lundi 1 avril 2013

Aldi bestaat honderd jaar


Bewerkt door: redactie −De Morgen− Bron: Belga

De Duitse keten van discountsupermarkten Aldi (Albrecht Diskount) bestaat op 10 april honderd jaar. Op die dag in 1913 startte Karl Albrecht senior zijn eerste bakkerij aan de Mittelstrasse in Schonnebeck, een wijk in de Duitse stad Essen.
Albrecht gaf al snel blijk van zijn drang naar expansie. In 1914 startte zijn echtgenote, Anna Albrecht, een voedingswinkel, eveneens in Schonnebeck. In 1919 nam Albrecht de handel in koloniale goederen over die in het pand naast het zijne was gevestigd. De winkel in de voormalige Mittelstrasse, intussen herdoopt tot Huestrasse, geeft vandaag nog steeds onderdak aan een Aldi-filiaal.

DE GOEDKOOPSTE
Het gezin Albrecht kreeg twee zonen, Karl Junior, geboren in 1920, en Theo, geboren in 1922. Beiden toonden interesse voor de handel en Karl nam in de jaren veertig een voedingswinkel over die toen al bekend stond als de goedkoopste in de buurt. In 1946 kwamen de broers aan het hoofd te staan van de winkel van hun moeder, waarna ze al snel een tweede vestiging openden. In 1950 hadden de broers al dertien winkels in het Ruhrgebied.

Karl en Theo legden zich van bij het begin toe op het zo laag mogelijk houden van de prijzen. Ze hielden hun winkels klein, verkochten geen verse producten en verwijderden artikels die niet voldoende verkochten onmiddellijk uit het gamma. De presentatie was ondergeschikt, met producten die in grote dozen of zelfs op houten paletten werden aangeboden.
Tussen 1950 en 1960 bouwden de Albrechts hun imperium uit tot een driehonderdtal filialen. In 1961 besloten ze de taken te verdelen: Karl concentreerde zich voortaan op het zuiden van het land en Theo op het noorden.

BUITENLAND
Pas in 1967 zetten ze een eerste stap in het buitenland, met een overname van de Oostenrijkse keten Hofer. In 1973 opende de eerste Aldi in België, onderdeel van Aldi Nord. Intussen heeft de keten zowat 380 vestigingen in ons land. In 1976 trok Aldi Süd naar de Verenigde Staten, enkele jaren later gevolgd door Aldi Nord, dat Trader Joe's overnam.

Aldi is intussen uitgegroeid tot een van de grootste supermarktketens ter wereld. Nord en Süd samen hebben zowat 10.000 filialen en een jaaromzet rond 62 miljard euro. Karl Albrecht is met een geschat vermogen van 17,2 miljard euro de rijkste Duitser en de vierde rijkste Europeaan.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DES LIEUX INTERCULTURELS?
Il n'y pas plus multiculturel que le public des usagers du métro et celui des magasins Aldi et Lidl.
On peut se demander dans quelle mesure ces "chaines du pauvre" ne sont pas involontairement et malgré elles des incubateurs interculturels vu que s'y croisent au quotidien une clientèle composée de toutes les ethnies et toutes les cultures et qu'on y entend toutes les langues. Désormais on y croise toutes les classes sociales, car beaucoup de bobos y font également leurs achats de base.
Tous mangent et consomment Aldi/Lidl même si les ingrédients vendus sont assurément cuisinés différemment, quoique les livres de recettes signés Aldi veillent à unifier les pratiques culinaires.
Tout est fait ici pour diminuer les coûts d'exploitation: " L'aménagement très sobre est réduit au strict minimum; les produits sont présentés bruts sur les rayonnages réduisant ainsi les frais de mise en place ; leur répartition et leur disposition sont fixées à la lettre et ne changent jamais, permettant également une réduction des coûts de présentation et de publicité."
Mais surtout, les "coûts salariaux sont abaissés à leur minimum : les hôtesses de caisses doivent également mettre les produits en place et nettoyer le magasin ; jusqu'il y a peu, elles devaient apprendre par cœur les codes de tous les produits. L'entreprise réalise d'importants profits par la surveillance permanente et l'intimidation de ses salariés et par une organisation très rigide qui contrôle chaque détail. Elle licencie les employés qui ne sont pas assez flexibles ou qui ne sont pas suffisamment conformes à son modèle"
On ajoutera que les fournisseurs de ces chaines sont soumis eux aussi à une pression extrême pour qu'ils réduisent leurs marges (ils se rattrapent sur les quantités). Il s'en suit de nombreux abus notamment, dit on, en exposant les travailleurs de ces sous traitants à des conditions de sécurité minimales.
On aimerait savoir comment les syndicats réagissent à ce harcèlement permanent des salariés?
On assiste ici à une adaptation extrême du capitalisme à une situation de crise où le pouvoir d'achat du client (une majorité d'indigents) baisse comme peau de chagrin et où l'emploi est réduit Autrement dit, la pénurie génère des plus-value chez Aldi et Lidl.
Qui fait ses achats en province constatera que dans toutes les petites agglomérations, les petits commerces sont à l'abandon, ce qui représente à chaque fois la perte de deux ou trois emplois et génère le chômage tandis qu'on voit pousser comme champignons sous la voûte les magasins Aldi ou Lidl. Au global, cela engendre un bain social auquel participent les victimes du processus en faisant leurs achats dans ces chaines.
Aldi compte 10.000 filiales qui réalisent un chiffre d'affaire global de 62 milliards d'euro (Lidl: 54 milliards). Avec une fortune évaluée à 17,2 milliards d'euro Karl Albrecht est l'homme le plus riche d'Allemagne et le quatrième Européen le plus fortuné. On retiendra la phrase célèbre de la mère des deux hommes d'affaires : « Plus le monde va mal, mieux nous nous portons. » ( Je schlechter es den Leuten geht, desto besser geht es uns.).
On aimerait vraiment savoir sur quelle base cet homme et cette société sont taxés.
Dans une Europe victime de la crise socio-économique la plus rude de l'après-guerre, on ne voit pas ce qui empêcherait un Etat devenu européen de nationaliser ce géant qui exerce un véritable monopole sur la distribution alimentaire bas de gamme.
MG

ALDI VU PAR WIKIPEDIA
ALDI, abréviation d' ALbrecht-DIscount, est une chaîne de supermarchés hard-discount originellement basée en Allemagne. Le groupe est une entreprise familiale, fondée en 1913 dans un quartier populaire à Essen par la mère de Theo et Karl Albrecht. Après la Seconde Guerre mondiale, les deux fils prennent en main le magasin familial, et le développent progressivement en chaîne internationale.
ORIGINES
Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, dans une Allemagne faisant face à la pénurie, les deux jeunes frères Albrecht, Theodor et Karl, décident d'adapter la boutique aux principes des magasins syndicaux alors dominants dans le pays, en y introduisant un changement qui va déterminer le succès de l'entreprise : alors que l'usage est de vendre les produits au prix normal et d'appliquer les réductions en fin d'année sur le coût total des achats, ils décident d'appliquer ces réductions directement sur le prix de vente. Peu à peu, l'entreprise se développe et finalement s'impose dans tout le pays, ce qui lui permet de se développer à l'international.
Pour l'anecdote, le concept plaît beaucoup aux enfants qui étaient responsables de la comptabilité de fin d'année, mais aussi aux parents qui s'y retrouvent nettement mieux dans leur budget.
Ainsi, la chaîne compte aujourd'hui plus de 8 000 points de vente dans une quinzaine de pays, générant un revenu total de 29,3 milliards d'euros. Sa devise est : « Une qualité supérieure, des prix inférieurs » ( Qualität ganz oben, Preise ganz unten), mais on retient surtout la phrase célèbre de la mère des deux hommes d'affaires : « Plus le monde va mal, mieux nous nous portons. » ( Je schlechter es den Leuten geht, desto besser geht es uns.).
L'entreprise Aldi dirige de par le monde environ 8 078 magasins.
Dès le départ, ALDI a réussi à réduire les coûts au plus bas grâce à un principe simple : un choix en rayon limité. Ainsi, aucun magasin n'a plus de 800 références en rayon. Tous les produits sont produits pour et par ALDI, ce qui réduit les marges. Les produits frais sont très minoritaires dans les gammes proposées.
ALDI réussit également grâce à des coûts salariaux abaissés à leur minimum. Les produits sont présentés bruts sur les rayonnages, à la manière d'un entrepôt, réduisant ainsi les frais de mise en place ; leur répartition et leur disposition sont fixées à la lettre et ne changent jamais, permettant également une réduction des coûts de présentation ; les hôtesses de caisses doivent également mettre les produits en place et nettoyer le magasin.
La chaîne tire aussi ses coûts vers le bas en proposant un aménagement très sobre à ses clients. Celui-ci est réduit au strict minimum : un sol, un toit et des rayonnages. La recherche de l'économie se voit même jusqu'aux caisses où les deux frères avaient l'habitude jusqu'à une époque très récente de ne pas placer de lecteur de codes-barres : les hôtesses devaient apprendre par cœur les codes de tous les produits. Depuis l'introduction de ces équipements dans les magasins, l'emballage des produits est réalisé de telle façon que les caissières n'aient pas à tourner le produit dans tous les sens : des cadres blancs à rayures noires sont imprimés sur la plupart des faces des emballages.
Enfin, aucune dépense inutile de communication n'est engagée. Le budget de promotion de la chaîne est quasiment inexistant le budget publicité quasi nul.
Selon une enquête du Spiegel en 2012, l'entreprise réduit ses coûts et réalise d'importants profits par la surveillance permanente et l'intimidation de ses salariés et par une organisation très rigide qui contrôle chaque détail. Elle licencie les employés qui ne sont pas assez flexibles ou qui ne sont pas suffisamment conformes à son modèle. Elle impose également les prix à ses fournisseurs et utilise des caméras pour surveiller les salariés et les clients.
À l'origine, les magasins Aldi étaient souvent ridiculisés et présentés comme vendant des biens de qualité inférieure, les clients d'Aldi étant quant à eux perçus comme des gens pauvres qui n'avaient pas les moyens de faire leurs courses ailleurs. Cependant, cette mauvaise image ne semblait pas affecter les profits d'Aldi. Au fur et à mesure, de nombreux consommateurs allemands ont découvert que cette réputation était injustifiée. Ce changement dans la perception du public a été stimulé par des actions telles qu'une série de livres de recettes utilisant uniquement des ingrédients Aldi, ce qui a entrainé l'émergence d'une sorte de fandom d'Aldi. C'est ce qu'on peut voir avec des livres tels que Aldidente dont les recettes ne contiennent que des ingrédients trouvés chez Aldi, ou avec le Newsgroup allemand de.alt.fan.aldi.

LIDL
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lidl est une entreprise allemande de hard-discount fondée dans les années 1930 et présente dans tous les pays de l'Union européenne, à l’exception des pays baltes.

C'est dans les années 1930 que Josef Schwarz crée l'entreprise à Heilbronn et lui donne le nom de Südfrüchte Großhandlung Lidl & Co. Au départ, il s'agit d'un commerce de gros spécialisé dans les fruits exotiques qui sera élargi, plus tard, à celui de l'alimentaire. En 1972, le siège de la société est déplacé à Neckarsulm dans le Bade-Wurtemberg. Dieter, le fils de Josef Schwarz, reprend la succession de l'affaire et ouvre son premier supermarché hard-discount en 1973 à Ludwigshafen. À la mort de son père, en 1977, Dieter dispose d'un réseau de 30 filiales. Par la suite, les activités dans le domaine du hard-discount alimentaire (petites surfaces) passent sous l'enseigne Lidl et les grandes surfaces sous celles de Kaufland, KaufMarkt, Handelshof et Concord.
Aujourd'hui, Lidl est présent dans de très nombreux pays en Europe[1].
CONCEPT
Comme la plupart des enseignes de hard-discount, Lidl s'appuie sur un concept minimaliste pour réduire les coûts et proposer des produits à prix très bas. Toutefois le groupe propose à ses clients depuis 2007 des marques nationales aux côtés de ses produits de marque propre. Ainsi son assortiment est passé de 900 références à environ 1300, ce qui lui permet aujourd'hui d'afficher une croissance supérieure à 10 %. Jusqu'au milieu des années 1990, la plupart des enseignes Lidl avaient des vitres sans tain pour que les classes les plus populaires puissent faire leurs courses en toute discrétion.
RESULTATS
Le groupe allemand cultive la discrétion et ne publie pas ses comptes.
POLEMIQUES ET CONTROVERSES
Au nom de la recherche de performance sévit un style de management rude, délétère.
Lidl est régulièrement décriée au sujet de ses conditions de travail ; en Allemagne, « Le Livre Noir » de Lidl (sous-titré « Vendre peu cher aux dépens des salariés », par Andreas Hamann, 2005) retrace de nombreux abus et infractions au code du travai. En mars 2008, le grand magazine hebdomadaire allemand Stern révèle que les dirigeants des magasins Lidl espionnent leurs employés par l'intermédiaire de détectives, de caméras vidéo secrètes, illégales, et d'enregistrements audio.

En l'espace de 15 années, cette société allemande est devenue la première enseigne dans le domaine du hard-discount en France. En 2002, Lidl lance sa première Foire aux Vins qui ne cesse de se développer depuis (plus de 60 références en 2012). En 2006, l'enseigne intègre les marques nationales dans ses rayons. En 2008, pour développer sa mission de commerce de proximité, Lidl lance les premières cuissons de pain et viennoiseries en magasin. Ce service se déploie depuis dans la plupart de ses points de vente.
En 2012, Lidl France compte 25 000 salariés. En octobre 2012, la direction du groupe annonce son désir de recentrer la stratégie de l’enseigne en sortant du hard discount « sans pour autant devenir un supermarché traditionnel ».


Vitrine du magasin Albrecht à Essen, Allemagne, 1958






Aucun commentaire: