mardi 30 avril 2013

CE QUE LUC TRULLEMANS ET VERONIQUE GENEST REVELENT SUR NOTRE SOCIETE…

Un commentaire de Dorian de Meeûs (La Libre)

Impressionnant. Les buzz créés par ces deux célébrités révèlent un malaise très profond et impose une réflexion plus générale sur notre société. Evitons d’emblée tout malentendu… les propos de M. Météo de RTL sur sa page Facebook sont inacceptables, car il fait un énorme amalgame en mettant tous les musulmans et immigrés dans le même panier. Or, très nombreux sont ceux qui se sont bien intégrés, ils représentent une plus-value pour notre pays. Cela dit, bien que Luc Trullemans soit une célébrité, cela n’empêche pas les dérapages d’un homme ‘comme un autre’ sous le coup d’une agression. Après un tel acte, qu’il soit commis par des mineurs, des drogués, des personnes d’une nationalité précise ou bien d’autres, on a tous tendance – dans un excès de colère - à généraliser et accabler le monde entier de l’injustice que l’on vient de subir… Certains tremblent en silence pendant des mois avant d’enfin oser sortir de chez eux, d’autres se lâchent pour évacuer la tension et leurs ressentiments.
Mais voilà, nombre d’internautes ont sauté sur l’occasion pour applaudir certains propos, comme la conclusion de Trullemans : « Intégrez-vous ou dégagez ! » et ses répétitions : « C’est ASSEZ ! ». Si un tel discours fait un tel buzz… on est dans l’obligation de se poser la question : Pourquoi ?
Nos citoyens sont-ils racistes ? Permettez-moi de penser et d’affirmer que, dans la grande majorité des cas, NON ! La réponse est plutôt dans l’absence de prise de conscience d’un mouvement de fond : il existe une frustration auprès de nombreux citoyens face à l’action des politiques et à la manière avec laquelle les médias traitent le sujet de l’intégration. Ce sentiment pousse des personnes comme Luc Trullemans et Véronique Genest à devenir involontairement des catalyseurs et porte-voix de ce ressenti. Et là, nous – journalistes - avons un rôle à jouer. Nous devons analyser notre manière d’appréhender notre société, car il y a comme un décalage entre le débat public et la perception du grand public. Celui-ci n’a pas forcément tort: il est devenu impossible d’exprimer des réserves sur le ‘mariage pour tous’ ou l’adoption par des couples homosexuels sans passer pour un affreux homophobe, il est presque interdit de critiquer l’Islam sans être accusé de répandre la haine contre tous les musulmans. On s’exprime contre le sexisme dans certains milieux, on s’attaque alors forcément à des personnes. Non, non et encore non !
ACCEPTONS D’ABORDER TOUS LES SUJETS
En s’empêchant d’aborder des sujets sensibles tels que l’islamisme radical, on rend un très mauvais service à tous ces musulmans qui se sentent rejetés par la société. Car oui, ce sont bien eux les premières victimes des intégristes ! D’autre part, on radicalise ceux qui souhaitent que notre société aborde ces sujets délicats.
Aujourd’hui, parler d’insécurité, c’est surfer sur les thèmes de l’extrême droite ! Au mieux, on « stigmatise » certains quartiers ! Non, il est normal de pouvoir évoquer l’insécurité et pointer du doigt les zones où même la police n’ose plus se rendre. Cette insécurité n’est pas confirmée par les statistiques ? Alors abordons ouvertement le sentiment d’insécurité. Pourquoi existe-t-il et comment peut-on le combattre ? C’est ça la vraie question. Il est temps que tous les partis démocratiques acceptent de débattre de tout cela, avant qu’un leader charismatique d’extrême droite ne prenne le relais. Si on veut combattre les clichés et discours faciles et populistes, acceptons de parler de certains sujets avec toute la nuance qui s’impose…
Oh, je sais, certains diront que je fais des liens ici entre islam et insécurité ! Non, j’évoque simplement deux sujets dont il est devenu impossible de parler sans être soupçonné des pires intentions.
Dorian de Meeûs
Rédacteur en chef du site LaLibre.be


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

"Cet article génère un nombre très important de commentaires qui doivent être tous revus en raison du sujet." C'est dire si ce "sujet" qui suscita 127 réactions est sensible. Nous les avons lues toutes les 127 et avons été frappé par la virulence de la majorité des propos. Nous avons retenu et commenté les plus caractéristiques selon nous.
En somme, la technique de la Libre pour conserver ses lecteurs les plus réacs : rédiger un article modéré et publier les 127 réactions la plupart virulentes et politiquement incorrectes. C'est de bonne stratégie éditoriale mais d'une honnêteté intellectuelle assez douteuse.
MG


"Nous voulons vivre avec des gens de n'importe quelle origine, mais avec le respect de nos valeurs occidentales, basées sur LA LAICITÉ""
"Si les musulmans ne veulent pas d'amalgame, s'ils ne veulent pas être mis dans le même sac que les islamistes et les délinquants de tout poil, qu'ils se démarquent en les condamnant eux-mêmes. Mais voilà, on ne les entend PAS. Peut-être parce que ça les arrange d'être représenté par une minorité qui ne s'exprime que par la violence."
Difficile de ne pas être d'accord avec ce commentaire. De fait, les "musulmans progressistes" se démarquent par des prises de positions hardies que nous reprenons volontiers sur ce blog mais en dehors d'eux on n'entend rien ou presque ce qui devient effectivement assez préoccupant comme le laisse entendre le prochain intervenant. MG


"Voila longtemps que je me pose les questions de savoir pourquoi les musulmans modérés ne combattent-ils pas les islamistes radicaux ?
Pourquoi les musulmans modérés laissent-ils leurs enfants et petits-enfants aux mains des radicaux sans réagir ?
Pourquoi les musulmans modérés laissent-ils tous leurs jeunes désœuvrés ternir la réputation de l'Islam en se comportant comme des voyous ? "
"Appelez l'islam comme vous le voulez: islamisme, islam modéré, islam belge, islam moderne etc...l'islam c'est l'islam."
Bien sûr que DiverCity ne saurait cautionner pareil amalgame. Et pourtant, hormis les hardis "musulmans progressistes" personne ne semble très enclin parmi les musulmans modérés à prendre ouvertement le parti d'un islam belge, européen, moderne, éclairé et soluble dans nos principes démocratiques et cela fait vraiment problème. MG

"Je pense naïvement peut-être que cette problématique d'intégration correcte et réciproquement respectueuse relève surtout des autorités religieuses islamiques."
Ceci est paradoxal mais essentiel. En effet, l'islam, en principe, ne reconnaît aucune autorité religieuse.Il considère en effet chaque croyant comme un lieutenant du divin sur terre. Un adith attribué à Ali, gendre de Muhammad que je cite volontiers ne dit-il pas "lis le coran comme s'il t'était révélé à toi même". Et pourtant, malgré cela, tout se passe comme si les musulmans belges ne pouvaient se passer de leurs imams locaux dont la plupart, pas toujours très fiables, sont importés du moyen orient. Etrange? MG

"Depuis que je lis les fora des journaux, jamais la population n'a montré un tel ras-le-bol. Il y aura des conséquences néfastes, c'est sûr. Ce sont les tartufes de politiciens et les bien-pensants qui en porteront la responsabilité. "
Ce ras de bol mérite une analyse fine à laquelle nous allons nous efforcer de nous livrer en toute rigueur. MG


"Les citoyens en ont assez du laxisme gouvernemental dont la seule motivation est l"électoralisme"
L'électoralisme est le fait des partis, pas du gouvernement. MG


"Nous ne sommes pas racistes mais nous n'acceptons pas d'être terrorisés par n'importe qui.
Nous voulons vivre avec des gens de n'importe quelle origine, mais avec le respect de nos valeurs occidentales.
Nous n'aimons pas la violence, ni le manque de respect.
Ceux qui ne veulent pas respecter nos normes sont priés d'essayer de s'intégrer dans un autre pays."
Assurément, encore que j'aimerais que l'on explique exactement ce qu'on entend pas s'intégrer. Pour moi cela veut dire respecter les lois et les valeurs du pays d'accueil sans renoncer à son identité profonde ce qui serait synonyme d'assimilation. MG

"Il y a quand même un problème de fond avec l'Islam. Certes, tous les musulmans ne sont pas terroristes et c'est heureux. Malheureusement, force est de constater que tous les terroristes sont musulmans, où que ce soit dans le monde. Je ne pense pas que c'est dû au hasard. L'Islam n'est pas seulement une religion, c'est également une idéologie totalitaire, au même titre que le communisme ou le national-socialisme."
C'est exact et non sans ambiguïté. On aimerait que les musulmans modérés prennent clairement leurs distances avec l'islamaisme et on se doit de constater qu'hormis les "musulmans progressistes" rares sont ceux qui font cette nette différence.
A DiverCity nous la faisons clairement et sans complaisance aucune pour la déviation islamiste. MG


"@ Erinyes: La Cour européenne des droits de l'homme, dans un arrêt du 31 juillet 2001 fait observer l’incompatibilité du régime démocratique avec les règles de la charia. La Cour reconnaît que les références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout. Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses."
Sharia et droits démocratiques sont parfaitement incompatible. MG

"A titrer purement indicatif : après combien de génération cesserez-vous de qualifier d'immigrés des gens qui sont nés ici et n'ont jamais vécu ailleurs, mais à qui on rappelle quinze fois par jour qu'ils ne sont - prétendument - pas chez eux ?"
Tout à fait d'accord avec cette question fondamentale. MG

"Il est temps que tous les partis démocratiques acceptent de débattre de tout cela, avant qu’un leader charismatique d’extrême droite ne prenne le relais".
Le danger est réel mais le leader charismatique se fait attendre, comme Godot. MG

"Des analystes commencent à oser envisager le spectre d'une guerre civile en Europe. Application du principe de précaution et fermeture étanche des vannes svp."
Nous avons nous-mêmes évoqué une menace de beyrouthisation de Bruxelles en cas de rejet de la dynamique du dialogue interculturel et de la "convivance". MG


"En s’empêchant d’aborder des sujets sensibles tels que l’islamisme radical, on rend un très mauvais service à tous ces musulmans qui se sentent rejetés par la société."

"Le mot tolérance, c-à-d accepter la différence de la sexualité, la croyance, le lieu d'origine (ça peut être aussi bien une ville, une région, un pays, un continent), mais aussi le métier exercé, le choix d'avoir/d'élever des enfants ou non,... devrait être le dénominateur commun dans un monde parfait. C'est au moment où on attache une plus value à telle différence qu'on créé l'inégalité et le sentiment de rejet par ceux qui sont moins bien considéré. C'est pour cela que je ne crois pas en le concept de "communauté" car elle ghettoïse les gens qui en font partie. "

"En USA, la lettre de Mr Trullemans se résume par : "Love Us, or Leave Us".


Aucun commentaire: