mercredi 31 octobre 2012

Aladin jette un pont entre juifs et musulmans

Christian Laporte
La Libre

Le Projet Aladin passe aussi à la vitesse supérieure en Belgique.
Lancé en 2009 sous le parrainage de l’Unesco, le Projet Aladin prône "la recherche du dialogue, de la compréhension mutuelle, de la justice et de la fraternité humaine". Et veut promouvoir le rapprochement interculturel entre juifs et musulmans. Comment ? Par une meilleure connaissance mutuelle et par une éducation à l’Histoire qui refuse les conflits de mémoire.

Soutenu par plus d’un millier d’intellectuels, universitaires et personnalités publiques issus du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord, le Projet Aladin compte depuis 2011 une section belge. En décembre dernier, au Parlement francophone bruxellois, des représentants des communautés juive et musulmane, des imams et des rabbins, des jeunes mais aussi des parlementaires et des universitaires ont débattu des missions d’Aladin et des relations interculturelles en Belgique. Julie de Groote, la présidente du Parlement, avait "invité la société civile à envahir l’hémicycle pour parler de la citoyenneté en temps de crise parlementaire et expérimenter le laboratoire du vivre-ensemble". A savoir la Belgique avec ses communautés, mais aussi des populations marocaine et turque importantes et la plus grande communauté juive orthodoxe d’Europe. L’antenne belge du Projet Aladin démarrait sous la coordination d’Hubert Benkoski. Un de ses combats est de lutter contre la négation de la Shoah. "Si c’est gagné en Europe, c’est loin d’être le cas dans le monde arabe. Nous diffusons aussi des ouvrages sur l’histoire commune des juifs et des musulmans car il est important de renouer les fils de leur coexistence en enseignant une histoire millénaire, tantôt heureuse, tantôt violente. Aladin recourt au Net, où on peut télécharger gratuitement sur son site des publications traduites en arabe, en persan et bientôt en turc".

Une dizaine de titres sont traduits et téléchargeables. Le fameux film "Shoah" de Claude Lanzmann est disponible avec des sous-titres en arabe, persan et turc.

L’association développe aussi rencontres et débats, en Europe et en terre d’Islam. Chez nous aussi des projets se concrétisent : la semaine dernière, il y a eu un partenariat entre le Centre communautaire laïc juif et El Kalima et ce 1er novembre au Bozar, le Centre culturel judéo-marocain s’unit au Projet Aladin pour une journée sous le signe du dialogue.

Rens. : www.projetaladin.org

Aucun commentaire: