mardi 28 août 2012

Un quart des Villo! ont été volés en 2011




Belga
Les toutes dernières statistiques en matière de vol se trouvent dans le rapport annuel de Villo! qui a été soumis au Parlement bruxellois.
Un quart des quelque 2.000 vélos de location Villo! qui sont en circulation à Bruxelles ont été volés en 2011. Un an auparavant, il était question de plus d'un tiers de ces vélos. La majorité des deux-roues volés ont cependant été retrouvés, rapporte le site brusselsnieuws.be.
L'information a été confirmée lundi par l'exploitant JC Decaux. Les toutes dernières statistiques en matière de vol se trouvent dans le rapport annuel de Villo! qui a été soumis au Parlement bruxellois. Sur les 2.041 Villo! qui circulaient en moyenne en 2011, 512 ont été volés. En 2010, les voleurs ont pris la fuite avec 709 vélos, alors qu'à l'époque il y avait presque 200 vélos de moins.
Outre cette tendance à la baisse concernant les vols, il est remarquable qu'environ sept Villo! sur dix ont été retrouvés. "Grâce à la police, à nos utilisateurs et au personnel, nous retrouvons la plupart des vélos volés. Il s'agit de vélos très reconnaissables", précise Jérôme Blanchevoye, directeur de JC Decaux.

LE SENTIMENT D'INSECURITE DANS LES STATIONS DE METRO BRUXELLOISES PERSISTE
Belga
En ce qui concerne la propreté, la situation est comparable aux années précédentes.
La moitié des portiques d'accès installés dans les stations de métro de Bruxelles sont hors service, ressort-il lundi des résultats de metr-o-net, l'enquête annuelle du parlementaire bruxellois Jef Van
Damme (sp.a) au sujet de la propreté, de la sécurité et de l'accessibilité de ces stations de métro.
Le vandalisme est souvent la cause première de ce phénomène.
Pour la troisième année consécutive, le sp.a de Bruxelles a visité durant l'été les 69 stations de métro de la capitale. Pour la première fois, une attention particulière a été apportée au fonctionnement des
portiques d'accès présents dans 3/4 de ces stations.
Il ressort de cette enquête que 80% des pannes d'escalators et d'ascenseurs sont dues au vandalisme, souvent à la suite de dégâts causés par l'urine ou par un mauvais usage du bouton d'arrêt d'urgence. Chaque mois, près de 900 interventions de réparation sont nécessaires.
"Les contrats d'entretien pour les escalators coûtent chaque année 7,5 millions d'euros. Décourager le vandalisme et infliger des amendes - à condition d'engager du personnel supplémentaire - permettraient à Bruxelles d'épargner des millions d'euros rien qu'en coûts d'entretien", explique Jef Van Damme.
L'enquête constate également que le sentiment de sécurité dans les stations de métro s'est à peine amélioré. Lors des contrôles de celles-ci, il n'y avait pas de membre du personnel de la Stib présent
dans 73,5% des cas.
En ce qui concerne la propreté, la situation est comparable aux années précédentes. Dans une station sur cinq, la situation reste mauvaise, et seulement quatre des 69 stations sont pourvues d'une toilette
publique.
Les scores de chaque station sont consultables sur www.metr-o-net.be.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
HOW INSECURE IS INSECURE?
Insécurité ou sentiment d'insécurité: that's the question?
Il est vrai qu'à force de nous bassiner les oreilles avec des articles la soulignant, on finit par y croire, d'autant que le PS en fait désormais sa priorité.
Les villes croient aujourd'hui dans le marketing urbain et l'"image building".
Bruxelles  se construit une image d'absolue insécurité en forme d'épouvantail, question de faire peur à ceux qui ont choisi d'y
demeurer malgré tout!
Bravo!
MG

Aucun commentaire: