jeudi 3 janvier 2013

Louis Michel juge dangereux les propos de Rik Torfs


Belga
"Je ne pense pas qu'il soit possible de régner avec des partis qui prônent le racisme, l'exclusion et l'injustice sociale", a estimé Louis Michel.
Le ministre d'Etat Louis Michel (MR) a jugé jeudi dangereux les propos du sénateur CD&V Rik Torfs, qui avait mis en question la veille le "cordon sanitaire" empêchant le Vlaams Belang d'accéder au pouvoir en Flandre. "Je ne comprends pas la sortie de Rik Torfs, qui sont des propos dangereux", a commenté l'ancien commissaire européen sur les ondes de La Première (RTBF). "Je ne pense pas qu'il soit possible de régner avec des partis qui prônent le racisme, l'exclusion et l'injustice sociale", a-t-il justifié.
A ses yeux, "l'explication pédagogique" de Rik Torfs, affirmant que la stratégie du cordon sanitaire avait aidé au succès du leader de la N-VA Bart De Wever et généré le statu quo au sein des partis traditionnels flamands, "est toujours utile, mais elle n'est pas efficace face à un débatteur qui tient des propos simplistes, faciles, et essaie de réveiller ce que la nature de l'homme a de plus sordide".
Interrogé sur la référence aux années '30 dans le discours royal, le député européen a jugé qu'Albert II était resté "parfaitement dans son rôle". "Il n'est pas encore interdit de demander à sa population de faire attention à certains types d'arguments, aux tentations en période de crise de mettre en exergue un danger que l'on connaît dans toute l'Europe, celui du populisme". Louis Michel a stigmatisé le nationalisme, porteur d'exclusion et d'intolérance "puisque c'est considérer que l'on est meilleur que les autres". Il a jugé "ridicule" de fonder sa démarche sur un "élément identitaire unique, que ce soit la race, que ce soit la nation, etc", alors qu'un être humain est "constitué de plusieurs identités".

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VERS UN NOUVEAU CARTEL N-VA- CD&V?
Torfs est un type intelligent égaré en politique.
L'homme a un point commun avec De Wever: ce brillant professeur (en droit canon) était au départ un Bekende Vlaming qui passait très bien à la télé. Grâce à son charisme, cet intello charmeur fut élu sénateur sans difficulté. D'aucuns imaginaient qu'il allait régénérer le CD&V en panne de scénario. Il n'en fit rien et brassa du vent.
L'intervention de Louis Michel est habile. Le fils Michel fait dire par son père ce qu'en sa qualité de président il ne saurait affirmer sans vexer son partenaire gouvernemental, le CD&V.
Cette déclaration de Louis Michel n'est pas innocente.
Et si tout cela annonçait une reconduction sous une forme nouvelle de ce que fut le cartel CD&V-N-VA, tant redouté par les partis francophones?
On constatera que le CD&V anversois n'a pas hésité à briser son alliance sacrée (sorte de cordon anti NV-A) avec le SPa de Patrick Janssens pour convoler avec Bart de Wever et lui offrir une majorité.
Qui parle de cela? De nombreux posts publiés sur les forums et surtout l'inoxydable Philippe Moureaux qui connaît la psychologie des chrétiens démocrates flamands comme personne.
Affaire à suivre pour qui veut savoir ce qu'il adviendra du vivre ensemble. Et de très près.
MG

Aucun commentaire: