jeudi 27 décembre 2012

De Wever : « Le Roi doit être au-dessus de la mêlée »

Belga
Le président de la N-VA Bart De Wever plaide également pour que la formation du gouvernement soit désormais confiée au Parlement et non plus au Roi

Bart De Wever, président de la N-VA et nouveau bourgmestre d’Anvers, a réagi au discours de Noël d’Albert II qui suscite de nombreuses critiques en Flandre.
Dans son allocution télévisée, le Roi a, sans la nommer, pointé du doigt la N-VA et fait une comparaison excessive avec l’essor du fascisme dans les années 1930. Mercredi, Bart De Wever avait fait savoir via son porte-parole qu’il ne sentait pas visé par référence aux années 30.
Ce jeudi, le président de la N-VA a réagi via le quotidien De Standaard et dans une intervention télévisée évoquée par De Morgen,
« Le souverain doit être au-dessus de la mêlée politique afin de pouvoir représenter l’ensemble de la nation. (…) Mais Albert II ne remplit pas correctement ce rôle. Il a choisi le chemin d’une royauté de division. Son message de Noël en constitue un triste sommet », déclare en substance M. De Wever.
Le nationaliste flamand renvoie à son tour aux années de guerre. À l’époque un souverain « a pris des libertés avec sa neutralité.
Léopold III a voulu poser des choix politiques, (…) et ceux-ci ont mené le pays au bord de la guerre civile. Léopold III a finalement été contraint à l’abdication et le maintien de la royauté en Belgique est dû à un soutien massif de la région flamande. » « Une royauté politique est incompatible avec la démocratie », ajoute M. De Wever.
DE WEVER S’EN PREND AUSSI A DI RUPO
Ce dernier fustige également le Premier ministre, Elio Di Rupo, qui a contresigné le discours du souverain, lui accordant ainsi la couverture du gouvernement et c’est scandaleux estime Bart De Wever.
LA FORMATION DU GOUVERNEMENT
Bart De Wever souhaite que le Roi ne joue plus aucun rôle dans la formation du gouvernement après les prochaines élections législatives. D’après lui, la formation devrait être confiée au Parlement. Le président de la N-VA estime que cela est par ailleurs possible sans modification de la Constitution.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
BDW LE REGICIDE
Pardon de revenir une fois encore sur ce discours, mais il nous semble toucher au point névralgique du vivre ensemble au sein du royaume de Belgique. A l'évidence, le couvercle de la boite de Pandore a sauté: la campagne des législatives et des régionales de 2014 est annoncée par un violent coup de canon.
Discours politique? Discours testament?
Discours engagé, à tout le moins.
Bart De Wever, historien de formation (comme Philippe Moureaux) et Elio di Rupo docteur en chimie ont au minimum une référence commune: Machiavel.
La carte blanche que l'homme de la N-VA a consacrée dans De Standaard de jeudi au discours du roi vaut son pesant de nitroglycérine. "In een moderne democratie hoort een vorst niet aan politiek te doen. Dat zouden de ervaringen van zijn vader Leopold III in die zo veelbesproken jaren dertig hem toch geleerd moeten hebben?"
Sa thèse est assassine, autrement dit régicide: il veut la mort symbolique de Albert II qu'il assimile à son père le très contesté Léopold III, lequel a pris le thé à Berchtesgaden (résidence d'été du Führer) et s'est heurté à ses ministres et a conduit le pays à la crise de régime la plus aigüe de son histoire. Bref, De Wever veut mettre en scène une nouvelle affaire royale car selon lui,notre roi divise le royaume quand son rôle serait de concilier les deux nations qui le constituent. "Nederland kiest uitdrukkelijk voor het model van een ‘verenigend koningschap".
Et de citer Jean-Luc Dehaene: "In zijn memoires zegt hij daarover: ‘Het Paleis bepaalt autonoom de thema's en schrijft de basistekst: daar ben ik als premier nooit in tussenbeide gekomen. De vorst heeft dus het initiatief en is daar volledig autonoom in."
Et BDW de préciser que les discours royaux sont une invention relativement récente: "Pas sinds 1961 houdt de koning een kersttoespraak en pas twintig jaar later zou hij zich ook op 21 juli jaarlijks tot de bevolking richten."
Et de planter les premières banderilles: "In een democratie moet een vorst boven de politiek staan om de gehele natie te kunnen vertegenwoordigen."
On se souviendra peut être que le palais s'était justifié autrefois en appellant le constitutionnaliste anglais Walter Bagehot à la rescousse.
Cela n'a pas échappé au nouveau bourgmestre d'Anvers:
"In 2011 verwees de koning naar The English constitution van Walter Bagehot, waarin de koninklijke rechten opgesomd staan: the right to be consulted, the right to encourage, the right to warn. Op dat recht om te waarschuwen kan het Hof zich dus beroepen om politieke boodschappen tot het publiek te richten."
Et de sortir son épée avec un bel effet de muletta: "voor publieke uitspraken is de koning, conform artikel 88 van de Grondwet, onverantwoordelijk. Men kan alleen de regering om uitleg vragen."
Et de pointer Elio comme seul responsable de la couverture politique de ce discours qu'il est le seul à avoir lu avant publication, sans en informer ses collègues.
"Albert II vult zijn rol echter niet correct in. Hij heeft de weg gekozen van een ‘verdelend koningschap'. Zijn kerstboodschap was daarvan een triest hoogtepunt."
"De premier had bij nalezing van de tekst de koning op zijn democratische plichten ten aanzien van alle burgers moeten wijzen. Dat Elio Di Rupo dat niet heeft gedaan en de politieke dekking voor deze toespraak gaf, is zonder meer schandalig. De koning en de PS hebben elkaar kennelijk gevonden in hun afgrijzen van de democratische keuze van een groot deel van de Vlaamse bevolking. De PS kan zich daarbij laf verstoppen achter de troon. Maar een verdelende koning zet zichzelf onvermijdelijk vol in de wind."(...)
"Albert II zou dus, na de ervaringen van zijn vader, beter moeten weten." "Albert II is de actieve bondgenoot van het status-quo."
Et l'homme fort,partisan d'une Flandre forte, de plaider pour une monarchie à la hollandaise.
"In Nederland, waar het probleem van een opiniërende monarch zich nochtans niet stelt, heeft men op dergelijke situaties geanticipeerd. Daar wordt sinds 1 mei 2012 het formatieberaad geleid door de voorzitter van de Tweede Kamer. Juridisch gezien is de situatie in België identiek.(...) Het volstaat om bij de eerste samenkomst van de Kamer ná de verkiezingen van 2014 een eenvoudige aanpassing van het Kamerreglement te goed te keuren."
On l'aura compris: De Wever veut la mort symbolique du roi.
Le temps travaille en sa faveur. En effet Béatrice Delvaux a semblé confirmer dans son édito une rumeur selon laquelle, Albert II abdiquerait en 2013 en faveur du très imprévisible Philippe.
La nouvelle version du "discours du roi" risque de remporter au moins quatre oscars, le premier pour le meilleur premier rôle, à Albert de Belgique. Bart et Elio se partageront l'oscar du meilleur second rôle et le film remportera haut la main l'oscar du pire des scénarios.
Il est clair que quand Albert II défend l'intégrité du territoire belge, il ne sort pas de son rôle puisqu'il en a fait le serment face aux chambres réunies, le jour de son intronisation.
Il est le dernier ciment qui garantit une ultime illusion d'unité.
Son décès ou son abdication entraîneront inmanquablement un scénario séparatiste. C'est De Croo père qui disait que "nos conflits linguistiques ont fait couler des hectolitres d'encre et de salive,mais pas une goutte de sang". Espérons qu'il en demeurera ainsi.
Mais rien n'est moins sûr, car les esprits s'echauffent dangereusement et Bart souffle sur les braises.
MG
PS: Pour qui n'aurait toujours pas compris pourquoi la Flandre vote N-VA, voici un morceau d'anthologie, une lettre de lecteur publié par De Standaard comme commentaire à la carte blanche de BDW:
"Een 3-tal jaren geleden werd ik NVA'er, vroeger altijd Cd&V en VLD gestemd, als begoede middenstander. Ik heb het me nog niet beklaagd, open-VLD heeft me het meest ontgoocheld, zelfs de belasting op mijn kasbons verhoogden ze op één jaar van 15 naar 25%. Met al het gestuntel van de 3 traditionele partijen, was het duidelijk rond de kersttafel, dat ook broers en zussen,en schoonbroer die VROEGER zelfs sp.a waren en zeker Cd&V, in 2014 voor het eerst gaan NVA stemmen. Met wat deze ONBEKWAME VALSE koning nu doet, zal NVA weer een pak leden en kiezers winnen. Dit land is dringend aan grondige HERVORMING toe, ook de monarchie !"

"Officieel door de koning én door de PS-premier aangevallen worden: voor de N-VA is dat de definitie van een politiek kerstcadeau."
De Tijd

Bart De Wever. Belga


Aucun commentaire: