lundi 30 juillet 2012

le Maroc, Reynders, le parcours d’intégration





par BEATRICE DELVAUX

Première ministre d’origine maghrébine, Fadila Laanan revient sur ses origines marocaines, la polémique lancée par Didier Reynders au Sénat (« Molenbeek, c’est l’étranger ») et le parcours d’intégration : « Les gens qui veulent vivre ici doivent connaître nos règles et nos valeurs ».

LE MAROC, REYNDERS, LE PARCOURS D’INTEGRATION

« Le Maroc, je ne le connais pas bien. Lorsque nous étions petits, nous y allions une fois tous les trois ans, en vacances avec les parents, parce qu’on n’avait pas les moyens d’y aller chaque année. Avec le porte-bagages, les enfants dans la voiture, le confort était « bof ». Mais on était tellement content de partir. Ces vacances-là, on ne passait pas notre temps sur la plage. On dînait chez l’un, on déjeunait l’autre. Ce n’était pas toujours très chouette. Je n’aimais pas non plus la manière dont on nous traitait : la corruption était visible. Quand on arrivait devant le douanier et qu’il disait à mon père « Si tu ne glisses pas un petit billet, je fais démonter tout ton porte-bagages », ça me rendait folle.

J’ai une relation d’amour haine avec ce pays. Les choses ont évolué après qu’Hassan II soit parti. Le souffle d’espoir est arrivé avec les réformes de Mohammed VI. Il y a encore beaucoup de travail mais l’évolution est flagrante. J’ai plus de plaisir à m’y rendre aujourd’hui. »

LE PREMIER MINISTRE MAROCAIN A TOUT DE MEME RECEMMENT IGNORE ANNEMIE TURTELBOOM, LA MINISTRE DE LA JUSTICE QUI LUI RENDAIT VISITE AVEC DIDIER REYNDERS, DES AFFAIRES ETRANGERES ?

« J’ai été choquée, pas tant par le fait que le Premier ministre soit insultant à l’égard d’une de mes collègues que par l’attitude de mon collègue des affaires étrangères qui n’a même pas bougé. Moi, à sa place, je me serais levée, j’aurais claqué la porte. Qu’il n’ait pas réagi pas est insupportable ».

FACILE, NON, DE CHARGER PLUS LE COLLEGUE BELGE MR QUE LE PREMIER MINISTRE MAROCAIN ?

« Mais l’attitude du Premier ministre est tout à fait grossière. Il n’y a aucune excuse. Mais que la réunion se soit poursuive comme si rien ne s’était passé, me révolte. »

QU’AURIEZ VOUS FAIT A LA PLACE D’ANNEMIE TURTELBOOM ?

« Je serais partie. »

COMME EX-MAROCAINE, C’EST PLUS FACILE NON ?

« Mais je m’en moque ! Si un homme ose dire à mon propos – « Ah Monsieur le Ministre, vous ne devez pas venir avec votre traductrice, je comprends très bien le français » – je m’en vais. »

ANNEMIE TURTELBOOM A EU PEUR DE L’INCIDENT DIPLOMATIQUE ?

« De temps en temps, cela vaut la peine de claquer la porte, car il faut se faire respecter. Je ne veux pas faire la leçon à Annemie qui est une victime dans ce cas. J’ai personnellement modifié un programme de visite au Maroc dans les jours qui ont suivi cet incident pour ne pas avoir à rencontrer le Premier ministre ».

QUE PENSEZ VOUS DE LA DECLARATION DE DIDIER REYNDERS – « MOLENBEEK C’EST L’ETRANGER » – AU SENAT ?

« J’adore cette commune et je trouve que, même si on peut faire des reproches aux politiques qui ont été menées et qui n’ont pas toujours bien comprises, ou beaucoup de choses et nombre de ses déclarations parfois interpellantes à Philippe Moureaux (PS), c’est quand même lui qui a mis en place un certain nombre de dispositifs et misé sur la culture dans sa commune. Molenbeek sera Métropole culturelle en 2014. Alors quand j’entends un Reynders dire cela, je suis choquée.

Il quitte Liège où le MR ne pourra jamais évoluer tant son attitude à lui était insupportable, arrogante et insultante, et il arrive à Bruxelles et à Uccle et il se permet de faire la leçon. Mais que connaît-il de Bruxelles ? Qu’il arrête de stigmatiser tout le monde ! Il n’apporte rien au débat.

C’est la même chose pour le débat sur le parcours d’intégration : le MR mène de façon idiote. On se sert d’un fait divers et d’une femme en niqab, pour stigmatiser l’ensemble d’une population, alors que ces parcours ne concernent que les primo arrivants. Je n’ai pas de tabou sur leur obligation. Les personnes qui arrivent sur le territoire et veulent y vivre, doivent se présenter à un bureau d’accueil où on évalue leur connaissance du français, leur potentiel d’intégration, leur profil socio économique : c’est important. Il faut même aller plus loin : cette personne doit pouvoir s’exprimer dans une des langues nationales mais doit aussi connaître nos règles et nos valeurs.

C’est crucial notamment pour les femmes qui arrivent dans le cadre du regroupement familial et sont sous la pression de leur mari, empêchées de sortir, ne pouvant dès lors absolument pas s‘intégrer.

C’est elles en plus qui vont transmettre ces règles à leurs enfants. S’il y a des problèmes de budget pour ces parcours d’intégration, phasons-les et donnons la priorité à leur application dans le cas des regroupements familiaux. »


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MOLENBEEK CAPITALE CULTURELLE?

Un lecteur  rectifie: "Ce n'est pas grâce à Philippe Moureaux que Molenbeek sera capitale culturelle en 2014, c'est nier tout le travail fait en ce sens par Françoise Schepmans, échevine MR de la culture française à Molenbeek."

Cela dit, Molenbeek capitale culturelle? on rêve. Si encore on avait dit capitale interculturelle? Dans ce cas c'est Saint-Gilles qui aurait été nominée.

Franchement et avec toute la bonne volonté du monde, je me demande ce qu'on a pu mettre dans ce dossier.

Cela dit , la première ministre d’origine maghrébine, Fadila Laanan est, on peut le dire une belle incarnation de la dynamique interculturelle et un modèle pour les femmes et les filles de sa communauté.

MG

Aucun commentaire: