mardi 11 septembre 2012

Family Life According to the Brotherhood






By MONA EL-NAGGAR NYT
CAIRO — Women are erratic and emotional, and they make good wives and mothers — but never leaders or rulers. That, at least, is what Osama Abou Salama, a professor of botany at Cairo University and a member of the Muslim Brotherhood, told young men and women during a recent premarital counseling class.
What was striking, though, was the absence of any reaction. None of the 30 people in the class so much as winced.
“A woman,” Mr. Abou Salama said, “takes pleasure in being a follower and finds ease in obeying a husband who loves her.”
Since the Brotherhood rose to power and one of its former leaders was elected president, much of the uncertainty over its social agenda has centered on its plans for women. Will the Brotherhood try to impose a conservative dress code? Will it try to bar women from certain fields of work? Will its leaders promote segregation at schools?
But in a country where a vast majority of women already cover their hair and voluntarily separate from men in coed environments, those questions are largely academic.
Mr. Abou Salama’s class makes that case. “Can you, as a woman, take a decision and handle the consequences of your decision?” he asked.
A number of women shook their heads even before Mr. Abou Salama provided his answer: “No. But men can. And God created us this way because a ship cannot have more than one captain.”
More than any other political group in Egypt, the Brotherhood is fluent in the dialect of the masses. By upholding patriarchal and traditional values about a woman’s place in society, it garners popular support, builds political capital and reinforces social conservatism.
“The woman is the symbol of a moral platform through which easy gains can be made,” said Hania Sholkamy, an anthropologist and an associate professor at the Social Research Center at the American University in Cairo. “Those who deprive women of their rights, limit their freedom or place them in a subordinate position believe that the political cost of doing so is very low.”
The lectures of Mr. Abou Salama, who has raised three daughters, are part of a four-week workshop called “Bride and Groom Against Satan” and sponsored by Family House, a charity financed by the Brotherhood. It is one of several Brotherhood efforts that have grown since the revolution, reflecting, as much as promoting, the religious values that define a large segment of society. Among its many activities, Family House offers financial support to struggling households, provides a matchmaking service and sponsors mass weddings for low-income couples.
“This is part of the reformist methodology of the Muslim Brotherhood,” said Walaa Abdel Halim, the Family House coordinator who organizes the youth counseling workshop. “Shaping a righteous individual leads to shaping a righteous family, and by shaping a righteous family, you get a righteous society that can choose a righteous leader.”
Those broader efforts at shaping a conservative religious society, played out over decades by the Brotherhood, were seen as partly responsible for helping elect Mohamed Morsi president in June. At the time, Mr. Morsi, who resigned from the Brotherhood after taking office, gave assurances that he would protect the rights of women and include them in decision making. Less than three months into his presidency, though, Mr. Morsi has not fulfilled a campaign promise to appoint a woman as a vice president. Instead, he named a team of 21 senior aides and advisers last week that included three women.
One of those three, Omaima Kamel, a medical professor at Cairo University and a member of the Brotherhood since 1981, makes it clear that she is not about to press society to change attitudes about women.
“Let’s face it, if your work took you away from your fundamental duties at home and if your success came at the cost of your family life and the stability of your children, then you are the one who stands to lose,” she said by telephone. “A woman can work as much as she wants, but within the framework of our religious restrictions.”
Many analysts and critics of the Brotherhood see that kind of philosophy, one that gives women independence so long as they maintain their traditional obligations, as effectively constraining women to established gender roles.
“There is an absence of a well-defined vision, so they use words like ‘religious restrictions,’ ” said Ibrahim el-Houdaiby, a researcher of Islamic movements and a former member of the Brotherhood. “O.K., sure, so what exactly are those restrictions, so we can know them and figure out how to deal with them? As long as we don’t define what those limits are, then we can expand them to the point where women, practically speaking, cannot work.”
In Mr. Morsi’s political program, called “The Renaissance,” there is an emphasis on a woman’s “authentic role as wife, mother and purveyor of generations.” The program then makes recommendations to safeguard family life; foremost among them are premarital classes for youths.
Free from the restrictions of the government of Hosni Mubarak, which outlawed the Brotherhood, the movement’s social outreach programs have mushroomed since Mr. Morsi’s election. In less than a year, Family House expanded from a single office to 18 branches around Egypt and is developing a plan to encourage all couples to attend.
At the group’s headquarters, in the densely populated Cairo neighborhood of Nasr City, Mr. Abou Salama walked into a spacious room where the front seats were for men and the back seats were for women. He lectured on qualities to seek in a partner, getting acquainted under parental supervision, dealing with in-laws and consummating marriage. In his social paradigm, understanding that the woman was created to be an obedient wife and mother and that the man was created to fend for his family holds the secret to a happy marriage.
“I want you to be the flower that attracts a bee to make honey, not the trash that attracts flies and dirt,” Mr. Abou Salama said as the women listened intently.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LES FRERES MUSULMANS BAISSENT LE MASQUE ET IMPOSENT LE VOILE ET LEURS VOLONTÉS MACHISTES
Tandis que les frères musulmans imposent le voile à leurs speakerines officielles et que Osama Abou Salama,  (professeur de botanique à l'université du Caire et membre de la confrérie des Frères musulmans) a défini la condition féminine comme l'entendent ses "frères" à savoir:" Women are erratic and emotional, and they make good wives and mothers  but never leaders or rulers."
“A woman, takes pleasure in being a follower and finds ease in obeying a husband who loves her.”
Questions, les frères vont-ils imposer un uniforme à la femme, vont ils la chasser de monde du travail,  will  they promote segregation at schools?
C'est que dès à présent elles couvrent humblement leur chevelure et se séparent des hommes dans les espaces publics.
 “Can you, as a woman, take a decision and handle the consequences of your decision?” he asked.
A number of women shook their heads even before Mr. Abou Salama provided his answer: “No. But men can. And God created us this way because a ship cannot have more than one captain.”
 “Those who deprive women of their rights, limit their freedom or place them in a subordinate position believe that the political cost of doing so is very low.” said Hania Sholkamy, (professor at the Social Research Center at the American University in Cairo. )
In Mr. Morsi’s political program, called “The Renaissance,” there is an emphasis on a woman’s “authentic role as wife, mother and purveyor of generations.”
In Morsi's social paradigm, understanding that the woman was created to be an obedient wife and mother and that the man was created to fend for his family holds the secret to a happy marriage.
“I want you to be the flower that attracts a bee to make honey, not the trash that attracts flies and dirt,” Mr. Abou Salama said.
Kirche, Küche und Kinder disait la propagande de Hitler en allemand et non pas en arabe mais sur le fond cela ne fait aucune différence.
Pendant ce temps chez nous, à Bruxelles, le documentaire de Sofie Peeters dérange surtout par son souci de coller à l'air du temps et par son propos largement contesté par l'asbl Garance (lire leur carte blanche).
Et pourtant, il s'observe que chez nous aussi, les femmes musulmanes adoptent de plus en plus un profil bas tandis que les jeunes machos de leurs communautés affichent des comportements de plus en plus conformes à l'orthopraxie islamiste.
On a envie d'en rire et on a tort car le sujet est infiniment sérieux et incite à la méditation.
Et encore ceci pour terminer sur une petite note de clientélisme ethnique.
MG
NADIA GEERTS ECRIT SUR SON BLOG:
"La campagne pour les élections communales a commencé, difficile de ne pas s’en rendre compte. Après l’annonce d’une candidate voilée sur la liste PS à Schaerbeek et d'une autre sur la liste MR à Saint-Josse (qui annoncent cependant qu'elles siégeront sans voile si elles sont élues, conformément, semble-t-il, aux directives respectives du PS schaerbeekois et du MR tennoodois) et d’une autre – également PS - sur la liste du bourgmestre à Molenbeek, voici qu’arrive l’affiche de campagne (très) dévoilée : celle du PP, qui met en avant une femme couverte uniquement de trois post-it mauves. Et sur les réseaux sociaux, certains ne manquent pas de renvoyer dos-à-dos les candidates voilées et cette femme peu vêtue.

(Photo:D.T)

Et certes, le racolage dont témoigne cette affiche de campagne est pathétique, et instrumentalise – un grand classique – le corps féminin à des fins de propagande, en l’occurrence politique. Pour ma part, j’ai beau chercher, je ne vois pas plus de message politique dans la photo de cette dame dénudée que je ne vois de raison d’acheter une voiture dans le fait qu’une bimbo pose en bikini sur son capot. A peine apprend-on qu’ « En mauve, tout me va ». Le mauve, c’est justement la couleur du voile de la candidate molenbeekoise, d’ailleurs… M’est avis que Philippe Chansay Wilmotte, qui revendique l’idée de cette affiche populiste, aurait gagné à se concerter avec Farida Tahar, question couleurs.
Mais trêve de plaisanteries.
La question demeure : peut-on légitimement renvoyer dos-à-dos le voile de l’une et les post-it rikiki de l’autre ?
A gauche, on s’offusque de ce que certains soient si prompts à dénoncer l’un, tout en restant silencieux sur les autres. Deux poids deux mesures, s’exclame-t-on, quand on ne ressort pas la rengaine « islamophobie ! » qui est en passe de devenir, de tube de l’été qu’on aurait pu espérer, un grand classique indétronable du hit parade des insultes faciles.
A droite, on a tôt fait de s’époumoner : « on n’est plus chez soi ! », « ils se croient tout permis !», sans que jamais ce « on » ni ce « ils » soient d’ailleurs définis d’une quelconque manière. On comprend cependant que le « ils » désigne très certainement quelque chose du genre envahisseur mahométan, couteau entre les dents et voile au fusil, toujours et par nature un peu copain avec Ben Laden, parce que bon, ces gens-là, hein…
Au milieu, si j’ose dire, il y a ceux qui, comme tout être doué d’un peu de bon goût politique, se méfient du PP comme de la peste, n’envisagent pas une milliseconde de voter pour lui, trouvent que cette affiche atteint des sommets de mauvais goût racoleur qui n’ont d’égal que le programme dudit parti, mais que cela n’empêche pas de trouver que la laïcité est davantage mise en question par une dame voilée sur une affiche électorale que par une autre dame un peu trop dévêtue.
Car on dira ce qu’on voudra, la dame du PP n’est pas une candidate, mais une simple image, un peu comme ces beaux gosses bronzés et en sueur qui vous donnent envie d’acheter telle tenue de sport ne sont probablement pas plus sportifs que vous. Et même si elle l’était, cela poserait indéniablement une question d’éthique – à quand Joëlle Milquet en string et Didier Reynders en boxer moulant ? – mais ça ne serait toujours pas une question de laïcité. Or, ça tombe bien, la laïcité, c’est mon dada, que dis-je, mon combat.
Qu’on ne s’étonne donc pas que la présence de candidates affichant ostensiblement leurs convictions religieuses dans le cadre d’une campagne politique m’interpelle particulièrement. Et si j’use d’italiques, c’est pour rappeler que la laïcité étant la séparation du politique et du religieux, il me semble déplorable de mêler l’un et l’autre, tout simplement. Que ces dames aient ou non des idées politiques intéressantes, quel que soit leur degré de compétence, qu'elles enlèvent ou non leur voile une fois élues, cela ne change rien : en s’affichant voilées, elles détournent l’attention de leur projet politique, pour la braquer sur leurs convictions religieuses. Impossible, après cela, d’ignorer purement et simplement qu’elles sont musulmanes. Certains voteront pour elles pour cette raison, d’autres s’y refuseront pour cette raison, sans qu’on puisse en blâmer ni les uns ni les autres.
Mais il est amusant de voir les candidates voilées inviter leurs possibles électeurs à se focaliser sur autre chose que leur « foulard » : le meilleur moyen pour qu’on ne se focalise pas là-dessus, ce serait de ne pas l’arborer sur une affiche électorale. Un peu comme il serait idiot de s'offusquer que celui qui passe devant l'affiche du PP fasse autre chose que lorgner les formes de la belle qui la remplit.
Remarque: précisons cependant que le PS vervietois a quant à lui, via une charte des valeurs, explicitement demandé à ses candidats de ne pas porter de "signes convictionnels ostentatoires de nature religieuse ou philosophique", mentionnant clairement à l'appui de cette exigence son attachement à la laïcité.

 « FEMME DE LA RUE » : UTILE, MAIS PROBLEMATIQUE

Loin de briser un tabou,. Carte blanche de l'asbl Garance. (Le Soir)

Le 26 juillet dernier, Sofie Peeters présentait en avant-première son documentaire « Femme de la rue » suivi d'un débat avec la réalisatrice, une députée du SP.a, une représentante de Hollaback ! et Irene Zeilinger, directrice de Garance.
Installée à Bruxelles, dans le quartier Annessens, Sofie Peeters a semblé découvrir ce que beaucoup de femmes, hélas, connaissent très bien, à Bruxelles comme ailleurs : dès qu'elle sortait dans la rue, les remarques, les propositions, les « compliments », et finalement les insultes. Après un moment de culpabilité (a-t-elle fait quelque chose de mal, a-t-elle provoqué ces comportements ?), elle décide de filmer ces situations en caméra cachée, et d'interviewer d'autres femmes sur leur vécu. Le résultat est cruel.
Ce film est un travail de fin d'études, un coup de gueule plus qu'un document longuement réfléchi. Il a le mérite d'exister et de mettre en lumière des situations qui pourrissent la vie de bien des femmes. Pourtant, il provoque un malaise d'autant plus grand qu'il bénéficie d'une incroyable médiatisation. L'avant-première remplit une salle de cinéma bruxelloise, le film est projeté à la télévision, l'auteure est interviewée par les plus grands médias - même le big boss de la Sûreté de l'Etat a un avis sur la question !
C'est que son film aurait « brisé un tabou ». Et si au contraire, son succès était dû au fait qu'il se glisse si bien dans l'air du temps ? Sur au moins quatre points, le film est contestable : la « nouveauté » supposée du phénomène, les caractéristiques des auteurs, leurs motivations et enfin, et surtout, le message envoyé aux femmes et aux jeunes filles.
La nouveauté, d'abord : on entend une femme déclarer qu'il y a trente ans, elle pouvait se promener tranquillement. Et la RTBF de renchérir sur un « terrible recul des libertés des femmes ». Le phénomène est sans doute plus visible parce que les femmes en parlent davantage, peut-être aussi parce que les jeunes femmes sont plus présentes dans l'espace public. Mais les messages sans cesse répétés, par la famille, les médias, sur les dangers courus par les femmes dès qu'elles sortent de chez elles, cela n'a rien de nouveau. Même si pour les femmes, en réalité, les plus grands risques d'agression se trouvent dans l'espace privé...
La population montrée du doigt, ensuite : malgré toutes les précautions de la réalisatrice (« ce n'est pas une question d'origine ethnique mais sociale » déclare-t-elle par exemple), la Capitale (avec un plaisir qu'on devine tellement cela rentre dans les stéréotypes) : « Femmes insultées dans les rues de Bruxelles : dans 95% des cas ce serait par des Maghrébins » (admirons au passage le conditionnel). Après la projection du film, Sofie précise bien que si elle a eu affaire à des « allochtones » c'est parce qu'ils constituent l'écrasante majorité des habitants de son quartier. Elle raconte avoir vécu le même genre d'expériences à Mexico, dont les habitants ne sont pas en majorité maghrébins. Malheureusement, ces précisions ne transparaissent pas dans le film. Ce qui permet d'oublier que le harcèlement en rue est de tout temps et de tout lieu, comme l'ont répété lors du débat les représentantes de Hollaback ! et de Garance.
Hollaback ! avait déjà insisté là-dessus sur son site suite à la diffusion, en mai dernier, d'une émission de « Koppen » consacrée à son action : « Nous ne voulons pas pointer du doigt certains groupes de la population et dire qu'ils sont les seuls responsables du harcèlement de rue. Comme nous l'avons indiqué : le harcèlement se passe dans CHAQUE culture, dans CHAQUE pays ».
Troisième bémol, une analyse qui semble imputer ces comportements à une « frustration sexuelle » liée à une culture où la sexualité est encore taboue. Mais ce harcèlement n'est pas une expression de la sexualité, mais d'un rapport de pouvoir. La preuve en est que, selon les hommes interrogés eux-mêmes, s'il s'agit d'avoir des aventures, « ça ne marche pas ». Mais voilà : le véritable but, ce n'est pas de passer un bon moment avec une jolie fille, mais de lui faire comprendre qu'on a le pouvoir de contrôler sa vie. Car si on peut douter que les auteurs de ces comportements soient à « 95% maghrébins », il est certains qu'ils sont à 100% masculins, et qu'il est question là d'une construction de la masculinité comme prise de pouvoir sur les femmes, surtout quand on est en groupe. Et à voir le résultat – la culpabilité, la peur et la fuite des femmes – là, « ça marche très bien ». S'il s'agit de dénoncer une « culture », c'est avant tout une culture machiste, largement répandue.
Et voilà le quatrième et sans doute le plus important reproche au film : le message implicite qu'il fait passer aux jeunes femmes et que la RTBF résume par la formule : « Elles n'ont qu'un choix : adapter leur façon de vivre ou partir ». Là encore, Ingrid de Holleback ! comme Irene Zeilinger de Garance ont voulu montrer qu'il existe d'autres alternatives, que ce soit sur le plan collectif ou individuel. la suite sur le site du Soir
L'Asbl Garance a pour objectif la prévention de la violence. Plus d'infos sur http://www.garance.be

Aucun commentaire: