mardi 9 octobre 2012

L’accueil des mineurs étrangers « est inhumain et dégradant »


Patricia Labar d'après Belga
Chaque année, près de 3000 mineurs étrangers non accompagnés (Mena) débarquent sur le territoire belge sans leurs parents. La Belgique est tenue de les héberger.


Sur le terrain, la réalité est tout autre. Entre janvier et novembre 2011, Fedasil (l’Agence fédérale chargée de l’accueil des demandeurs d’asile), dont le réseau est saturé, a pris 2 468 mineurs étrangers non accompagnés (Mena) en charge et 461 autres jeunes, qui n’ont pas introduit de demande d’asile, se sont retrouvés  à la rue.
L’ONG Défense des enfants international (DEI), qui a pour mission de veiller au respect des droits de l’enfant dans notre pays, a décidé de saisir le juge des référés – le président du tribunal du travail de Bruxelles – pour imposer à l’État belge le respect de ses obligations légales.
Dans une décision rendue le 4 octobre dernier, le juge des référés du tribunal du travail de Bruxelles estime que le refus par l’État d’accorder l’accueil aux mineurs étrangers non accompagnés (Mena) qui sont ou ont été signalés aux autorités « constitue un traitement inhumain et dégradant » au sens de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, écrit La Libre Belgique.
Malgré son constat sévère, le tribunal du travail estime toutefois que le code judiciaire ne permet pas à DEI d’agir pour ces mineurs afin de faire garantir leurs droits parce que l’association n’a pas « un intérêt personnel » à agir.
« Il faudrait donc que des centaines de mineurs étrangers non accompagnés, particulièrement vulnérables, trouvent tous une association ou un avocat susceptible de les aider, disponible et motivé pour agir d’urgence pour faire cesser cette violation grave de leurs droits », s’insurge Benoît Van Keirsbilck, directeur de DEI-Belgique.
Avant de trancher définitivement le litige, le tribunal du travail a posé une question préjudicielle à la Cour constitutionnelle pour vérifier si cette situation est bien conforme à la Constitution belge.
Chaque année, environ 3.000 Mena arrivent en Belgique. La loi oblige la Belgique à héberger les jeunes étrangers de moins de 18 ans, mais la réalité est toute autre sur le terrain.
Ainsi, entre janvier et novembre 2011, Fedasil a pris 2.468 Mena en charge tandis que 461 autres mineurs, qui n’ont pas introduit de demande d’asile, se sont retrouvés sur le carreau.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LES REFUGIES DE LA TERRE
"Tous les enfants sont comme le tien".... "Mais fils de ton fils ou fils d'étranger, Mais fils de bourgeois ou fils d'apôtre, tous les enfants sont comme les vôtres. Fils de césar ou fils de rien, tous les enfants sont comme le tien. Le mêmes sourire, les mêmes larmes, les mêmes alarmes, les mêmes soupirs. Fils de César ou fils de rien, tous les enfants sont comme le tien..." "Ce n'est qu'après, longtemps après".... Excusez-nous les gosses, mais nous, les adultes qui devrions vous respecter, nous sommes déjà "après, longtemps après"...... Que le grand Jacques me pardonne d'utiliser son texte...."écrit un internaute avec un bel à propos.
Ceci dit, sommes-nous tenus d'accueillir toute la misère du monde?
C'est une vraie question qui va se poser avec une acuité croissante quand, d'ici peu, les grandes sécheresses ou la montée des eaux vont chasser de leurs terres des millions de réfugiés "économiques", sans parler des millions de réfugiés politiques que le grand hiver islamique qui succède à un bref printemps, va chasser de chez eux.
MG



Aucun commentaire: