mardi 17 juillet 2012

Un député déchire le Nouveau Testament







Un député israélien d'extrême droite a déchiré une copie du Nouveau Testament pour dénoncer l'envoi aux membres du Parlement de ce livre "méprisable". Michael Ben Ari, du parti d'opposition l'Union nationale, est un des parlementaires à avoir reçu par la poste une copie du "Livre des Testaments", qui contient la Bible ainsi que le Nouveau Testament, de la part de la Société biblique israélienne.


"Ce livre méprisable a entraîné le meurtre de millions de juif durant l'Inquisition", a affirmé Michael Ben Ari au site internet NRG-Maariv. "C'est une horrible provocation missionnaire de la part de l'Eglise. Ce livre et ceux qui l'ont envoyé devraient être jetés dans les poubelles de l'Histoire", a-t-il ajouté.

Une photo prise par un proche du député et publiée sur le site NRG-Maariv le montre en train de déchirer l'ouvrage.

Dans une lettre accompagnant les livres, le directeur de la Société biblique israélienne Victor Kalisher affirme aux parlementaires que cette nouvelle édition du Livre des Testaments "jette une lumière sur les saintes écritures et permet de les comprendre. De plus, les références illustrent la corrélation étroite entre la Bible et le Nouveau Testament". "Nous espérons que ce livre va vous aider et illuminera votre chemin", affirme Victor Kalisher.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

INSTRUMENTALISATION

Le geste insensé est aussi débile que celui du pasteur américain sénile qui voulut brûler des Corans dans son église, aussi vil que Goebbels confiant aux flammes un holocauste d'ouvrages de la main d'auteurs juifs.  

Triste exemple d'intolérance, d'intégrisme et d'inculture. Certes mais que ne cesse-t-on d'instrumentaliser à des fins politiques des textes écrits pour être lus dans l'intimité profonde, le fors intérieur de chacun, en toute liberté, en toute autonomie. "Lis le coran comme s'il t'avait été révélé" dit un hadith. Qu'on se le dise en terre intégriste!

Lire les évangiles comme s'ils avaient été écrits avant-hier ou redécouverts hier, manuscrits oubliés dans une amphore antique.  Lire de même  les Upanishads ou les dits de Siddhârta. Lire les textes sacrés comme des ouvrages de poésie et les poètes comme des prophètes, les  grands livres, The Great Books, comme les témoignages sacrés des géants de l'humanité.

Est-ce vraiment si difficile?

MG


Aucun commentaire: