dimanche 31 mars 2013

Un nouveau terroriste arrêté à Bruxelles


Jean-Pierre De Staercke (La Libre)

Adam venait aussi de convertir des centaines de milliers d’euros en lingots d’or.
C’est une véritable opération commando qui avait été mise en place, le 25 février dernier à Molenbeek, pour épingler David Adam, 39 ans, converti à l’islam radical depuis une dizaine d’années, rapportent nos confrères de la Dernière Heure.

Plusieurs dizaines d’agents des Unités spéciales avaient été mobilisés pour une arrestation que beaucoup redoutaient, craignant un scénario de guerre de rue.
Mais l’intéressé s’était finalement laissé cueillir sans résistance. Et jusqu’ici, rien n’avait filtré dans les milieux bien informés. Pourtant, à la vue de l’arsenal saisi, la prise n’est pas banale. Parmi les découvertes : deux kalachnikovs d’assaut, des armes de poing, mais surtout des milliers de cartouches artisanales et des composants d’explosifs.
En outre, Adam avait rassemblé également un impressionnant matériel de survie, comme pour se préparer à devoir subir une longue période d’autonomie complète.
On a saisi en effet une quantité invraisemblable de boîtes de conserve, sacs d’aliments lyophilisés, vêtements contre le froid, camping gaz, gamelles, etc.
Puis, Adam venait aussi de convertir des centaines de milliers d’euros en lingots d’or. Il dira qu’il redoutait de se retrouver dans le dénuement le plus complet dans un climat de crise générale avec faillite des institutions bancaires.
À ce stade, l’intéressé n’est encore inculpé que de détention d’armes, de munitions et d’explosifs, ainsi que de blanchiment. Mais, à l’occasion de ses passages devant les juridictions d’instruction, la procureur fédérale en charge du dossier, Paule Sommers, a indiqué que tout donnait à penser que le trentenaire s’apprêtait à partir dans des zones de combat.
L’instruction a été confiée à la juge Bertha Bernardo-Mendez.
À propos de l’origine des fonds, Adam a déclaré qu’il avait bénéficié d’un très bel héritage familial. Après la confirmation du mandat d’arrêt cette semaine, le suspect a remercié son premier conseil, Me Christine Calewaert, et a fait choix de l’habituel ténor des causes de l’islamisme radical, Me Sébastien Courtoy.
Joint par nos soins hier, ce dernier s’est cependant refusé à tout commentaire, se contentant de démentir les allégations du parquet fédéral.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LES CONVERTIS ZELES
Il semble bien que les convertis soient les plus déterminés.
Toujours le zèle des néophytes.
"Kan de vraag worden gesteld waarom we tot hiertoe zo weinig van Waalse strijders in Syrië hebben gehoord - ook al is de sociaaleconomische achteruitstelling van moslimjongeren daar even nijpend. Is het al te voortvarend om te suggereren dat Vlaanderens grootste partij en haar electoraat hier door hun weinig gastvrije discours en politiek een rol in spelen?"
En deux mots comme en mille, l'auteur de ce papier audacieux trace un parallèle avec les jeunes Flamands qui autrefois rejoignirent, par idéal la légion SS pour vaincre, pensaient-ils, le communisme en union soviétique. Et de s'étonner de ne pas retrouver de Wallons musulmans en Syrie. Et de mettre se paradoxe en rapport avec l'impact en Flandre de l'idéologie NVA.
Une théorie intéressante qui n'est encore qu'une pure hypothèse.
MG


DE DRIJFVEREN VAN DE VLAAMSE JIHADISTEN
De Morgen
Als je, zoals Bart Eeckhout schreef, de aangrijpende verhalen leest van machteloze Vlaamse ouders die van de ene dag op de andere hun zoon zien vertrekken naar de 'Heilige Oorlog' in Syrië, dan krijg je het beeld van enkele extreme uitzonderingen. Marnix Beyen reageert. Beyen is historicus, verbonden aan de onderzoeksgroep politieke geschiedenis van de Universiteit Antwerpen.

• De gevoelens van sociale en culturele marginalisering die de oostfrontstrijders bewogen, vormen ook een van de drijfveren van de Vlaamse jihadisten
Gewaagd', zo noemde Bart Eeckhout zijn vergelijking tussen de Vlaamse jongeren die momenteel in Syrië tegen het regime van Assad ten strijde trekken en de oostfrontstrijders uit de Tweede Wereldoorlog (DM, 25/3). Gewaagd is de vergelijking inderdaad, al was het maar omdat islamofobe gevoelens misschien nergens zo sterk zijn als in milieus van oostfrontstrijders en hun nazaten. Door de twee groepen met elkaar te vergelijken, zou men bovendien voeding kunnen geven aan de vaak gehoorde, maar problematische gelijkschakeling van moslimextremisme en fascisme. Maar gaan de Vlaamse jongeren vandaag dan niet precies strijden aan de zijde van een verzetsleger tegen een dictator die de staatsmacht verafgoodt op een manier die aan het fascisme herinnert?

(...). De gevoelens van sociale en culturele marginalisering die de oostfrontstrijders bewogen, vormen ongetwijfeld ook een van de voornaamste drijfveren van de Vlaamse jihadisten nu. Hoewel directe oorzakelijke verbanden in dit stadium onmogelijk kunnen worden aangetoond, kan wel de vraag worden gesteld waarom we tot hiertoe zo weinig van Waalse strijders in Syrië hebben gehoord - ook al is de sociaaleconomische achteruitstelling van moslimjongeren daar even nijpend. Is het al te voortvarend om te suggereren dat Vlaanderens grootste partij en haar electoraat hier door hun weinig gastvrije discours en politiek een rol in spelen?


Aucun commentaire: