dimanche 20 mai 2012







Uitgelicht: Migrant is gelukkig en engageert zich

Tuur De Moor © Brussel Deze Week

Uit een Europese studie blijkt dat Brusselse migranten van niet-Europese origine behoorlijk tevreden zijn over hun integratieparcours en hun levensomstandigheden. Ze zijn vragende partij voor taalcursussen en willen zich ook politiek engageren, ondanks discriminatie en vaak precaire arbeidsomstandigheden. Het verwerven van de nationaliteit kan een instrument zijn om nieuwkomers zich betrokken te doen voelen.

In Wallonië en Brussel (zoals bij BON) zijn taal- en maatschappijcursussen niet verplicht.

D eze en andere bevindingen komen naar voren in de studie Immigrant citizens survey , gepubliceerd door de Koning Boudewijnstichting (KBS) en de Migration Policy Group en meegefinancierd door Europa. Grootschalige, representatieve enquêtes peilen daarin bij niet-Europese migranten in vijftien Europese steden in zeven landen naar de beleving van hun integratieparcours.

“De resultaten zijn buitengewoon. Hoewel het publieke debat meestal focust op integratieproblemen en veel minder op successen, laat deze enquête een ander beeld zien,” zegt Françoise Pissart van de KBS.

In België werden drie steden onder de loep genomen, één uit elk gewest: Brussel, Antwerpen en Luik. Daarin worden enkele opvallende verschillen duidelijk.

Inburgeren
In Wallonië en Brussel worden taal- en maatschappijcursussen aan­geboden op vrijwillige basis, waar dat in Vlaanderen verplicht is. De overgrote meerderheid van de ondervraagden in België gelooft in het belang van taalcursussen, maar slechts twintig procent volgde er al een in Brussel, tegenover veertig procent in Antwerpen.

“In Brussel zijn er lange wachtlijsten en is het beperkte aanbod heel versnipperd,” verklaart Dirk Jacobs, socioloog aan de ULB en auteur van het Belgische luik van de studie. Brussels staatssecretaris Emir Kir (PS) belooft het aanbod meer te centraliseren, maar hij gelooft niet in de verplichting van taal- of inburgeringscursussen. Jacobs denkt nochtans dat dit geen slecht idee zou zijn, maar vindt “dat Vlaanderen de fout maakt om deze regels en voorwaarden als absolute voorwaarde te koppelen aan het verwerven van de nationaliteit. Als we een inclusieve en participatieve samenleving willen, dan moeten we een klimaat scheppen waarin migranten zich deel kunnen voelen van de samenleving. Het verwerven van de nationaliteit kan daarin een belangrijk instrument zijn, opdat nieuwkomers zich meer betrokken voelen. Die procedure kan zich parallel met de inburgering voltrekken.”

Discriminatie
Taal is uiteraard een belangrijk instrument. Ondanks het opmerkelijke feit dat het merendeel van de ondervraagden duidelijk meertalig is, spreken ze vaak maar een van de landstalen, waardoor een op de drie in Brussel en Luik zijn of haar kansen op werk aangetast voelt.

Daarnaast blijkt uit de studie ook dat 51 procent van de ondervraagden in Brussel wettelijk betaald werk heeft, tegenover 43 procent in Antwerpen en 36 procent in Luik. Dat op het eerste gezicht goede nieuws heeft ook een keerzijde. Een op de drie die betaald werk hebben in Brussel, doet dit in een sector waarvoor hij of zij overgekwalificeerd is. Bijna zeventig procent van de Belgische ondervraagden heeft nog geen enkele stap ondernomen om elders verworven diploma’s of competenties te laten gelijkschakelen.

Daarnaast speelt ook discriminatie een rol. In Brussel en Luik klagen meer dan vier op de tien respondenten over discriminatie tijdens rekruteringsgesprekken; in Antwerpen is dat een op de vier. Precaire arbeidsomstandigheden en zwartwerk zijn in sommige sectoren veeleer regel dan uitzondering. In Brussel hopt 43 procent van de ene job naar de andere, zonder werkzekerheid.

Stemmen
Positief voor Brussel is dan weer dat het subjectieve gevoel van politieke en maatschappelijke betrokkenheid groter is dan in Luik of Antwerpen. Migranten maken er vaker deel uit van een politieke partij (9,8 procent, tegenover 7,6 procent in Antwerpen en 3 procent in Luik), van een vereniging of ngo. In 2006 gingen ook bijna zeven keer meer Brusselse respondenten (20,5 procent) stemmen voor de gemeenteraad dan in Antwerpen (3,2 procent). In de hoofdstad werd elke stemgerechtigde persoonlijk aangeschreven, in tegenstelling tot Vlaanderen. Die aanpak heeft zijn effect niet gemist. Dat maakt volgens Thomas Huddleston, lid van de Migration Policy Group, ook duidelijk dat “het gevoerde beleid inzake migratie en integratie echt een verschil maakt.”

Dirk Jacobs wijst er ook op dat elke stemgerechtigde die nog niet is ingeschreven om in oktober te gaan stemmen, en hier al minstens vijf jaar woont, voor 1 augustus de inschrijving in orde moet hebben. Minister van Binnenlands Bestuur en Inburgering Geert Bourgeois (N-VA) riep onlangs de Vlaamse gemeentebesturen nog op hier werk van te maken.



IMMIGRATION : LES YEUX GRANDS FERMES

Alain DESTEXHE

Nous devons sortir des réformettes entreprises ces dernières années et élaborer un nouveau modèle migratoire afin de promouvoir au niveau européen. Une opinion d'Alain DESTEXHE, député de la Fédération Wallonie-Bruxelles.




Eyes wide shut" : le titre de ce film de Stanley Kubrick qui traite du fantasme peut être traduit par "Les yeux grands fermés" et est également le titre d’un ouvrage de la démographe Michèle Tribalat qui traite des tabous liés aux conséquences économiques et sociales de l’immigration en France et en Europe.

"La Libre Belgique" consacrait ce mardi sa Une à la question de l’immigration. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette thématique est caractérisée par la difficulté d’apporter l’une ou l’autre nuance au discours dominant. Et pourtant, il y a de quoi douter d’une série d’affirmations apportées par les différents intervenants de cette édition.

Nous nous bornerons à en identifier trois, dans la mesure où ces arguments reviennent de manière cyclique dans la rhétorique du politiquement correct chaque fois que l’on tente d’aborder ce sujet. Ces trois affirmations sont respectivement : l’apport positif et nécessaire de l’immigration face au vieillissement de la population; la nécessité de faciliter d’octroi de la nationalité et, enfin, l’instrumentalisation de cette thématique.

Atout économique : vraiment ? Dans son édito, Vincent Slits avance : "L’immigration est un atout, une nécessité aussi dans un pays confronté à un déclin démographique et à une pénurie de main-d’œuvre". Il s’agit d’une incantation sans cesse répétée et qui constitue d’ailleurs la ligne officielle de la Commission européenne. Dans son livre "Les yeux grands fermés - L’immigration en France" (Denoël, 2010), Michèle Tribalat, Directrice de recherche au très sérieux INED français, tend pourtant à remettre en cause cette équation présentée comme indiscutable. Pour que les immigrés contribuent à financer les retraites, il est en effet nécessaire qu’ils trouvent un emploi.

L’immigration ne pourrait donc pallier ce problème que pour autant qu’elle soit particulièrement qualifiée ou réponde à des besoins bien ciblés du pays d’accueil. Or, beaucoup d’immigrés éprouvent des difficultés à entrer sur le marché du travail. En Wallonie, 38,5 % des immigrés extra-européens sont au chômage, de même que 32,2 % en Région bruxelloise. Au regard des chiffres avancés par l’Institut Itinera et repris dans La Libre, nous avons accueilli, ces dix dernières années, proportionnellement plus que tous nos voisins limitrophes mais aussi que des pays d’immigration comme le Canada, l’Australie ou encore les Etats-Unis.

Des chiffres qui démontrent que nous ne maîtrisons manifestement pas nos flux migratoires. Pas plus que l’on ne semble se soucier du sort des immigrés et de leurs descendants (qui acquièrent l’un comme l’autre assez rapidement la nationalité belge, rendant leur retour impossible). Il apparaît pourtant essentiel, en cette période de crise économique et sociale, de filtrer (le mot peut choquer, il n’en reste pas moins nécessaire) à l’entrée les personnes qui auront le plus de chance d’améliorer leurs conditions de vie dans notre pays. En refusant de nous y atteler, nous condamnons ces personnes à vivre dans des ghettos ethniques qui coûteront par ailleurs de plus en plus cher à la collectivité. J’y reviendrai plus loin.

Le second argument généralement avancé a trait à la nationalité. Celle-ci devrait, selon certains, pouvoir être acquise plus facilement car elle serait un "vecteur d’intégration". Une façon de procéder qui revient à inverser l’ordre logique des choses et aboutit à entretenir la problématique de l’intégration. On ne s’intègre pas une fois devenu Belge. On devient Belge parce que l’on est intégré.

La maîtrise de la langue, la connaissance de notre histoire et de notre culture, l’adhésion à nos valeurs, constituent autant de conditions préalables à l’intégration pleine et entière dans notre société. Le peu d’engouement des étrangers extracommunautaires à l’occasion des élections communales (les derniers chiffres évoque un taux d’inscription extrêmement faible) démontre par ailleurs que le lien entre nationalité et citoyenneté est toujours d’actualité. De même que la nécessité à donner à la naturalisation toute la portée symbolique qu’elle mérite.

Mais le traitement de ces deux problématiques ne pourra se faire sans la résolution de la troisième : l’incapacité à parler sereinement d’immigration et d’intégration. Les médias fustigent ceux qui auraient la tentation "d’instrumentaliser" les statistiques. "En agitant le spectre d’une montée de l’insécurité dans nos villes, d’une perte de nos repères culturels ou de la faillite inéluctable de nos filets de protection sociale", écrit d’ailleurs Vincent Slits dans l’éditorial précité.

Pourtant, les communes bruxelloises connaissant la plus forte concentration d’immigrés sont effectivement les plus touchées par le chômage. C’est un fait. Il s’agit d’ailleurs aussi des communes les plus touchées par l’insécurité. Poser l’équation selon laquelle un immigré serait nécessairement un délinquant potentiel serait imbécile. Mais nier le lien entre immigration non régulée et problématiques sociales et sécuritaires le serait tout autant. Dans son ouvrage intitulé "Le déni des cultures" (Seuil, 2010), Hugues Lagrange, chercheur au prestigieux CNRS français, souligne d’ailleurs comment la concentration ethnique spatiale dont se sont rendus coupables des pouvoirs publics dépassés par l’explosion de flux migratoires non maîtrisés, encourage la reproduction de réflexes culturels incompatibles avec nos valeurs et, surtout, engendre des sociétés autarciques caractérisées par des rapports de forces internes qui, statistiques à l’appui, expliquent en partie le développement de phénomènes criminogènes plus prononcés qu’ailleurs.

Car un autre problème vient de la ghettoïsation de l’immigration. Celle-ci s’est particulièrement concentrée sur la Région bruxelloise. La dualisation de celle-ci, accentuée par des politiques inadéquates et opportunistes de l’Olivier, sème les germes d’un terreau fertile à l’émergence de réflexes communautaristes de plus en plus aigus qui ne peuvent engendrer que le rejet de l’autre et, si nous n’y prenons pas garde, la violence. Nous devons, là aussi, construire une politique d’intégration qui raffermisse nos valeurs, notamment en instaurant la neutralité à l’école et dans la fonction publique, mais aussi en développant une école publique et des formations professionnelles de qualité, qui ne pourront être instaurées à Bruxelles qu’une fois la sécurité rétablie dans les quartiers précités. En construisant une société du mérite, aussi.

Hugues Lagrange est ainsi extrêmement critique par rapport aux mesures de discrimination positive et aux quotas, qui sont pourtant encensées par la Gauche aujourd’hui. "Il ne faut pas confondre recherche d’une politique d’immigration efficace et cohérente avec une opposition avec ceux et celles qui en sont issus", comme le disait fort justement le regretté Jean Gol. C’est dans cette optique que je m’inscris pleinement. Certes, le racisme et l’intolérance, qui ont une fâcheuse tendance à la banalisation et à la recrudescence en ces temps de crise économique, doivent être combattus de toutes nos forces.

Nous, citoyens européens (quelles que soient nos origines), savons très bien ce que peuvent engendrer la peur et la haine de "l’Autre". Mais nous devons également sortir de la logique selon laquelle l’immigration, telle que nous la connaissons aujourd’hui, ne pourrait être que bénéfique et, partant, ne pourrait être trop sévèrement régulée au motif que nous en aurions "besoin" et ce, sans être taxé de faire le jeu du "fascisme". Nous devons sortir des réformettes entreprises ces dernières années et élaborer un nouveau modèle migratoire afin de le promouvoir au niveau européen.


Commentaire d'un lecteur:

"""L'immigration telle que vécue actuellement engendre un communautarisme de plus en plus exacerbé avec toutes les dérives que cela implique (discrimination, racisme). Etonnant d'ailleurs à ce sujet que dans le débat "Mise au point"de dimanche dernier, personne ne juge bon de relever l'invraisemblable déclaration de Yacob Mahy, représentant de la religion musulmane. Questionné sur la Belgian Pride, il a dit textuellement (vérifiable entre 1h12 et 1h15 du débat sur le site de la RTBf) "Ce n'est pas en étalant de la sorte sur la scène publique la revendication d'un communautarisme que l'on arrivera à une société plus juste, plus humaine". Je n'ai jamais entendu condamnation plus claire et plus nette du port du voile dans les rues du pays."



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PAS DE TABOUS

Doucement mais sûrement, on quitte le cocon doucereux du politiquement correct pour appeler un chat un chat. Il faut s'en réjouir et souhaiter que l'Europe, plus fracturée socialement que jamais, prenne conscience de toutes les facettes de l'immigration: les zones d'ombre, comme les zones de lumière.

MG



LA NOUVELLE LUTTE DES CLASSES



Jean-François Kahn journaliste et essayiste

C'est un gouvernement de qualité que le nouveau président français a nommé et placé sous l'autorité de Jean-Marc Ayrault.

De qualité… mais purement socialo-socialiste juste agrémenté d'une feuille de salade verte. C'est-à-dire reposant sur un socle qui ne représente que 32 % des électeurs.

Et cela face à une droite qui, au deuxième tour de l'élection présidentielle, sur (ou grâce à) un discours rappelant la rhétorique des partis les plus conservateurs d'avant-guerre, de tonalité moins gaulliste que pétainisto-maurassien en quelque sorte, a obtenu un score finalement considérable : 48,4 % du corps électoral.

Si on y ajoute les votes blancs et les abstentions lepénistes cette droite-là n'est-elle pas apparu potentiellement majoritaire ? Idéologiquement majoritaire tout au moins.

Et les socialistes ne prennent-ils pas un risque énorme en privilégiant « l'entre soi » au détriment d'un salvateur élargissement de leur courte – et un peu artificielle – majorité ?

La question se pose d'autant plus que ce deuxième tour de la présidentielle a révélé une France plus fracturée socialement que jamais.

Qu'on en juge :

Paris, dimanche 6 mai, 21 h 30. Des milliers de jeunes, dont beaucoup venus des cités de banlieues, déferlent boulevard Saint-Germain, haut lieu des aristocraties d'hier et d'aujourd'hui, en direction de la Bastille. Or, toutes les fenêtres des luxueux immeubles sont fermées. Aucune silhouette n'apparaît derrière les vitres. La grande bourgeoisie se calfeutre. Se recroqueville. Malgré elle, elle est obligée d'entendre. Elle ne veut pas voir.

L'élection à la présidence de la République française d'un social-démocrate centriste est perçue par cette population comme le serait la prise de pouvoir par les bolcheviks au couteau entre les dents.

Image éloquente. Qui montre à quel point nous venons de vivre une élection du XIXe siècle. Enterrés le gaullisme, le social-christianisme, le giscardisme, le mitterrandisme, le chiraquisme qui avaient brouillé les clivages sociaux. Retour, ou presque, au « classe contre classe ». A la France urbaine contre la France rurale. Aux résidences contre les grands ensembles. Aux pavillons contre les HLM. Aux faubourgs contre les beaux quartiers. A la pierre contre le béton. A la dèche contre l'épargne. Aux patrimoines contre les « assistés ». A l'entrepreneuriat contre le fonctionnariat. Aux actifs contre les retraités. Aux pratiquants contre les agnostiques.

Qu'on en juge. Toutes les grandes villes de France ont voté François Hollande sauf trois : Nice, Aix-en-Provence et Toulon. Mais 70 % des villages ont voté Nicolas Sarkozy. A Paris, le XIXe arrondissement, à la fois populaire et bobo, qui votait Chirac il y a trente ans, a accordé 74 % des suffrages à Hollande, mais le XVIe, gotha de la richesse patrimoniale, a offert 82 % à Sarkozy. Deux plébiscites : à Saint-Denis en faveur de Hollande, à Neuilly en faveur de Sarkozy. Aubervilliers s'est donné totalement à l'un, Versailles totalement à l'autre. D'un côté Le Creusot ou Montceau-les-Mines, de l'autre Saint-Raphaël ou Saint-Tropez. A Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, les votes Le Pen pauvres du premier tour ont basculé vers Hollande, mais ; à Nice, les votes lepénistes riches se sont massivement ralliés à Sarkozy.

Avec Hollande, les ouvriers, les employés, les chômeurs, les intellos. Avec Sarkozy, les indépendants, les artisans, les commerçants, les paysans. Et les classes moyennes coupées en deux : avec Sarkozy au-dessus de 3.800 euros par mois, avec Hollande en dessous.

Certes la situation réelle est moins caricaturalement tranchée que les apparences ne le laissent craindre. Mais, à côté du réel complexe, il existe toujours une réalité des apparences. Le manichéisme, forcément binaire, de la rhétorique sarkozyenne a engendré, très naturellement, une France socialement et culturellement fracturée en son milieu, camp contre camp. Plus de no man's land, de zone intermédiaire. Disparition des centres.

Mais, au-delà de cette photographie en noir et blanc, ou derrière elle, en filigrane, se dissimule sans doute une autre vérité.

Celle-là : la France a rejeté Sarkozy, sans ambiguïté. (Même le vote blanc, très important, était une façon de le rejeter). Mais elle n'a pas voté majoritairement à gauche. Ou, plus exactement, par antisarkozysme, elle a accordé à la gauche une majorité légale qui ne correspond nullement à une majorité idéologique.

La principale leçon du 6 mai, ce n'est pas que Hollande l'ait emporté de justesse, c'est que la droite, grâce à un discours qui rappelait, par sa radicalité réactionnaire, une certaine rhétorique des années 30, a failli l'emporter. Et qu'elle l'aurait emporté sans les votes blancs gelés par Marine Le Pen et la défection des centristes de François Bayrou.

Ce qui promet au vainqueur des lendemains qui déchantent. Surtout s'il s'imagine avoir vraiment gagné.











Aucun commentaire: