mercredi 27 février 2013

Stéphane Hessel : il y a quelques jours encore, "un tel plaisir de débattre"


Le 14 février, "Le Nouvel Observateur" a réuni Stéphane Hessel et Daniel Cohn-Bendit pour un débat. Le député européen revient sur cette dernière rencontre.

IL Y A QUELQUES JOURS, VOUS DEBATTIEZ ENCORE AVEC STEPHANE HESSEL DANS LE CADRE D’UN DEBAT POUR L’OBS SUR LES PARTIS POLITIQUES. COMMENT REAGISSEZ-VOUS A SA DISPARITION ?

- Après ce débat, je lui ai parlé en tête-à-tête. Il m’a annoncé qu’il en avait assez, qu’il n’avait plus envie de sortir de chez lui. Il était conscient que ça devait en finir bientôt. Il m’a dit : "Ecoute, j’ai 95 ans. Jusqu’à il y a deux ou trois ans, j’étais en pleine forme. Mais là, mon corps me lâche, il est temps de lâcher tout". C’est pourquoi je ne suis pas surpris. C’était très lucide de sa part. Il a eu la chance d’avoir toute sa vie une énergie incroyable, de vivre ce qu’il a vécu. Il finit sa vie avec toute sa lucidité, son intelligence, sa clairvoyance et c’est ça qui est extraordinaire !
QU’EST-CE QUI VOUS A MARQUE LORS DE CET ENTRETIEN ?

- Il nous a reçu en pyjama, l’œil toujours pétillant et avec un tel plaisir de débattre. Il a mis toute sa vie au service de l’intelligence.
QUELS MESSAGES RETENEZ-VOUS DE STEPHANE HESSEL ?

- Celui de toujours questionner la réalité. D’essayer de trouver avec son intelligence des solutions, de combattre pour un monde meilleur. Comme il l’avait fait en participant à la rédaction de la charte des droits de l’homme de l’ONU ou en promouvant les objectifs du millénaire énoncés par l’ONU (éducation, lutte contre la pauvreté). Evidemment qu’on est triste aujourd’hui mais ce qui est formidable, c’est qu’il a été tellement présent jusqu’à la fin. C’est une personnalité qui avec son intelligence et sa douceur restera longtemps incontournable dans la vie politique. On continuera à débattre avec lui.

Stéphane Hessel et Daniel Cohn-Bendit ((BALTEL/LAMACHERE AURELIE/SIPA et BERTRAND GUAY / AFP)


Aucun commentaire: