samedi 9 mars 2013

La débâcle de l’ACW fragilise le système belge


Beatrice Delvaux
Editorialiste en chef Le Soir

Le sujet a passionné surtout la Flandre, les francophones ne sachant guère ce qu’était l’ACW, équivalent flamand mais bien plus puissant, du MOC, le Mouvement ouvrier chrétien. L’affaire qui touche ce mouvement, qui finance nombre d’organisations sociales, est pourtant d’une importance lourde, puisqu’elle a provoqué la démission du ministre des Finances Vanackere, et qu’elle affaiblit le CD&V.
Le calvaire de l’ACW a démarré par les accusations frontales de fraude fiscale et falsifications, lancées par la N-VA. Mais aujourd’hui, la victime est responsable de sa propre descente aux enfers. En cette fin de semaine, le bilan de l’organisation flamande est extrêmement négatif : c’est elle qui porte la responsabilité de la décapitation d’un ministre qui a visiblement assumé des fautes qui ne sont pas les siennes.
Le CD&V doit se le dire amèrement : quand on a des amis comme l’ACW, on n’a plus besoin d’ennemi.
Le mouvement chrétien, à la légitimité bâtie sur des principes de solidarité et de responsabilité, ne fait, depuis des semaines, que courir derrière la vérité, n’arrive pas à faire la transparence, se perd dans des déclarations contradictoires. Un coup, elle défend le recours aux intérêts notionnels à son profit, pour y renoncer pour raison éthique le lendemain. Un coup, elle justifie un intérêt préférentiel obtenu sur un prêt en capital fait à Belfius, pour y renoncer quelques jours plus tard, sans aucune justification de fond. Le tout, en plus, sans pouvoir garantir à ce stade qu’elle a sauvé sa peau.
La bombe ACW, qui continue à planer au-dessus du CD&V, nous menace à deux niveaux. Primo, parce que tout affaiblissement majeur du CD&V mine le gouvernement fédéral et donne un boulevard à la N-VA. Secundo, et c’est plus fondamental, parce qu’en donnant le sentiment d’être opaque, incapable de transparence et de gouvernance, en ayant montré qu’elle manquait de principes managériaux cohérents, un pilier sociétal du monde chrétien accroît le discrédit qui ronge les institutions.
Circonstances aggravantes dans ce cas : la fuite des responsabilités – l’ACW aurait dû offrir une tête pour protéger le CD&V – et le sentiment, à tort ou à raison, de ne pas dire la vérité la mettent en flagrante contradiction avec ses valeurs. L’organisation doit reprendre le contrôle et rétablir sa crédibilité, sous peine de ne pas s’en remettre et d’en entraîner d’autres dans sa perte.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
COUP DE GRACE
En décrédibilisant l'ACW ( "Wie het ACW vernielt, vernielt de ziel van Vlaanderen." Geert van Istendael). et en faisant tomber le ministre des finances, la N-VA a donné le coup de grâce au CD&V et par ricochet au gouvernement papillon qui risque de choir.
La barque tangue dangereusement: selon Wouter Beke, président du CD&V, Didier Reynders est "particulièrement frustré car il n'est plus ministre des Finances" et d'ajouter que le ministre des Affaires étrangères avait commis "des fautes les unes après les autres" lorsqu'il s'occupait des Finances. Ambiance.
Comme le dit Torfs (CD&V) le N-VA déstabilise mais ne propose aucune alternative. Aucune importance puisqu'elle a le bénéfice du doute.
Au train où vont les choses, la N-VA risque d'avoir la majorité absolue en Flandre en 2014.
La situation devient, selon nous, extrêmement préoccupante.
Quand tout vacille, Elio s'en va se distraire à Paris aux funérailles de Stéphane Hessel. Quelle était ce jour là la couleur de son joli noeud pap?
MG


DE NIEUWE STRIJD OM DE ZIEL VAN VLAANDEREN

Wat N-VA doet, gaat veel verder dan legitieme kritiek leveren op het ACW, schrijft Geert van Istendael. Hij is schrijver en dichter, en zoon van August Vanistendael (1917-2003), gewezen secretaris-generaal van de Internationale Christelijke Vakbond en minister van Staat.

De N-VA beweert dat ze de ACW- vrijwilligers niet aanvalt. 'Totaal niet aan de orde', zegt Bart De Wever. Laten we dat eens van nabij bekijken
Zonder de macht van de vakbond kun je de pletwals van hebzucht en uitbuiting niet stuiten. De vakbond verdedigt het recht van de zwakste. Hij is onmisbaar, vandaag meer dan ooit. En als iemand de arbeidersbeweging laaghartig aanvalt, zoals nu gebeurt met het ACW, dan kookt mijn bloed.

De N-VA probeert doelbewust de christelijke arbeidersbeweging te beschadigen.

Er is een strijd aan de gang, een bitse strijd om de ziel van Vlaanderen.

Ik verneem sombere geluiden over de zuurtegraad van de Vlamingen. Ik wil niet wegkijken van onprettige of ronduit alarmerende tendensen. Die zijn er, punt. Toch denk ik niet dat de ziel van Vlaanderen een vat azijn is.

De ziel van Vlaanderen, dat zijn honderden acties en afdelingen en verenigingen, dat zijn tienduizenden idealistische vrijwilligers die werken tot in de kleinste uithoeken van de Vlaamse provincies, elke dag opnieuw. Dat alles is niet het monopolie van het ACW, ik wil zeker het ABVV of de Boerenbond of de jeugdbeweging of andere organisaties, bij welke zuil ze ook horen, niet onderschatten. Maar het grootste deel komt ontegenzeglijk van het ACW, van de vrienden dus. Al die acties, al die idealisten, maken de ziel van Vlaanderen tot wat ze is. Daarom is het woord waarmee je de ziel van Vlaanderen het best kunt beschrijven: solidariteit. Zij is het die Vlaanderen voor nog meer verzuring behoedt.

De N-VA wil de ziel van Vlaanderen veroveren. Nu. Echter, de plek is bezet, al tientallen jaren. Ik herhaal het, niet uitsluitend, maar toch vooral door het ACW. Daarom moet in de eerste plaats het ACW onherstelbaar worden beschadigd. Dat is de inzet van de niet in te dammen stroom verdachtmakingen zonder een spoor van bewijs. Dat is het doel van deze poging tot karaktermoord.

Wat ze bij de N-VA blijkbaar niet beseffen, is dat het ACW in al zijn vertakkingen onlosmakelijk vergroeid is met de ziel van Vlaanderen. Wie het ACW vernielt, vernielt de ziel van Vlaanderen.
En wat krijgen we dan?
Dat vat azijn, vrees ik.


Aucun commentaire: