lundi 25 février 2013

Pourquoi l'islam et le djihadisme s'étendent en Afrique


Le Vif
Source: L'Express.fr
Prises d'otages au Nigeria et au Niger, expansion de groupes djihadistes dans tout le Sahel... Ces événements soulignent l'essor de l'islam et de ses dérives extrêmes en Afrique. Quelles en sont les raisons ? L'analyse de Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS.


Détention d'otages français au Nigeria, probablement aux mains de groupes islamistes armés, mais aussi au Niger, attaque dihadiste en Algérie; lntervention de la France au Mali pour déloger des groupes islamistes armés qui s'étaient emparés du Nord du pays. Ces événements mettent en relief l'essor de l'islam et de ses dérives extrémistes sur le continent africain. Pourtant, les choses sont plus complexes qu'il n'y paraît. Eléments d'analyse avec Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS.

ASSISTE-T-ON A UNE PROGRESSION DE L'ISLAM EN AFRIQUE ?

Oui, incontestablement. Mais il faut relativiser cette expansion. L'Afrique connaît un véritable boom du phénomène religieux en général. Il y a également un net essor du christianisme, de diverses églises et sectes chrétiennes, en particulier du Pentecôtisme, mais aussi de différentes pratiques cultuelles "magiques", ce que l'on qualifie vulgairement de sorcellerie. L'islam n'est donc que l'un des aspects du retour ou plutôt de la puissance du religieux sur le continent.

Il faut par ailleurs distinguer les différentes variantes de l'islam présentes dans la région. Au Mali par exemple, on assiste à un conflit entre l'islam malékite, celui des confréries, et le salafisme. Le salafisme lui-même peut être quiétiste ou fortement politisé, voire combattant. Il y a quelques années, le Haut conseil islamique, organisme censé représenter les différentes tendances de l'islam, est passé sous le contrôle des wahhabites. Mais même quand on parle de wahhabites, il ne s'agit pas du wahhabisme tel qu'on l'entend en Arabie saoudite. Si elle se distingue de l'islam malékite, la pratique des wahabites est en fait un islam "réinventé", une symbiose formée à partir de ce qu'ont rapporté des commerçants locaux de retour du pèlerinage de La Mecque.

PEUT-ON DIRE QUE CET ISLAM WAHHABITE S'OPPOSE A L'ISLAM TRADITIONNEL EN AFRIQUE DE L'OUEST ?

L'islam des confréries lui-même ne peut pas être qualifié de traditionnel. Sa montée en puissance est indissociable du fait colonial. Au Sénégal par exemple, l'administration coloniale a rapidement compris son intérêt à composer avec l'islam; moyennant des avantages agraires, elle a coopté la confrérie des Mourides, ce qui lui a assuré la paix sociale et fourni un vivier de conscrits pour ses champs de bataille en Europe et en Méditerranée.

La confrérie des Mourides est complètement insérée dans son temps. Elle est une actrice globale du commerce international, et ses marabouts contractent des mariages entre disciples sur le web…

SI LE SALAFISME, UNE BRANCHE DE L'ISLAM PLUS RECENTE DANS LA REGION, A LE VENT EN POUPE AUJOURD'HUI, C'EST AU MEME TITRE QUE LE PENTECOTISME EST EN PROGRESSION VIS A VIS DE L'EGLISE CATHOLIQUE. CELUI-CI CONNAIT UNE TRES FORTE EXPANSION DANS LE GOLFE DE GUINEE, ce que l'on oublie souvent de rappeler quand on parle de l'essor du fait religieux en Afrique. Cette combinatoire entre salafisme musulman et pentecôtisme chrétien est particulièrement évidente au Nigeria.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier quand on parle des salafistes, que la plus grande majorité d'entre eux sont "quiétistes", et non révolutionnaires ou djihadistes. Rappelons d'ailleurs que le terme de djihad est lui-même ambivalent: il désigne aussi bien le combat armé que le combat que le croyant mène contre lui-même pour être un meilleur musulman. Le vrai risque politique serait de voir ou de favoriser l'alliance entre le salafisme armé et le salafisme quiétiste.

QU'EST-CE QUI EXPLIQUE SELON VOUS, CETTE PROGRESSION DE L'ISLAM ?

Il y a plusieurs facteurs en jeu. En Afrique, l'islam apporte une réponse à des problèmes sociaux. Il permet de dépasser les clivages liés à l'origine des individus. Les poids des castes ou de l'esclavage est encore très prégnant dans toute la région. Au début du 20e siècle, dans certaines régions du Mali, 50% de la population était captive. Aujourd'hui encore, tout le monde connaît les origines des uns et des autres, ne serait-ce que par le nom de famille. Au Sénégal, chacun disait qu'il allait à la forge lorsqu'il se rendait dans les bureaux du Premier ministre Habib Thiam, ce qui n'était pas aimable.

L'islam par ailleurs a servi de réponse aux conséquences des politiques d'ajustement structurel des années 1990 qui ont dévasté les systèmes sociaux: l'école et la santé publique en Afrique. Les populations se sont alors retournées vers les institutions de substitution financées par les monarchies du Golfe.

Enfin il faut savoir que la charia -on peut certes en contester les préceptes-, apporte une réponse juridique dans des pays ou des régions confrontés à la corruption, à l'arbitraire ou à l'absence de l'Etat: N'oublions pas qu'au Nigeria, l'armée et la police sont responsables d'un très grand nombre d'exactions à l'encontre de la population. Et dans le nord du Mali, une partie des habitants a dans un premier temps accueilli favorablement l'arrivée des groupes islamistes comme Ansar Eddine ou le Mujao.

Pour moi, les questions agraire et foncière sont plus graves que l'islam radical, en particulier dans le contexte des graves sécheresses qui frappent le Sahel et déstabilisent les droits d'usage de la terre ou de l'eau, notamment entre pasteurs et agriculteurs et entre les pêcheurs du fleuve Niger.

L'AFRIQUE SEMBLE QUAND MEME CONFRONTEE A UN ESSOR DES GROUPES ISLAMISTES ARMES ?


Je pense que les mouvements djihadistes finiront par se heurter à l'islam des confréries et de l'establishment, même s'ils ont pu bénéficier d'une vraie audience locale, qu'ils ont ruinée de par leurs excès. Au fond, l'islam est moins le problème que la solution, à terme.

POUR VOUS, LE DANGER VIENT D'AILLEURS...

En effet. Les djihadistes ne constituent qu'une petite partie des acteurs de l'instabilité régionale. Le banditisme est lui aussi en plein essor, y compris dans le Sud chrétien du Nigeria, notamment dans le delta du fleuve Niger, au détriment des compagnies pétrolières. D'où la difficulté d'interpréter la prise d'otages dans le nord du Cameroun. S'agit-il d'un acte politique imputable aux islamistes, ou d'un kidnapping purement crapuleux de la part des coupeurs de route qui y sévissent depuis des décennies, sont souvent en relation avec les autorités locales et qui, éventuellement, chercheraient à monnayer leurs prisonniers sur le marché de la violence djihadiste? Le business des otages, alimenté par les rançons payées par les Occidentaux, est en effet très florissant au sud du Sahara, sans qu'il soit politiquement ou islamiquement orienté. La même ambivalence se retrouve chez les pirates de Somalie par rapport aux chebab.


La politique de prohibition de la drogue menée par les pays occidentaux a échoué. Elle a créé une rente qu'exploitent tout naturellement des opérateurs économiques. Le risque est celui d'une "mexicanisation" ou d'une "colombanisation" de l'Afrique de l'Ouest: des réseaux criminels deviendraient paramilitaires et menaceraient de gangréner l'Etat, et des mouvements armés se transformeraient en organisations criminelles.

Certains Etats, comme la Guinée Bissau, sont déjà dans cette configuration, ce qui ne doit pas nous empêcher de nous interroger sur l'implication de la Mauritanie, du Maroc, de l'Algérie, du Sénégal. On a volontiers incriminé la collusion de l'ancien président malien "ATT" avec ces trafics. Peut-être. Mais cela nous a épargné certaines questions sur d'autres Etats. Remarquons enfin que notre politique ultra malthusienne en matière d'immigration engendre là aussi une rente dont profitent les trafiquants d'êtres humains. Le précédent du Mexique nous montre comment des réseaux narcotiques peuvent s'emparer du contrôle des flux migratoires. En matière d'immigration et de narcotiques, nous avons oublié le théorème d'Al Capone: toute prohibition engendre trafics et violence.

Catherine Gouëset

Jean-François Bayart est directeur de recherche au CNRS. Dernier livre paru: Sortir du national-libéralisme. Croquis politiques des années 2004-2012 (Karthala, 2012)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE PHENOMENE RELIGIEUX
Le phénomène religieux progresse partout sauf en Europe où il recule face à la sécularisation en marche. Mais attention, les athées, les rationalistes laïques sécularisés qui tiennent le haut du pavé se reproduisent peu. Il suffira de deux ou trois générations pour qu'ils soient minorisés par une immigration croyante, féconde et rétive à toute forme de sécularisation.
MG

© AFP



Aucun commentaire: