterminent l'avenir: la guerre atomique, l'explosion démographique et la famine, la guerre civile planétaire... Autant de dangers qui montent à l' horizon et menacent notre civilisation et notre existence en tant qu'espèce. "Si dans les prochaines décennies, nous n'arrivons pas à mettre sur pied une organisation politique mondiale chargée de résoudre les problèmes pressants qui nous assaillent, une "science des sciences", capable de planifier les efforts des peuples riches en vue de l'éducation et de l'industrialisation des pays sous-développés, nos enfants auront atteint le point de non-retour sur la voie catastrophique qui se dessine dès aujourd'hui."

C'est clair, quatre décennies plus tard on s'aperçoit qu'on n'y est pas arrivé et qu'on patauge dangereusement.
"Réflexions au bords du gouffre" était un cri d'angoisse, mais aussi une plaidoirie lucide et courageuse pour une prise de conscience de nos responsabilités collectives et individuelles. Il dépend de chacun de nous que la raison triomphe, et que nous nous rendions maîtres de notre destin, cette voiture folle qui fonce dans la nuit, tous phares éteints..."

Oui chers lecteurs, on en est là.

DiverCity est persuadé que notre avenir, l'avenir de l'Europe va se jouer dans les trois semaines qui viennent.

Si le projet européen devait imploser comme semble imploser le capitalisme, il se pourrait bien que la vraie question devienne celle de l'avenir de la démocratie.

La récession généralisée en Europe risque de nous faire basculer dans une dépression comparable à celle des années trente.

Y a-t-il une vie après l'euro, voire après l'Europe?

Sans doute mais il n'est pas certain du tout qu'elle soit de caractère démocratique et là est tout le problème. Les vautours nationalistes ont reniflé des odeurs de cadavre! Ils ont le  vent en poupe.

Vos a raison, il "eût été raisonnable de se montrer un peu plus solidaire par exemple en allégeant la dette grecque et en lançant un puissant programme de ralance" (New Deal).

Le mois de juin sera celui de tous les dangers en raison des nouvelles élections en Grèce dont l'issue est incertaine, en raison des législatives en France qui s'organisent dans le désordre.

Que se passera-t-il demande le professeur Vos  si le FMI fermait le robinet à la Grèce; si le système bancaire esapgnol devait faire défaut; si les Irlandais disaient non au referendum au traité européen relatif à la restriction budgétaire; si la France et l'Allemagne devaient durcir leurs positions rendant difficile tout forme de compromis; si demain l'espagne et l'Italie devaient emprunter au taux usuraire de 7%; si demain la zone euro se démantelait, si les Portugais se mettaient à retirer en masse leurs économies de la banque de peur de les voir converties d'office en escudos dévalués?

Surtout ceci: que se passera-til quand  les jeunes chômeurs européens marcheront en masse sur Bruxelles?

Les chefs d'Etats qui se débattent sur les scènes nationales se rendent-ils compte que le chaos menace à l'échelle européenne?
"ze anticiperen niet echt krachtig op de chaos die nu dreigt."

Certes sous l'impulsion de François Hollande, on semble envisager un timide changement de cap en direction de plus de croissance, donc moins de chômage.

Il s'agit tout au plus d'un frémissement. "Wat nu op tafel ligt, volstaat niet om de crisis te bezweren. Het is in het beste geval een goed begin. Europa balanceert tussen chaos en hoop. De volgende weken moet blijken in welke richting het kantelt."

 - La Suisse se prépare à une surévaluation de son franc;
- L'Europe se prépare à la sortie de la Grèce;
- Lagarde reprimande les Grecs ce qui ne va pas les motiver à voter pro-Europe;
- Merkel est mise sous pression en faveur de l'euro-obligation par Hollande;
- Merkel ne réagit pas mais nous savons tous que les Allemands n'accepteront jamais de financer toute la dette Européenne.

Allons-nous assieter à la désintégration de l' euro? Un affaiblissement est probable mais l' euro est déjà fort faible et a déjà perdu 25% contre les devises asiatiques et non pas le USD .

Sans doute l'euro va-t-il fluctuer selon le pétrole.

Un article récent du Financial Times annonçait le déclin de la culture de l'actionnariat fondé sur une réticense à investire dans le risque. Le journal financier y décèle une forme de pessimisme généralisé, induit par une montée des tensions et des conflits sociaux qu'il n'hésite pas à comparer à ceux des années trente en Europe.

"toenemende sociale en politieke spanningen en conflicten van het jaren dertiggehalte." La récession généralisée des années 2O08-2O1O se transforme inexorablement en une redoutable dépression.



lundi 28 mai 2012






A perdre la raison

Murielle et Mounir s'aiment passionnément. Depuis son enfance, le jeune homme vit chez le Docteur Pinget, qui lui assure une vie matérielle aisée. Quand Mounir et Murielle décident de se marier et d'avoir des enfants, la dépendance du couple envers le médecin devient excessive. Murielle se retrouve alors enfermée dans un climat affectif irrespirable, ce qui mène insidieusement la famille vers une issue tragique.

D'emblée, Joachim Lafosse désamorce le suspense : l'issue de son histoire est fatale. Il le montre par une scène heureusement sobre : quatre petits cercueils blancs glissent sur le tapis roulant d'un avion en partance pour le Maroc.

A partir de là, Lafosse se libère de la charge émotionnelle primaire que peut susciter le fait divers et entre dans le vif de son sujet : essayer de comprendre comment Murielle si douce avec ses enfants en arrive à commettre l'innommable. Il renvoie donc le spectateur au commencement, à la rencontre, à l'élan amoureux entre Murielle et Mounir. Sans esbroufe, il les filme dans leur passion : un homme et une femme avec leurs petites galères. Il les filme au fil des ans, de la vie, des naissances des enfants, du confort apporté par le docteur Pinget, l'ami incontournable. Il filme la passion qui mue, le quotidien qui devient oppression, la personnalité qui s'évanouit. Murielle et Mounir changent sous nos yeux : elle perdant sa grâce, lui sa patience ; tous deux perdant leur liberté, leur identité par manque d'émancipation. Au milieu d'eux, entre eux, l'homme généreux, bienfaiteur, animé de bons sentiments et qui protège même à leurs dépens.

Joachim Lafosse adopte profil bas, évite tout effet de style, opte pour la simplicité et met en avant ses personnages, donc ses acteurs tous remarquables de justesse car totalement abandonnés à la vérité de leur personnage -le travail que fait Emilie Dequenne est impressionnant ; Tahar Rahim et Niels Arestrup, le duo du "Prophète", d'Audiard, explorent bien une autre complicité.

Ce qui est à la fois troublant et rassurant, c'est que le réalisateur nous met en empathie avec chacun d'eux. Joachim nous renvoie ainsi à nos propres failles de violence, de faiblesse. Mais son parti-pris est clair : épier les signes extérieurs qui mènent à la monstruosité, montrant que Muriel perd peu à peu pied et ne trouve aucun recours durable.

Au final, on a l'impression d'avoir compris le cheminement humain qui conduit au drame mais résonne ce titre "A perdre la raison" comme une bouée de sauvetage, quelque chose de rassurant pour éviter de sombrer dans le gouffre de l'évidence que l'énigme reste entière et qu'elle nous dépasse.

Avec "A perdre la raison", qui fait penser aux traitements cinématographiques de l'affaire Romand traitée par Nicole Garcia et Laurent Cantet, Joachim Lafosse signe sans doute son film le plus humain.

FABIENNE BRADFER (Le Soir)


 COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE COMPLEXE DE MEDEE

Les analyses de Fabienne Bradfer sont solides.

Dommage qu'elle zappe un aspect important de ce drame déchirant: le caractère interculturel de la relation de ce couple mixte, métissé dans un pays d'accueil qui les rejette au moins autant qu'il les accueille. L'attitude, à tout le moins singulière, du médecin symbolise tout cette ambiguïté.

En cela le film est nécessaire, quoi qu'on dise, car il aidera tous ceux et celles qui le verront à exorciser un démon, celui de l'infanticide.

Le complexe de Médée aurait-il sur nos contemporains le même impact que l'Oedipe sur les contemporains de Freud?

dimanche 27 mai 2012

« Cosmopolis », le spectre du capitalisme


FABIENNE BRADFER (Le Soir)
Inspiré du roman de Don DeLillo David Cronenberg a écrit « Cosmopolis
» en six jours. Un maîtrise remarquable et un lyrisme prétentieux.
Robert Pattinson incarne très bien son rôle de golden boy.


LE PITCH DU FILM
Dans un New York en ébullition, l'ère du capitalisme touche à sa fin.
Eric Parker, golden boy de la haute finance, s'engouffre dans sa
limousine blanche pour aller chez le coiffeur. Au fur et à mesure du
trajet, il entre dans le chaos et assiste impuissant à l'effondrement
de son empire…
CE QUE J'EN PENSE
« Pour moi, l'essence du cinéma est un visage qui parle » affirme
Cronenberg. Il en fait une magistrale démonstration avec « Cosmopolis
», regardant les personnages dialoguer avec intelligence et pertinence
sur ce que peut être notre nouveau siècle. Dans une limousine. Hors
d'une limousine. Mais toujours sous la formule du huis-clos, ce qui
donne à Cronenberg la jouissance de varier les angles et de se faire
des plaisirs purs de cinéma.
Tout ça est très léché avec, derrière la vitrine, des manifestations
de rue qui ont portée documentaire. Mais dans sa façon de faire,
Cronenberg adopte l'attitude de son personnage central isolé des
bruits du monde pour concevoir avec une maîtrise remarquable une mise
en scène d'un lyrisme prétentieux tout en se targuant de respecter à
la lettre les dialogues du roman de DeLillo.
PETIT PLUS EN PLUS
« Cosmopolis » met en scène un attentat pâtissier (avec Mathieu
Amalric dans le rôle de l'entratreur) : Robert Pattinson entartré.
Cela fera plaisir à Noël Godin que Cronenberg ne connaît pas -la scène
de l'entartrage était dans le livre de DeLillo. Cela dit, le cinéaste
comprend très bien le geste. Il nous l'a dit.
Le film sort le 30 mai
"COSMOPOLIS" : LE CAPITALISME, CE GRAND CORPS MALADE
Eric Packer est un jeune milliardaire. Il ne quitte guère sa
limousine, à l'intérieur de laquelle il reçoit divers visiteurs,
consulte quelques collaborateurs, reçoit un médecin pour un check-up
quotidien. La voiture progresse à une allure d'escargot dans les rues
d'un NewYork en proie à de gigantesques embouteillages, tout autant
qu'à ce qui ressemble à des émeutes. Son omniprésent garde du corps
l'informe de l'existence d'un risque potentiel. Un complot serait
ourdi pour attenter à sa vie. Mais Packer semble davantage préoccupé
par le projet de se faire couper les cheveux dans un salon de
coiffure. Alors qu'une fluctuation monétaire (celle du yen) menace de
le ruiner entièrement, le jeune homme semble vouloir aller au bout
d'une quête de la vérité qui ne se comblerait qu'avec la rencontre de
celui qui veut l'assassiner.
Fort éloigné de toute velléité de théorisation absconse, le film
confirme les recherches d'un cinéaste qui s'est toujours interrogé sur
ce qui rendait son art possible : la référence à un réel dont il
s'agit de capter les phénomènes visibles. La chair - motif premier de
ses films - se doit, inéluctablement, d'opérer un retour.
Ce qu'apporte pourtant Cosmopolis à l'œuvre de l'auteur de Chromosome
3 (1979), c'est peut-être l'idée, à la fois esthétique et politique,
nouvelle chez lui, que le réel lui-même devient introuvable. La
résistance au capitalisme, présente notamment sous la forme du chaos
qui s'empare de la ville, prend le risque de ne se réduire qu'à une
manifestation spectaculaire et burlesque, et c'est sans doute le sens
à donner à la rencontre du héros avec un "entarteur", un activiste
(Mathieu Amalric) qui tente de lancer des tartes à la crème au visage
des ploutocrates.
Mais c'est la dernière séquence, radicalement pessimiste, face-à- face
entre le héros et celui qui veut le tuer, qui confronte l'ordre du
monde avec un ressentiment, une "morale d'esclaves" pour utiliser une
terminologie nietzschéenne, impuissants à abattre ce qui apparaît
comme un horizon indépassable pour l'humanité. L'horreur.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
COSMOPOLlSSIME
Et tant pis si Malraux se retourne dans son panthéon j'ose l'écrire:
Le XXIème siècle sera cosmopolite ou ne sera pas.
Peut-être ai-je lu trop vite, cela m'arrive, j'en conviens, mais je ne
vois pas à priori pourquoi ce film porte précisément ce titre.
Essayons de comprendre: d'abord De Lillo est "cosmopolis" incarnée!
"J’ai grandi dans le Bronx et Scorsese dans Lower Manhattan, à Little
Italy"(...)  "New York bien sûr, c'est la grande ville contemporaine»
comme idée."
Ensuite il y a ceci pour bien enfoncer le clou:
« Fiction comes out of another level of experience. It comes out of
dreams, daydreams, fantasies, delirium. It comes out of hours of
wasted time; it comes out of nightmares. It's everything in a writer's
life that finally determines how and what he writes"
Le sujet du film et du livre semble pourtant ailleurs: "Un spectre
hante le monde : le capitalisme." Cette phrase, détournée du début du
Manifeste du Parti communiste est présente dans le livre de DeLillo.
"Elle est prononcée au cours d'une des multiples conversations qui
parsèment le film. Sans doute peut-elle à elle seule résumer ce qui
ressemble à une métaphore cinématographique."(Le Monde)
Cosmopolis devrait donc être entendu au sens d'une métaphore visant à
suggérer ce qu'est devenu le capitalisme moderne: une économie
mondialisée, fondé sur la vitesse, l'ubiquité, un fantôme justement,
un spectre cosmopolite!
A cette dématérialisation va s'opposer une quête, un itinéraire vers
soi, vers son destin sous forme d'un déplacement en limousine (comme
dans les "Fraises Sauvages" de Bergman). Et tout se passe comme dans
un cauchemar: la limousine est engluée dans un immense embouteillage,
ça n'avance pas, ça bloque de partout. L'embouteillage monstre
symbolise la paralysie mortelle du captalisme!  Sans doute n'est-il
pas  indifférent que le héros soit obsédé par le projet de se faire
couper les cheveux: to take a haircut! En vérité il sera littéralement
scalpé.
Sans doute n'est-il pas indifférent non plus qu'il croise la route
d'un groupe révolutionnaire qui veut remplacer les unités monétaires
par le rat, métaphore abjecte de l'argent.
Attention en langage économique et financier "to take a haircut"
signifie: "to accept a valuation or return that is less than optimal,
especially to partially forgive a debt." Ca veut dire clairement:
réduire la dette et c'est, comme par hasard les slogan des militants
de Occupy Wall Street. Don DeLillo, dans  un entretien à propos de
Cosmopolis, «mes mots ont pris une autre vie».
Ce film( nous ne l'avons pas encore vu, nous y reviendrons donc mais
nous sommes fan de Cronenberg), est appelé à avoir un immense écho
parce qu'il parle un langage allégorique qui s'adresse immédiatement à
notre inconscient.
Le succès du navet Titanic ne saurait s'expliquer autrement. Le
Titanic est une autre icone du naufrage du capitalisme, l'attentat des
Twin Towers en est une troisième.
Et que celles et ceux qui n'ont toujours pas compris ouvrent grands
les yeux et les oreilles.
Demeure la question fondamentale: la démocratie survivra-t-elle à
l'agonie annoncée du capitalisme? Pour y répondre, il importe de
suivre avec la plus grand attention la scène politique européenne, les
élections américaines et, parallèlement, la montée généralisée du
national populisme en Occident.
Si, par malheur, l'Europe devait se désintégrer, le risque existe,
nous serions mûrs pour un nouveau fascisme inspiré sans doute par
celui qui règne dès à présent en Chine où l'économique, le financier
et le politique sont dans une seule main, une main de fer!
MG

SON 13E ROMAN A ETE ADAPTE PAR DAVID CRONENBERG.

- Don DeLillo. DR -

Son œuvre est sans doute celle qui prend le complètement en charge une
réalité contemporaine qui est d’abord celle de son pays, les
Etats-Unis, mais aussi l’état du développement, du déséquilibre, des
imaginaires et des désespoirs de l’Occident.
David Cronenberg s’empare du 13e roman de l’écrivain, Cosmopolis, pour
en inventer une admirable transposition filmée.
***
J’ai grandi dans le Bronx, on regardait les westerns, les comédies
musicales, les films de gangsters – à l’époque j’ignorais les mots
film noir.
Ensuite j’ai habité à Manhattan, et du coup j’ai eu accès à Antonioni,
Godard, Truffaut, les grands cinéastes européens modernes, et aussi
les Japonais à commencer par Kurosawa. Ça a été une révélation: ces
films relevaient du même registre élevé que les grands romans!
Beaucoup de gens croient que dans les années 60 j’ai quitté mon emploi
dans une agence de publicité pour écrire mon premier livre. Pas du
tout : j’ai démissionné pour aller au cinéma tous les après-midis. Ce
n’est qu’ensuite que je me suis mis sérieusement à l’écriture.
VOUS ETES ITALO-AMERICAIN. VOUS ETES-VOUS SENTI EN AFFINITE
PARTICULIERE AVEC LA GENERATION DE GRANDS CINEASTES ITALO-AMERICAINS
APPARUE DANS LES ANNEES 70, ET QUI VOUS EST DONC CONTEMPORAINE?
J’ai beaucoup aimé Mean Streets. J’ai grandi dans le Bronx et Scorsese
dans Lower Manhattan, à Little Italy, mais c’était la même langue, les
mêmes accents, et les mêmes comportements, des types qui passent leur
temps à créer des problèmes comme le personnage de De Niro, j’en ai
connus, et de très près.
COMMENT AVEZ-VOUS REAGI A L’IDEE QUE CE SERAIT DAVID CRONENBERG QUI
ADAPTERAIT VOTRE LIVRE?

En outre, avoir tourné ailleurs donne une dimension plus générale au
film, c’est New York bien sûr, mais c’est davantage «a grande ville
contemporaine» comme idée, et c’est très bien ainsi.
LE LIVRE A ETE PUBLIE EN 2003, LE FILM SORT EN 2012, VOUS N’AVIEZ PAS
PEUR QUE L’ECART DANS LE TEMPS SOIT UN PROBLEME?
C’est intéressant qu’alors que le film était en train d’être terminé
il y ait eu ce mouvement «Occupy Wall Street», qui dans une certaine
mesure fait écho à ce qui était raconté. Et à mon avis, ce n’est qu’un
début, on va en voir davantage. Vija Kinski, la Chief of Theory d’Eric
Packer (le personnage joué par Samantha Morton dans le film), explique
à son patron que ces protestataires sont des émanations directes de
Wall Street, du système capitaliste, et qu’ils contribuent à le
dynamiser, à s’adapter.
Ils aident Wall Street à se redéfinir dans un contexte nouveau, un
monde plus vaste. Selon moi, c’est précisément ce qui se produit:
«Occupy Wall Street» n’a pas fait baisser les bonus astronomiques que
se versent les grands dirigeants.
Recueilli par Jean-Michel Frodon

Andrey Baranov remporte le Reine Elisabeth





Le Russe Andrey Baranov a remporté le Concours Reine Elisabeth 2012 consacré au violon. "Un palmarès exemplaire" : le commentaire de Serge Martin (Le Soir)
Le palmarès d'un concours est toujours une chose injuste, particulièrement quand six Prix sont accordés sur douze finalistes et chacun sait que l'on aurait autrefois trouvé parmi ces non classés Arturo Benedetti Michelangeli, François-René Duchable ou Mitsuko Ushioda! Et c'est particulièrement vrai pour cette année où le niveau moyen des finalistes était particulièrement élevé par fois sur le plan technique, parfois au niveau expressif. C'est dire combien figurer parmi les six lauréats de tête est cette année une performance. Le niveau était très élevé mais il n'empêche que, pour beaucoup, un trio de tête était indéniable. Et de plus dans l'ordre annoncé.
La maturité et l'intense musicalité d'Andrey Baranov est incontournable : son concerto de Chostakovitch restera un monument de l'histoire du Concours. L'élégance, l'aisance et la classe de Narita Tatsuki est incontestable et son Paganini nous a démontré que ce concerto pouvait être quelque chose d'autre qu'une brillante démonstration technique. Quant à Shin Hyun Su, sa prestation était celle d'une grande dame de la musique, tout en prestance et en implication. Soyons francs : ce trio de tête, et dans cet ordre, correspondait à notre sentiment tel qu'on put le déceler les lecteurs du « Soir ».
Parmi les trois autres lauréats, Esther Yoo et Tseng Yu-Chien ont délivré à 19 ans ce samedi soir deux prestations d'une grande maturité musicale : elles leur valaient d'être classés comme ils le sont. Le cas deShishkov et de Nancy Zhou est plus délicat. Le premier nous a livré une prestation qui cumulait l'excellent et le moins bon mais qui impressionnait par une intense personnalité musicale plus chambriste que d'autres mais incroyablement sincère. Nancy Zhou impressionne par ce que nous avons appeler son « autorité souveraine ». On aurait juste voulu que cet admirable artiste s'autorise quelques instants d'abandon. Leur absence lui a peut-être coûté son classement.
Revenons enfin un moment sur la prestation de notre compatriote Marc Bouchkhov : ce musicien ténébreux est encore parfois un chien fou mais il existe et diaboliquement. Son imposé a sans doute été un des plus beaux de ces finales. Un feu sacré brûle en lui et il nous réserve de grands moments quand il aura totalement modéré la force de ses impulsions.
SERGE MARTIN

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN VRAI CONCOURS COSMOPOLITE
Certains le détestent pour son côté grand public et barnumesque.
Une chose est certaine, c'est un immense moment cosmopolite qui honore Bruxelles et contraint un public bourgeois, volontiers réactionnaire et un tantinet xénophobe à applaudir des solistes asiatiques pour la majorité d'entre eux. Il montre aussi que si l'Europe produit encore l'infrastructure du concours, la chapelle musicale, les compositeurs prestigieux d'autrefois, l'orchestre (largement métissé), les coachs et les professeurs d'élite en revanche elle ne produit plus les lauréats ou à peine!
Que peuvent-ils donc avoir que nous nos jeunes musiciens solistes n'ont pas ou plus? Le talent, la sensibilité, le sens musical? Non, le caractère!
Il faut une énergie et une volonté hors du commun pour s'imposer au reine Elisabeth. L'épouse de feu Albert I possédait au plus haut au point cette fougue induite par la passion qu'on retrouve moins chez les locataires actuels de la loge royale et de façon générale au royaume de Belgique et en Occident.

samedi 26 mai 2012

De Wever mikt op exotische kiezer



De Wever stelde eerder deze week de Brusselse lijsttrekkers voor en
poseerde samen met enkele kinderen




BRUSSEL - Naast de mantra 'Janssens en Dewinter zijn feitelijke
bondgenoten' profileert Bart De Wever zich in Antwerpen met een
discours over identiteit. Bedoeling? Allochtone zieltjes winnen.
Lang vóór zijn outing als kandidaat-burgemeester op 21 april was de
verkiezingscampagne van Bart De Wever de facto al aan de gang. Maar
twee dagen voor de bekendmaking van alle kandidaten op de Antwerpse
N-VA-lijsten, laat hij behoorlijk diep in zijn strategische kaarten
kijken. De N-VA-voorzitter had gisteren voor de allereerste keer een
ontmoeting met de mensen van Fedactio, een koepelorganisatie van
Turkse verenigingen.

Samen met het Antwerpse kamerlid Zuhal Demir, die zelf
Turks-Koerdische roots heeft, ging De Wever in gesprek met de 'nieuwe
Antwerpenaren' over maatschappelijke participatie, betrokkenheid en
actief burgerschap. Zo'n 180 mensen daagden op en leken 's mans
toespraak te smaken.

'Integratie betekent voor ons niet dat mensen hun geloof, hun
identiteit, hun cultuur en hun verleden moeten achterlaten aan de
grens', overtuigde De Wever het publiek van Turkse afkomst.
'Integratie betekent samen bouwen aan onze gemeenschap, ieder op zijn
manier.'

Iedereen Antwerpenaar, dat is het N-VA-devies voor oktober. Dat
verhaal houdt behalve rechten ook plichten in. Zoals het leren van een
gemeenschappelijke taal: het Nederlands. De kennis van het Nederlands
is volgens de N-VA-voorzitter cruciaal voor de aanpak van prioritaire
aandachtspunten als onderwijs, activering en arbeid.

''t Stad is van iedereen, áls iedereen van 't stad is', persifleerde
de Wever de slogan van burgemeester Patrick Janssens (SP.A), die
overigens een venijnige veeg uit de pan kreeg.

'STEMADVIES'

Eerder had Bart De Wever zich in een interview met het Antwerpse
studentenblad Dwars laten opmerken met zijn gekende 'stemadvies':
'Elke stem die Filip Dewinter (Vlaams Belang) van mij wint, komt
Janssens goed uit. Eigenlijk is hij dus de beste vriend van Patrick
Janssens.' De N-VA-voorzitter benadrukte opnieuw dat hij zeker geen
bestuursakkoord sluit met Vlaams Belang.

VB-kopstuk Filip Dewinter stelde nochtans voor om zichzelf weg te
cijferen, maar daar gelooft De Wever niets van. 'Dewinter cijfert
zichzelf vooral graag in de krant. Hij wil namelijk dat het debat over
hem gaat. Hij is een knap politicus waarmee je nooit klaar bent en nu
heeft hij al zijn pijlen op mij gericht.'

Als zijn partij de grootste partij wordt op 14 oktober, dan is het De
Wevers ambitie om op 1 januari 2013 de eed af te leggen als
burgemeester. Er zijn volgens hem andere coalities dan de huidige
coalitie mogelijk en: 'ik ga die proberen te vormen met partijen waar
wij ideologisch de meeste verwantschap mee hebben.'

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE DOUBLE DISCOURS DE LA N-VA
D'un côté, si on écoute la sirène Maddens, (le profeseur de Louvain
qui est le penseur stratégique) pas de communuauté urbaine avec la
N-VA pour faire barrage à la tâche d'huile francophone et surtout à
l'arrivée massive des immigrés venus de la capitale.  Donc: Bruxelles
assiégée, Bruxelles plumée, Bruxelles asphyxiée.
De l'autre côté on fait son joueur de flûte de Hamelin pour mordre sur
le vote ethnique anversois.
Plus ambigu que cela...
On a vraiment du mal à cerner exactement la strétégie de cette néo
Volksunie:Alles Voor Vlaanderen; Vlaanderen voor Bart DW.

vendredi 25 mai 2012

Bruxelles ne pourra aménager davantage de places dans ses écoles




La Cour constitutionnelle a annulé jeudi le volet du budget 2011 de la
Région bruxelloise consacré à la création de places pour les plus
petits dans les écoles de la capitale pour faire face au boum
démographique.
Toutefois, les moyens déjà engagés pourront être dépensés sans limite
de temps pour ne pas mettre en difficultés les acteurs qui ont
commencé à mettre en oeuvre les projets concernés. Le recours en
annulation avait été introduit par des associations flamandes et par
le gouvernement flamand au motif que ces domaines sont de la
compétence des Communautés.
Pour légitimer ses bonnes intentions à l'égard de intérêts des futures
générations, le gouvernement bruxellois avait justifié la disposition
attaquée par la compétence qui lui revient en matière d'emploi.
L'absence de place en crèche ou à l'école empêche selon lui certains
habitants d'accéder au marché de l'emploi. Il n'a pas été entendu sur
ce point.
Disant prendre acte de l'arrêt, le ministre-président bruxellois
Charles Picqué a souligné jeudi que 3.836 places promises pour
septembre prochain, dans l'enseignement fondamental, néerlandophone et
francophone, sous forme de préfabriqués, de constructions modulaires
ou de rénovations de bâtiments existants, "seront quand même
construites".
"Sans l'action de la Région bruxelloise, de nombreux enfants auraient
dû suivre les cours dans des mauvaises conditions (caves, couloirs )
comme subi ces derniers temps, ou pire n'auraient même pas pu
s'inscrire en septembre", a-t-il ajouté.
Se réjouissant que la Cour Constitutionnelle n'ait pas suivi la
demande du gouvernement flamand d'annuler les décisions prises en
2011, ce qui aurait obligé les pouvoirs organisateurs à rembourser les
subsides versés par la Région, le ministre-président bruxellois a
enfin déploré que "le juridisme institutionnel" ait "pris les dessus
sur les besoins de la population".
LA COMMUNAUTE FRANÇAISE DOIT PRENDRE SES RESPONSABILITES, DIT LA N-VA
La décision de la Cour constitutionnelle d'interdire à la Région
bruxelloise d'investir dans les écoles de la capitale n'est que
logique. Il appartient aux Communautés, qui sont compétentes, et en
particulier à la Communauté française, de s'en charger, a estimé jeudi
la N-VA.
La Cour constitutionnelle a annulé jeudi le volet du budget 2011 de la
Région bruxelloise consacré à la création de places pour les plus
petits dans les écoles de la capitale pour faire face au boum
démographique. Toutefois, les moyens déjà engagés pourront être
dépensés sans limite de temps pour ne pas mettre en difficulté les
acteurs qui ont commencé à mettre en oeuvre les projets concernés.
Le recours en annulation avait été introduit notamment par le
gouvernement flamand. Pour le député flamand N-VA, Willy Segers,
l'arrêt rendu jeudi apporte la confirmation que les Communautés sont
les acteurs principaux de l'enseignement dans la capitale. "La Région
bruxelloise n'est plus en mesure et n'est plus autorisée à jouer un
rôle de coordination".
Il y certes des problèmes de capacité d'accueil, reconnaît la
formation nationaliste flamande, mais ce sont les communautés qui
doivent y remédier. "C'est principalement la Communauté française qui
doit investir d'urgence. Il est grand temps qu'elle prenne ses
responsabilités", a ajouté Willy Segers. Son co-listier du parlement
bruxellois Paul De Ridder a quant à lui dit pouvoir se ranger derrière
la décision de ne pas faire rembourser les sommes déjà accordées par
la Région bruxelloise afin de ne pas mettre en difficulté les
organisations engagées dans le processus.
Selon lui, la N-VA veut également de nouvelles places scolaires à Bruxelles.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA GUERRE EST LA POURSUITE DE LA POLITIQUE PAR D'AUTRES MOYENS
Inversons la thèse de Clausewitz et nous aurons la stratégie de le
N-VA par rapport à Bruxelles (qu'elle assiège littéralement) et de la
Communauté française qu'elle cherche à asphyxier par tous les moyens.
On tremble à l'idée que ce parti prenne le contrôle de la Communauté
Flamande en 2O14, De Wever devenant alors ministre président...
Il n'est pas simple de percer à jour les intentions des nationalistes
populistes à l'égard de Bruxelles. Ce qui est sûr c'est qu'elles  sont
inspirées par une hostilité viscérale. "Il faut simplifier Bruxelles"
a déclaré De Wever, lançant sa campagne bruxelloises, Grand Place dans
un français impeccable, à donner froid dans le dos.

Picnic the streets !






Philippe Van Parijs, professeur aux Universités de Louvain (Chaire
Hoover d'éthique économique et sociale) et d'Oxford (Faculté de droit)
Furieux. Je ne peux pas m'empêcher de l'être en pensant à ma ville
lorsque je découvre comment d'autres parviennent à transfigurer leurs
places publiques, à aménager leurs espaces centraux, pour rendre
agréable d'y flâner, de s'y rencontrer, de humer l'air sur un banc, de
s'attarder à une terrasse. En comparaison, malgré quelques progrès –
trop timides, trop lents – Bruxelles, sous cet angle, reste
lamentable.
Et pourtant, ce n'est pas là un luxe, un caprice parmi d'autres. Une
réhabilitation drastique des espaces publics de nos villes est
indispensable pour que nous puissions dire à nos enfants, à nos
petits-enfants : « Vous devrez consommer moins que nous, et pourtant
vous aurez une vie meilleure que la nôtre. » L'avenir de notre planète
ne pourra être assuré que si les habitants du « Nord » consomment
beaucoup moins de ses ressources qu'ils ne le font aujourd'hui. Ils
n'y parviendront qu'en habitant plus serrés dans leurs villes.
Ce qui y gonflera imperturbablement le coût des logements et en
réduira par conséquent la taille moyenne. Faute d'espace privé, un
espace public agréable et sûr deviendra toujours plus important pour
l'équilibre de chacun, pour éviter que les plus jeunes n'explosent
dans des flats trop étriqués et sur des trottoirs trop étroits, pour
éviter que les plus âgés ne crèvent de solitude, et pour que toutes
les composantes de communautés urbaines de moins en moins homogènes
puissent se côtoyer sereinement au lieu rester confinées dans leurs
ghettos respectifs.
A Bruxelles comme ailleurs, aucun progrès majeur ne pourra être
réalisé sans libérer de vastes espaces de la circulation automobile et
du stationnement, que ce soit en permanence, à certaines heures ou
certains jours. Non seulement les voitures tuent les piétons et les
cyclistes, à l'occasion en en écrasant l'un ou l'autre mais surtout, à
petit feu, en injectant des crasses dans leurs poumons. En outre,
elles les empêchent de prendre plaisir à leur ville, en encombrant
l'espace public, en enlaidissant le paysage, en saturant leurs
oreilles de décibels. Circuler en voiture dans un centre urbain doit
cesser d'être la règle et devenir une exception justifiable seulement
par une raison particulière : le transport d'objets lourds, par
exemple, ou d'une personne à mobilité réduite.
A Bruxelles comme ailleurs, il y a des rêves et des projets qui vont
dans le bon sens. Mais il est grand temps d'y aller plus vite et plus
fort, d'autant plus qu'en tant que capitale d'une Europe en désarroi,
Bruxelles doit donner l'exemple. Si des autorités trop frileuses
tardent à s'y atteler elles-mêmes, que les citoyens prennent eux-mêmes
les choses en main, comme ils ont osé le faire dans le passé. Le 7 mai
1971, le magazine anglophone bruxellois The Bulletin lançait une
pétition pour obtenir de libérer de toute circulation automobile la
Grand-Place de Bruxelles, « the word's most beautiful car park ».
Signée par de nombreux Bruxellois, dont Jacques Brel, elle ne parvient
pas à faire bouger les autorités communales. Le Bulletin organise
alors un sit-down protest sous forme d'un pique-nique bloquant
gentiment l'accès à la Grand-Place à tout véhicule. Quelques mois plus
tard, le bourgmestre Cooremans cède enfin. Qui s'en plaint aujourd'hui
?
C'est là un beau précédent, que nous serions bien lâches de ne pas
émuler – modestement pour commencer. Avec le retour des beaux jours,
que penseriez-vous par exemple d'un pique-nique chaque dimanche à midi
sur toute la largeur du boulevard Anspach entre la Bourse et la place
De Brouckère ? Il suffira d'expliquer poliment aux automobilistes que
pour une fois ce n'est pas à eux d'y imposer leur loi. Pour secouer
une léthargie irresponsable, un brin de désobéissance civile douce est
plus que légitime. En outre, Bruxelles regorge de musiciens et
d'acteurs talentueux qui pourront bien égayer cela, même par temps
maussade, et en faire bien plus qu'un pique-nique ou l'occasion d'une
passeggiata. Et pour organiser l'ensemble, on trouvera certainement
bien mieux qu'un vieux philosophe : une poignée de virtuoses de
Twitter ou d'accros de Facebook, voire l'un ou l'autre pionnier des
flash mobs. En tout cas, je serai de la partie. Je n'ai été au cachot
qu'une seule fois dans ma vie. Je serai heureux d'y retourner, s'il le
faut, pour une cause comme celle-là. Qui est prêt à m'y accompagner ?

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CHASSER LES VOITURES HORS DE BRUXELLES
Impossible? Allez donc faire un tour à Gand ce week end. Abandonnez
votre voiture dans un parking municipal. Ca vous coûtera deux ou trois
euro pour la journée que vous passerez à marcher dans une centre de
ville somptueux où ne roule plus une seule automobile depuis près de
vingt ans. C'est inouï et palpite de vie et de bonne humeur. Les beaux
jours, les innombrables terrasses de café sont prises d'assaut. On s'y
déplace à pied, à vélo ou en tram. Ni bruit ni pollution, comme avant
le règne de l'automobile reine. Le voir pour le croire.
Philippe Van Parijs, comme son nom franco flamand l'indique est un
utopiste intelligent, cosmopolite, polyglotte et infatigable à la
dégaine de Don Quichotte, grand amoureux de Bruxelles et du concept de
Communauté Urbaine.
Comme tous les caractères fort, il a ses détracteurs. DiverCity adhère
la plupart du temps à ses analyses.
MG

jeudi 24 mai 2012

Le sommeil de la raison





La mère de Diana aux aveux : elle l’a étranglée et découpée
Le corps sans vie de Diana a été retrouvé dans le congélateur,
découpé après avoir été étranglé. La mère a reconnu les faits.
De source policière, la mort remonterait à la nuit de dimanche à lundi.
Le corps sans vie de la petite Diana Farkas, disparue depuis dimanche
soir, a été retrouvé, mercredi en fin de matinée, au domicile de
Juliana Santana Duran, la mère de la fillette, a annoncé la police
fédérale. Selon nos informations, le corps aurait été retrouvé dans un
congélateur, découpée après avoir été étranglée. De source policière,
la mort remonterait à la nuit de dimanche à lundi. La mère a reconnu
les faits.
Vers 10 heures 30 une équipe de la Cellule disparition, accompagnée
du juge d’instruction Pierre Hustin et du Procureur du Roi par interim
Pierre Magnien ont investi le domicile de la femme, impasse de la
Croisette à Châtelineau. Ils ont d’abord découvert les vêtements
ensanglantés de la fillette dans la machine à laver avant de trouver
le corps de la fillette dans le congélateur.
Matthieu Collinet, Belga

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE SOMMEIL DE LA RAISON
Y a-t-il un lien entre un exorcisme mortel, un infanticide monstrueux
et le massacre perpétré par un militant d'extrême droite norvégien?
Oui,de toute évidence, ces trois actes barbares témoignent de ce que
Freud dénonçait dès 1929 comme un "Malaise dans la civilisation" (Das
Unbehagen in der Kultur), parfois traduit par "Le malaise dans la
culture."
Freud y affirme notamment que selon lui, la culture est édifiée sur du
renoncement pulsionnel, car la vie en commun suppose une restriction
de la liberté individuelle autrement dit le conformisme. Le respect
des exigences sociales est assuré, à ses yeux,  par le père bientôt
remplacé par le « surmoi » (père intériorisé, faculté à
s'autocontraindre par la  conscience morale). Ces exigences sociales
se manifestent dans la morale et dans la religion.

À côté de la tendance expansive de l'Éros (tendance à rassembler la
substance vivante en unités de plus en plus grandes, à créer des
sociétés humaines de plus en plus vastes en liant libidinalement les
individus), existe une autre pulsion, opposée à elle, qui tend à
dissoudre ces unités : Thanatos, la pulsion de mort. Cette pulsion de
destruction est source de jouissance (narcissique) car elle
réalise les anciens souhaits de toute-puissance du moi.
La culture est une émanation de l’Éros. C'est de l' éros sublimé. Les
foules humaines doivent être liées libidinalement car l'intérêt du
seul travail ne suffit pas à maintenir leur cohésion. À ce projet
s'oppose Thanatos, la pulsion destructrice appelée aussi  pulsion de
mort.
Freud pose, selon nous, la question essentielle:  "le progrès de la
civilisation sera-t-il capable, et dans quelle mesure, de dominer les
perturbations induites par les pulsions humaines d'agression et
d'autodestruction?" Disons le plus platement: de barbarie! Et c'est
écrit dix avant la mise en service des camps nazis d'extermination de
masse que la technique rendra opérationnels et redoutablement
efficaces!
Le surmoi-de-la-culture a des exigences. Elles se manifestent sous la
forme de l'éthique. L'éthique est une tentative thérapeutique, un
effort pour atteindre un commandement du surmoi. Il s'agit d'écarter
le plus grand obstacle à la culture: le penchant à l'agression. Mais
l'éthique est exigeante, trop exigeante; elle se soucie trop peu du
moi : elle édicte un commandement sans se demander s'il est possible
de l'observer.
"L'éthique dite naturelle (faire le bien pur la beauté du bien) n'a
rien à offrir si ce n'est la satisfaction narcissique de se considérer
comme meilleur que les autres. L'éthique qui se fonde sur une religion
de salut promet une récompense dans l'au-delà. Aussi longtemps que la
vertu ne trouvera pas sa récompense dans l'ici bas, sur cette terre,
l'éthique prêchera en vain."
Il est de bon ton d'affirmer que ceci n'est pas le meilleur texte de
Freud. Qu'importe, constatons qu'il nous offre une bonne grille
d'interprétation de l'innommable. Pointons également qu'il fut écrit
en 1929, l'année de la grande dépression, un chaos comparable à celui
que nous vivons aujourd'hui et qui déboucha sur la prise de pouvoir
des nazis qui contraindront très vite Freud à l'exil à Londres où il
mourra.
Il n'est pas inutile de relier ce qui paraît isolé et singulier. C'est
là tout le travail de la pensée complexe que nous enseigne Edgar
Morin.
Rappelons que le dialogue interculturel pour lequel plaide DiverCity
participe d'une éthique du respect de l'autre et de l'humain, quelle
que soit sa couleur, son sexe et ses convictions politiques,
religieuses ou politiques. C'est l'exact contraire de l'exclusion et
de l'intolérance
MG

L’islam se révolte aux assises



 Affaire Latifa Hachimi, Bibliothèque judiciaire
Assises de Bruxelles. Les marabouts proliféreraient dans la capitale
La tension est extrêmement vive aux assises de Bruxelles où
comparaissent depuis une semaine les exorcistes musulmans accusés
d’avoir provoqué la mort de Latifa Hachmi, 23 ans, soumise au rite
moyenâgeux de la roqya, frappée de cent coups de bâton et quasi noyée
dans sa baignoire. Hier, un frère de la victime n’a pu s’empêcher de
lancer un strident « traître » à l’adresse de Xavier Meert, le
converti qui avait procédé au rite tragique. Le témoignage du
psychiatre Walter Poelman venait de révéler que l’accusé était revenu,
quelques jours avant d’entamer la roqya fatale à Latifa, de La
Mecque. « Quand on revient de la Mecque, on est pur, on ne tue pas »,
nous a dit le frère de Latifa après une suspension d’audience forcée
par les événements. L’avocat général Moreau a mis en garde les parties
: les perturbateurs seront dorénavant expulsés ; la sécurité sera
renforcée aux abords du Palais où des agressions sur la famille des
exorcistes auraient été exercées.
Cette tension dans la salle d’audiences et ses abords résulte de la
mort atroce de Latifa. Hier matin, le légiste Bonbled a estimé que la
jeune femme aurait pu succomber tant à la centaine de coups reçus qu’à
la quasi-noyade imposée par Meert et son mari lors du rite de la
roqya. Il rend compte aussi d’une révolte des musulmans, présents en
nombre dans la salle d’audience, qui dénoncent avec force ces «
charlatans qui prolifèrent à Bruxelles », ces marabouts qui dénaturent
l’image de l’islam. Dans la salle d’audience, ils sont bien présents,
eux et leurs supporters. Les images de ces femmes voilées jusqu’aux
pieds, approuvant les déclarations de leurs gourous depuis le box des
accusés, illustrent ce monde caché de la pratique la plus hystérique
de l’islam à Bruxelles. « A Bruxelles, souligne un musulman qui suit
les débats, il suffit d’avoir lu les quarante premières pages du Coran
pour se prétendre imam. C’est incroyable ! »
Le psychiatre Walter Poelman n’a pas démenti ces constats. Meert, le
converti, avait opéré une « plongée obsessionnelle dans l’islam ».
Tous les accusés trouvaient dans leur fréquentation d’ASBL à vocation
musulmane un exutoire à leurs frustrations personnelles et sociales.
Ils étaient tous chômeurs. Depuis 1982, pour le cheikh Abou Chayma, «
manipulateur et narcissique » qui tenait « une position dominatrice
dans un environnement humain en désarroi ». Ce ne sont pourtant pas
ses délires qui sont jugés. Ce n’est « que » la mort de Latifa qui
doit être élucidée.
METDEPENNINGEN,MARC

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE RETOUR DU MOYEN AGE
Il est impressionnant d'assister à un retour de pratiques moyenâgeuses
que l'on croyait éradiquées depuis longtemps. On prête à Malraux cette
idée que le XXIème siècle serait religieux ou ne serait pas. Qu'il
l'ai dit ou pas n'est pas l'essentiel. Ce que l'on observe c'est un
retour massif de l'obscurantisme au coeur de l'occident. Crise des
Lumières?
C'est dans une Europe sécularisée, c'est à dire largement
déchristianisée, qu'on constate un retour brutal du refoulé qui se
manifeste le plus âprement chez les moins instruits et les plus
démunis. On connait la célèbre phrase de Goya souvent citée ici: "le
sommeil de la raison engendre des monstres." Le plus frappant peut
être dans cette sordide affaire c'est l'acharnement du zélé converti.
On aimerait en savoir plus sur la biographie de ce Xavier Meert. « A
Bruxelles, souligne un musulman qui suit les débats, il suffit d’avoir
lu les quarante premières pages du Coran pour se prétendre imam. C’est
incroyable ! »
Il y aurait pas mal de chose à dire sur l'envoûtements des nouveaux
exorcistes. ces « charlatans qui prolifèrent à Bruxelles, ces
marabouts qui dénaturent l’image de l’islam."
A l'évidence, nous assistons à des symptômes morbides de fin de civilisation.
Gramsci écrivait dans sa geôle mussolinienne : « L'ancien se meurt, le
nouveau ne parvient pas à voir le jour, dans ce clair-obscur
surgissent les monstres ».
MG