lundi 16 juillet 2012

« LA N-VA EST LA NOUVELLE PLATEFORME POUR L'EXTREME DROITE »



BELGA  CLAUDE DE DECKER

Les membres du Vlaams Belang passés à la N-VA amènent leurs idées dans leur nouveau parti, estime Patrick Dewael (Open VLD)



En acceptant dans ses rangs de nombreux anciens membres du Vlaams Belang, la N-VA est devenue une plate-forme pour l'extrême droite, écrivent le chef de groupe Open Vld à la Chambre Patrick Dewael et la parlementaire flamande libérale flamande Marleen Vanderpoorten dans une carte blanche dans le quotidien De Morgen.

Interviewé par la VRT radio, Patrick Dewael a dit s'interroger sur le « screening » de ses nouveaux membres par la N-VA. Et de citer les passages dans les rangs de la N-VA de Karim Van Overmeire et Jurgen Ceder. L'ancien ministre souligne que la N-VA est devenue une plate-forme pour l'extrême droite Samedi, la N-VA a fait savoir qu'elle n'accepterait plus dans ses rangs de transfuges en provenance du Vlaams Belang, après une querelle interne sur l'arrivée du sénateur extrémiste Jurgen Ceder dans la section N-VA à Dilbeek en vue des communales d'octobre.

Plusieurs journaux notent cependant lundi matin que la règle semble ne pas valoir sur le plan local puisque le parti a encore accepté dans ses rangs Steven Dupont, conseiller provincial et communal, qui poussera la liste N-VA à Grimbergen. Le leader d'extrême droite Filip Dewinter espère que ces transfuges permettront de rompre le cordon sanitaire autour du VB sur le plan local, a-t-il lancé sur la VRT.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

ROMPRE LE CORDON SANITAIRE

"La N-VA est devenue une plate-forme pour l'extrême droite" (...) "Le leader d'extrême droite Filip Dewinter espère que ces transfuges permettront de rompre le cordon sanitaire autour du Vlaams Belang".

C'est clair! La N-VA est en train de phagocyter la droite flamande en la radicalisant aux couleurs de la droite extrême.

Il ne faut pas oublier que ni la N-VA, ni le Vlaams Blok ou Belang n'ont jamais rompu le cordon ombilical avec leur mère commune, la louve Volksunie, avatar édulcoré du VNV d'avant guerre.

Un spectre hante l'Europe et c'est celui de la fusion de la droite extrême et de l'extrême-droite. Cette évolution, Patrick Dewael ne l'ignore pas, a réduit à peau de chagrin le VLD de son ami et complice Guy Verhofstadt qui en avait fait la deuxième force politique de Flandre.

La grande ambition du Vlaams Belang fut et demeure de rompre le cordon sanitaire qui, Anvers et dans toute la Flandre l'éloigne du pouvoir. En se rapprochant de la N-VA et en noyautant celle-ci comme il le fait il rend ce rêve de plus en plus probable.

C'est une menace redoutable, un pas à ne franchir à aucun prix dans une Flandre qui vit dans un climat de plus en plus poujadiste.

MG

POUJADISME

Le poujadisme est le nom donné à un mouvement corporatiste et populiste de droite, apparu au début des années 1950 en France.




Le mouvement s'est fédéré autour de Pierre Poujade (1920-2003), homme politique français, fondateur de l'Union de Défense des Commerçants et Artisans (UDCA). Il visait à défendre les intérêts des petits commerçants et des artisans confrontés à la modernisation de l'après Seconde Guerre mondiale et à la pression fiscale.

Hostile à l'Europe du Traité de Rome, antiparlementaire et nationaliste, le poujadisme condamnait l'inefficacité du parlementarisme tel qu'il existait sous la IVe République ainsi que le système fiscal oppressant.

Le poujadisme qui prétendait dépasser le clivage droite / gauche a rassemblé un électorat lassé de l'instabilité et de l'impuissance de la IVe République. Jean-Marie Le Pen fut élu député poujadiste en 1956 avant d'être exclu de l'UFF en 1957.

De nos jours, par extension, le terme "poujadisme" est utilisé pour désigner une attitude démagogique en faveur des petits commerçants, un corporatisme revendicatif, une opposition à l'évolution économique et sociale, un discours antiparlementariste, voire d'extrême droite. Il est considéré souvent comme un "conservatisme petit-bourgeois".









Aucun commentaire: