mardi 18 septembre 2012

Les salafistes derrière la manifestation parisienne


Par Angélique Négroni,
Quelque 200 manifestants se sont retrouvés devant l'ambassade des États-Unis, samedi, à Paris
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'inquiète de la présence, aux côtés de jeunes de banlieue, d'activistes «purs et durs».
 
Des manifestants arborant la tenue salafiste, des ressortissants égyptiens, tunisiens mêlés au cortège, des jeunes de banlieue… La manifestation contre le film anti-islam qui s'est tenue, sans autorisation, samedi aux abords de l'ambassade américaine à Paris, donne du grain à moudre aux services de renseignement.
Sur les quelque 200 manifestants, les forces de l'ordre ont en effet procédé à un grand coup de filet puisque 152 personnes ont été interpellées pour vérifier leur identité avant d'être relâchées. Sur la base de ces éléments, les services tentent d'établir le profil exact des participants à cette manifestation, la première du genre dans le monde occidental et qui revêt, dans un contexte de violences à l'étranger, un caractère particulièrement sensible. Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert une enquête dimanche.
Condamné par les représentants de la religion musulmane, ce mouvement de protestation l'a aussi été par Manuel Valls sur France 2, dimanche. Le ministre a précisé au Figaro: «Ce qui est vraiment inquiétant, c'est qu'il ne s'agit pas seulement de jeunes de banlieue mais de groupes de salafistes purs et durs.» Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a assuré que le gouvernement fera «preuve de fermeté».
Le risque terroriste? «Nous n'en sommes pas là, confiait le premier flic de France, mais l'actualité récente nous a montré que des individus peuvent passer à l'acte très rapidement.» Et le ministre de citer l'exemple, qui l'a beaucoup marqué, de cet islamiste radical parti de France par le train en juin pour aller poignarder deux policiers au hasard à sa descente du train en Belgique.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
FERMENT ANTIDEMOCRATIQUE
Il semble qu'on cerne de mieux en mieux le phénomène salafiste.
On s'étonnera, une fois de plus, du silence "complice" des musulmans "modérés" qui protestent peu ou prou et toujours mollement face aux avancées islamistes et salafistes.
Certains commencent à franchement s'en alarmer. Hirsi Ali fait partie de ceux-là: lisez plutôt:

HIRSI ALI BEKRITISEERT AANPAK WESTEN BIJ ISLAMPROTESTEN
Bewerkt door:Annelies De Becker, Hanne Adriaen (HLN)
 Volkskrant.nl

Westerse regeringen hebben de incoherente neiging om de vrijheid van meningsuiting te verdedigen, terwijl ze de resultaten ervan veroordelen
Ayaan Hirsi Ali
De moslims die nu de straat opgaan om doodstraf van de makers van de anti-islamfilm te eisen, zijn geen marginale groep. Integendeel, zij vertegenwoordigen de hoofdstroming in de huidige islam. Weliswaar veroordelen vele moslims en ex-moslims het geweld, maar zij staan aan de rand van de moslimgemeenschap. Dat schrijft de voormalige Nederlandse politica Ayaan Hirsi Ali in een opiniestuk in het Amerikaanse tijdschrift Newsweek. Ze doet dat naar aanleiding van de rellen die afgelopen week in de Arabische wereld ontstonden nadat een Amerikaanse anti-islamfilm online was gezet.

PUBLICATIE SALMAN RUSHDIE
Zij noemt het "een vreemde en bittere'' samenloop van omstandigheden dat de uitbarsting van geweld van moslims samenvalt met de publicatie van het nieuwe boek van Salman Rushdie. In 1989 sprak de Iraanse geestelijk leider ayatollah Khomeini een doodvonnis tegen hem uit wegens zijn boek 'De Duivelsverzen'. "In 23 jaar is er niet veel veranderd'', schrijft Hirsi Ali.
In de omstreden film wordt de spot gedreven met de profeet Mohammed. Betogers in verschillende Arabische landen gingen vervolgens de straat op. In Libië werden de Amerikaanse ambassadeur en drie ambassademedewerkers gedood. Hirsi Ali schrijft in haar artikel dat westerse regeringen de "incoherente neiging" hebben om de vrijheid van meningsuiting te verdedigen, terwijl ze de resultaten ervan veroordelen.

FILMMAKER THEO VAN GOGH
De Nederlandse van Somalische afkomst schreef het script en verzorgde de voice-over van de film 'Submission' van de vermoorde filmmaker Theo van Gogh. In die film werd kritiek geleverd op de behandeling van vrouwen in de islamitische wereld.


Aucun commentaire: