mardi 21 août 2012

Le Premier ministre est bilingue



"Elio Di Rupo a fait d'énormes progrès en néerlandais. Pour moi, il est d'ores et déjà bilingue", déclare vendredi Bart Brusseleers, son professeur privé de néerlandais, dans les éditions de Sudpresse.



"C'est l'un des élèves les plus doués et les plus motivés que je n’ai jamais eu. J'ai vu défiler beaucoup de gens, certains avec des fonctions importantes, mais personne ne s'est jamais battu comme lui.
Il est incroyable: il n'abandonne jamais", se réjouit Bart Brusseleers. Selon son professeur privé, Elio Di Rupo est bilingue.
"Je considère que quelqu'un est bilingue à partir du moment où il peut tenir une conversation sur n'importe quel sujet, avec n'importe qui et se faire comprendre sans multiplier les fautes".
Le professeur insiste néanmoins sur la marge de progression du Premier ministre: "Au niveau de la prononciation par exemple: ses 'ge' se transforment encore trop souvent en 'gue', erreur typique d'un
francophone. Il y a aussi du travail à faire concernant les accents".
Bart Brusseleers ajoute encore qu'Elio Di Rupo a déjà emmagasiné plus de 2.500 mots de vocabulaire depuis le mois de décembre.
Avec Belga

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
BILINGUE MALGRE LUI
Les Anglais appellent cela du wishful thinking, les Français parleraient de méthode Coué.
On nous avait expliqué qu’Elio, souffrant de maux d’oreilles suite à un acciden,t était un handicapé de l’apprentissage des langues. Or voici que son professeur privé -how private is private ?- le déclare
bilingue. Un miraculo ! Serait-il  membre de la secte des pentecôtistes, ceux qui comme les apôtres de Jésus se mirent à parler en langues par l’opération la plus visible et la plus spectaculaire du
Saint-Esprit.
Curieusement cette info scoop n’est pas reprise par la presse flamande ! On se demande vraiment pourquoi...
On se souvient que Laurette avait décrété que tous les francophones en âge scolaire seraient bilingues en 2005. On est en 2012 et Laurette continue à baragouiner la langue de Vondel avec cette même singulière manière de rouler les « r » à la Elio. Auraient-ils le même professeur privé ?
Il ne faut pas rêver : on n’apprend pas une langue après 60 ans même quand on est un premier ministre soucieux de maîtriser sa com en super pro.
En revanche, on saluera ici la performance, plus discrète de Didierl Reynders qui lui manie le néerlandais correctement et celle de Charles Picqué qui, malgré son mauvais accent, le maîtrise
parfaitement.
MG

Aucun commentaire: