mardi 26 mars 2013

La FWB va fêter les 50 ans d'immigration marocaine


Belga et La libre Belgique

La Belgique et le Maroc signaient un accord bilatéral relatif au recrutement de la main d'oeuvre marocaine pour l'économie belge le 17 février 1964.
La Fédération Wallonie Bruxelles (FWB) s'apprête à fêter les cinquante ans d'immigration marocaine en Belgique, début 2014. Dans ce cadre, une série d'activités culturelles coordonnées par l'espace Magh à Bruxelles sont prévues à partir de février 2014. Un appel à projets a été lancé dans ce sens par la ministre francophone de la Culture et de l'Egalité des chances, Fadila Laanan, lundi. La Belgique et le Maroc signaient un accord bilatéral relatif au recrutement de la main d'oeuvre marocaine pour l'économie belge le 17 février 1964. "En 50 ans, nos sociétés se sont ouvertes au métissage", s'est réjouie Fadila Laanan. "L'immigration est une chance, mais aussi une souffrance", a-t-elle ajouté.
Pour commémorer ce cinquantième anniversaire, la FWB organise une saison artistique et festive de février à juin 2014. L'appel à projets lancé lundi s'adresse "aux opérateurs culturels, éducatifs, sociaux, maisons de quartiers, associations et acteurs socioculturels". Les idées des artistes professionnels et amateurs sont attendues pour fin 2013 à l'Espace Magh. La programmation de cette saison comprend trois dimensions: art et culture; éducation, jeunesse et pédagogie; social.
Rachid Benbouchta, Abdelmalek Kadi, Giuliana Mettini ou encore Zidani ont déjà indiqué leur volonté de participer à cet événement. Najob Ghallale, le directeur de l'Espace Magh, insiste sur le fait que cette "fête" ne s'arrête pas à la communauté marocaine mais s'adresse à toutes les immigrations et à tous les Belges.
La FWB a débloqué un budget de 500.000 euros pour l'organisation de ces commémorations.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UNE BOURDE POLITIQUE, UNE BEVUE PEU COSMOPOLITE
Cette annonce faite dans la Libre de ce matin à suscité une explosion de commentaires de lecteurs du Forum de La libre, parmi lesquels beaucoup remettent ce projet de célébration anniversaire dans une perspective historique.
Ce flot de commentaires occulte toutefois un aspect du dossier, à notre sens essentiel, qui n'est jamais abordé, celui de l'immigration comme réponse à la préoccupation démographique, et ce dans le prolongement du rapport du célèbre démographe français Sauvy dont on a célébré justement cinquantième anniversaire de sa publication. De quoi s'agit-il:

1. SEUIL DE RENOUVELLEMENT : UNE DUALITE DEMOGRAPHIQUE MANIFESTE ENTRE WALLONIE ET FLANDRE
"Au lendemain de la Première Guerre mondiale et sans que celle-ci ne joue le moindre rôle, le taux brut de reconduction des générations n'est plus atteint en Wallonie. Jusqu'en 1945-1946, le taux d'accroissement naturel est négatif. Il y a davantage de décès que de naissances. Après la guerre, le seuil de renouvellement de la population en Wallonie redevient positif et franchit même la barre du simple équilibre (indice 1, différence entre naissance et décès). En Flandre, la natalité était plus forte et la mortalité plus faible, avec comme conséquence un taux d'accroissement naturel plus élevé, se chiffrant au minimum à 7,8 %o (en 1946-1950 et 1962) et au maximum à 8,7 %o (en 1961). Le Baby-boom apparaît dans les deux régions, mais à des niveaux différents, le dynamisme démographique de la Flandre étant très supérieur à celui de la Wallonie. Dans cette période d'après-guerre encore, la dualité démographique de la Belgique est manifeste. Elle le demeure jusqu'à nos jours même si l'écart tend à se réduire entre les deux régions.
2. L'IMMIGRATION COMME PREOCCUPATION DEMOGRAPHIQUE
Alors qu'auparavant on avait de préférence recours à l'immigration de jeunes hommes célibataires pour les besoins des charbonnages, de la métallurgie et des travaux publics, un tournant sera pris dans les années soixante. C'est en effet en raison de la structure d'âge vieillie de la population wallonne - et le rapport établi à ce sujet par Alfred Sauvy fera l'effet d'un choc - qu'une préoccupation démographique, à savoir le rajeunissement de la population, se greffera aux mobiles économiques de l'immigration. Désormais les regroupements familiaux seront encouragés et les immigrés seront aussi diversifiés par sexe et âge. On voit donc bien comment les facteurs économiques et démographiques se sont conjugués pour faire de l'immigration un phénomène spécifiquement wallon et ouvrier, avant qu'elle ne se diversifie sur le plan régional, en s'étendant vers Bruxelles et la Flandre et, sur le plan des activités, vers d'autres secteurs.
Le premier objectif préconisé par le Rapport Sauvy est l'arrêt du vieillissement tant au sommet qu'à la base et le second, l'alignement sur les populations les plus vieillies. Pour les atteindre, Alfred Sauvy préconise une politique de soutien des naissances, en développant une série de mesures s'inspirant du modèle français en accroissant notablement l'aide accordée aux deuxième et troisième enfants.
Sauvy montre qu'une politique de soutien des naissances, même réalisée dans un cadre régional, donnerait des résultats insuffisants à moyen terme, dégageant ainsi la nécessité de prévoir une politique d'immigration à effectifs importants, à caractéristique familiale." (sic: www.wallonie-en-ligne.net/1996_Societe-wallonne.../)

Revenons donc aux commentaires de lecteurs:

"A l'heure où "les ménages sont plus pessimistes que jamais quant à leur niveau de vie...", à l'heure où " plus de 10.000 nouveaux cas de ménages en saisie sur salaire...", à l'heure où au Lambermont on passe la nuit à concocter de nouvelles taxes, voilà notre parvenue, décide de ponctionner 500.000 euro du budget ..."

"500.000 euros pour ce caprice de Mme Laanan et ses amis "artistes"."

"En 50 ans, nos sociétés se sont ouvertes au métissage"
... Peut on parler de société de métissage quand on voit la "ghettoïsation" de certains quartiers de la capitale?"

"Cette arrivée massive a été voulue par le grand patronat pour casser les syndicats et permettre de jouer les salaires à la baisse.
Les Belges de souche et les belges nouveaux, ainsi que les enfants de ces deux catégories sont toutes les victimes de cette politique qui a été décidée et voulue par les "pères politiques" de nos dirigeants actuels qui ne font que poursuivre l’œuvre mais à plus grande échelle
Nous avons hérité de cette situation et le résultat est que des pauvres Wallons et Bruxellois se chamaillent avec des pauvres Africains ou Magrébins pour l'unique intérêt du grand capital et du grand patronat (ceux qui continue à demander plus de flexibilité, de compétitivité et qui au final, délocalise à tour de bras)...

L'immigration a été une arnaque et une souffrance et les réels perdants de ce processus sont à la fois les Belges "de souche" et les immigrés. Cette immigration est un processus politique, un accord de gouvernement à gouvernement qui chacun avait intérêts à jeter les uns contre les autres des pauvres des deux cotés de la méditerranée.

On a fait miroiter aux immigrés un avenir meilleur et la possibilité de gagner convenablement sa vie mais en réalité on leur a imposé de basses besognes de subalternes mal payées et aucun effort n'a été fait pour les intégrer au giron social. On en a fait des citoyens de seconde zone, marginaux et même pire, on les a poussé a rester via la loi sur le regroupement familial.

L'afflux de main-d’œuvre bon marché a permis de faire du dumping social et de casser la puissance du monde ouvrier (la grève de 60-61 est le dernier mouvement syndicat d'envergure).

Rappelons que c'est le mouvement wallon qui a favorisé l'immigration marocaine car les polonais, portugais, ... étaient catholiques et donc proche du mouvement flamand. La FGTB faisait des campagnes au Maroc pour les inviter à venir ici.
Le recrutement officiel de travailleurs marocains pour les charbonnages a cessé moins de deux ans après la signature de la convention de 1964. Il a concerné en tout quelques milliers de personnes.
Comment en est-on arrivé aux centaines de milliers de (Belgo-) Marocains qui vivent aujourd'hui en Belgique? Va-t-on nous l'expliquer à l'occasion de cet anniversaire?"


Sans doute tout ceci n'est-il pas d'une rigueur scientifique parfaite mais cela montre une chose: ces 500.000 euros pourraient utilement être injectés dans des projets susceptibles de promouvoir, (notamment via l'enseignement) une dynamique interculturelle.
Il est assez surprenant de voir une ministre d'origine marocaine initier un projet qui toucherait essentiellement la communauté marocaine. Difficile de ne pas y voir une initiative de caractère communautariste d'autant plus que la "série d'activités culturelles coordonnées par l'espace Magh" aura lieu en pleine année électorale.
Mais,à en juger par les premières réactions, il y a fort à craindre que s'il est maintenu comme tel, le projet de madame la Ministre fera perdre plus de voix à son parti qu'il n'en glanera.
N'est-il pas temps de regarder l'immigration en Europe comme un phénomène global et nécessaire au vu de l'effondrement de la démographie sur le territoire du vieux continent?
Il est, par contre, maladroit et contreproductif de braquer un projecteur sur les ghettos communautaristes qu'elle a immanquablement crées.
L'Europe de demain sera inter et transculturelle ou elle ne sera pas.
Bruxelles doit absolument mettre l'accent sur son caractère cosmopolite et internationaliste et éviter les manifestations de caractère communautariste et particulariste. Et cela est vrai pour l'Europe dans son ensemble.
Est-ce si difficile à comprendre?

MG


Aucun commentaire: