mercredi 17 avril 2013

La ministre Simonet veut rétablir un cours de morale réellement neutre


La Constitution impose à l’école d’organiser un cours de morale non confessionnelle véritablement neutre. Or, ce n’est plus le cas. Selon les juristes, le cours actuel est devenu un cours de laïcité engagée. La ministre de l’Education veut corriger le tir.

La Constitution impose à l’enseignement officiel d’organiser un cours de morale non confessionnelle véritablement neutre. Ce n’est pas le cas, selon l’avis rendu en mars par trois constitutionnalistes, Christian Berhendt (ULg), Hugues Dumont (Facultés Saint-Louis) et Marc Uyttendaele (ULB). Le cours de morale serait devenu un cours de morale laïque. En pratique, le cours de morale non confessionnelle n’est plus assuré.
La ministre CDH de l’Education Marie-Dominique Simonet estime qu’il faut restaurer un « vrai cours de morale neutre ». Il n’entraînerait pas la disparition du cours de morale laïque. Les deux coexisteraient. Le contenu du « cours de morale neutre » s’inspirerait du tronc commun proposé par la ministre dans sa réforme des cours philosophiques (morale et différentes religions). Ceux-ci seraient maintenus, mais intégreraient une série d’éléments communs : philosophie, introduction aux autres religions, interculturalité…


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
INTECULTURALITE, LE MONSTRE DU LOCH NESS?

L'intertculturalité c'est comme Nessie, tout le monde en parle mais personne ne l'a aperçu ou presque. L'un croit l'avoir vu passer par ici, l'autre l'a identifié par là...
Commençons par une analyse purement stratégique. Milquet a voulu à tout prix la compétence enseignement. Trop contents d'en être débarrassés, à cause des décrets inscriptions très contestés, les socialistes se sont empressés de la lui fourguer. Marie Dominique Simonet, a si bien cafouillé pendant trois ans que son image d'ex bonne gestionnaire du port de Liège est complètement ternie.
Inventer donc en fin de mandat, vite fait, un brûlot pour faire grimper à l'arbre le camp laïc et son crédit auprès des cathos bon teint. Sitôt dit sitôt fait. Bien sûr que le cours de morale laïque participe d'un engagement, comme les cours de religions catho, israélite ou protestante. Mais surtout, il faut lancer un signal aux musulmans pour leur dire que le cours de morale laïque est une invite à la mécréance. Cette stratégie de bazar ne peut qu'accélérer un dossier dormant, celui de la création d'un réseau d'enseignement musulman concurrent des réseaux officiels.
Raison de plus pour sortir la religion et morale laïque de l'école où il entraîne deux heures par semaine des moments de rupture entre élèves de convictions différentes.
Le remplacer par quoi? On parle de plus en plus de la création d'un cours commun de philosophie et d'histoire des religions. On le sait, ce n'est pas simple car cela exigerait une révision de notre constitution laquelle ne peut se faire sans une majorité des 2/3 au niveau national ce qui n'est pas rien. Comme le relève un internaute lucide: "Ce n'est pas morceler encore le panorama philosophique, qu'il faut, mais le contraire : supprimer ces différences confessionnelles qui ne poussent qu'à la radicalisation dans un sens ou un autre et remplacer tout ce fatras éculé par un cours de philosophies et religions comparées. Ainsi, les élèves apprendraient à voir les ressemblances entre les aspirations fondamentales et les questionnements existentiels de l'être humain. Ils verront que certains, au fil des siècles, y ont répondu par des religions, d'autres par des philosophies... mais, surtout, que l'individu a le droit, et même le devoir, de questionner.(...) Où est le questionnement ? Où est la toléranc interculturelle ? Où est la bienveillance à l'égard de la façon dont chacun essaie de répondre à ses questions fondamentales, dont il essaie de vivre tout simplement ?"
Marie Dominique Simonet a réussi faire parler d'elle dans la presse autrement qu'en négatif. C'était son objectif premier à 14 mois des élections. Gageons qu'elle reviendra à la charge.
Vous avez dit interculturalité? Mais quelles furent les retombées des assises de l'interculturalité convoquée par sa grand amie Joëlle Milquet? Pratiquement nulles et nous le déplorons.
N'y a-t-il pas de problèmes plus urgents à régler, Madame Simonet? La pénurie d'enseignants, par exemple...

Quel est le député, le sénateur ou l'élu local qui va relever le gant et dire haut et clair à madame Simonet qu'elle ferait mieux de gérer son département plutôt que de rouler uniquement pour le réseau d'école de sa couleur "humaniste". Vous avez dit humaniste?
MG

Aucun commentaire: