mercredi 6 juin 2012

L’Europe, en fin





Jacques Attali
Paru dans L'Express | Publié dans Géopolitique - 4 juin 2012 |

Si l’union européenne continue pendant quelques mois à se défaire sous nos yeux, en suivant très exactement les scénarios les plus pessimistes, ici exposés depuis des années, elle n’existera bientôt plus.

Les Européens ne veulent pas croire que c’est possible. Ils se moquent de ceux qui le prédisent. Comme ceux qui, à la fin du XVIIIè siècle, refusèrent de voir monter le nationalisme, tout occupés qu’ils étaient avec les Lumières, les droits de l’homme et la découverte du monde, et furent surpris par les 25 ans de guerre qui ravagèrent l’Europe à partir de 1792. Comme ceux qui, à la fin du XIXè siècle, refusèrent de voir le retour des mêmes démons, tout occupés qu’ils étaient avec le progrès, la République et la mondialisation, et furent surpris par les 50 ans de guerre qui ravagèrent l’Europe à partir de 1914.

Aujourd’hui, tout recommence. Le monde a tout pour être heureux. Et l’Europe plus encore : un niveau de vie inégalé, une sécurité sans pareille, une liberté enviée de tous. Et pourtant, les mêmes démons conduiront aux mêmes tragédies. Les plus jeunes ne peuvent le croire, eux pour qui, par Erasmus, l’Europe est devenue une évidence.

Néanmoins, de jour en jour, l’ivresse augmente, l’avalanche grossit, le cancer se diffuse, le tsunami enfle – selon la métaphore qu’on retient.

L’Histoire est écrite d’avance : laisser la Grèce faire faillite, ne pas sauver les banques espagnoles, rester impuissants face aux demandes à venir, italiennes et françaises. Et voilà. C’en sera fini de soixante ans d’efforts. On se rendra compte alors seulement qu’un peu de solidarité aurait pu tout sauver. Que l’Allemagne, bien oublieuse de la générosité des autres à son égard, il y a quelques décennies, porte l’essentiel de la responsabilité. Que la France, depuis cinq ans, n’a ni voulu ni osé plaider la seule cause qui vaille, celle du fédéralisme européen. Qu’à force de nommer des médiocres à Bruxelles, pour qu’ils ne leur fassent pas d’ombre, les hommes politiques des pays de l’Union n’ont que ce qu’ils méritent. Qu’à se croire trop longtemps infaillibles, les banquiers centraux ont fini par ne plus jouer qu’entre eux, à de petits jeux dérisoires d’admiration mutuelle. Et qu’enfin, le reste du monde, Grande-Bretagne et Etats-Unis compris, a trop longtemps cru que l’échec de l’euro serait pour lui une bonne nouvelle.

Mais tout cela n’est pas l’essentiel. Si cette faillite, depuis si longtemps pronostiquée et encore évitable, advient, c’est que, comme au temps où Stephan Zweig écrivait « Le monde d’hier », les Européens l’auront décidé. Faute de projet. Faute de menace aussi, qui pourrait les unir. Emportés par un chacun pour soi suicidaire. Comme si la bataille pour les chaloupes comptait plus, une fois encore, que le sauvetage du navire. Les historiens retiendront que l’idéal démocratique aura été dévoyé en une dictature de l’individualisme, dont nos civilisations seront mortes.

Que reste-t-il alors à espérer quand la solution est si simple techniquement (on l’a dit souvent ici : la création d’un niveau fédéral dans l’eurozone) et si impossible politiquement ? Un réveil des peuples. Comment? Par un accord franco-allemand qui proposerait de mettre au référendum dans toute l’eurozone, le même jour, la question suivante: « Etes-vous favorable à la mise en commun d’une part de votre souveraineté, pour sauver et conforter votre bien-être? »

D’un tel débat, on peut toujours rêver…

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

HOMO EUROPEANUS?

Six décennies de construction européenne tournent sous nos yeux impuissants en eau de boudin. L'analyse de Jacques Attali est irréfutable.

Par contraste, on a pu observer pendant trois jours le délire nationaliste britannique célébrant un règne de 60 ans et mettant à l'honneur, plus encore que la reine, le Common Wealth, cet empire consensuel et virtuel, cette fiction post colonialiste, cette alternative anglo saxonne à l'Europe Unie dont la perfide Albion n'a jamais voulu.

Ce qui a manqué le plus à l'Europe c'est un nouveau Jacques Delors et un récit fondateur, une télévision, un enseignement communs peut-être, capables de fonder une citoyenneté européenne en une génération.

Imagine-t-on un million de personnes acclamant dans les rue de la capitale européenne le triumvirat Barusso, Van Rompuy, Ashton?

Oui, il existe un inconscient collectif britannique, non pas anglais mais émanant du Royaume Uni -cette construction aussi improbable que la Belgique désunie- et une mémoire collective unissant des centaines de millions de ressortissants du Common Wealth que réunit la couronne de sa majesté.

Rien de tel pour l'Europe, cette mal aimée mais surtout cette mal aimante.

Hormis Guy Verhofstadt et Daniel Cohn-Bendit, qui suscitent des sourires amusés de la part des élites, on ne distingue aucun héraut totalement engagé au service de l'idée européenne.

Oui il y eut plusieurs millions d'allemands dans les rues de Berlin en 1989 mais ce n'était pas pour saluer l'Europe mais pour célébrer dans la jubilation collective la réunification allemande, la création d'un IV ème Reich se tournant vers l'Est.

On a vu des millions de jeunes réunis autour du pape polonais avant dernier souverain du Vatican. Ce n'était pas pour célébrer l'Europe mais pour offrir un sursaut à un catholicisme romain aux abois.

La longue agonie de l'idée européenne résulte de multiples causes profondes. La principale d'entre elles: c'est l'inexistence d'un homo europeanus, d'une sentiment d'appartenance à Europa, âme soeur de America sortie de ses flancs et de son cerveau.

On va s'en mordre les doigts quand les nationalismes reprendront partout les manettes, comme bientôt en Flandre.

MG









Aucun commentaire: