mardi 16 avril 2013

Le prédicateur bruxellois Iliass Azaouaj capturé en Syrie

Ricardo Gutiérrez Le Soir

Le jeune prédicateur bruxellois Iliass Azaouaj a été capturé par un groupe extrémiste, en Syrie. Annoncée, ce matin, par le député SP.A bruxellois Fouad Ahidar, la nouvelle nous a été confirmée par la famille, ce midi. Iliass Azaouaj aurait tenté de convaincre de jeunes volontaires belges au combat en Syrie de revenir au pays.

Le Soir l’avait contacté en Turquie, la semaine dernière, alors qu’il comptait se rendre en Syrie pour tenter de convaincre de jeunes volontaires belges embrigadés dans les milices islamistes de rentrer au pays. Iliass Azaouaj devait nous recontacter, jeudi dernier, mais il n’a plus donné de nouvelles.
Informé par la famille du jeune prédicateur, le député bruxellois Fouad Ahidar (SP.A) a annoncé, ce mardi matin, sur les ondes de FM Brussel, qu’Iliass Azaouaj aurait été capturé en Syrie, par un groupe extrémiste.
Le prédicateur salafiste marocain, né en Belgique et formé à la mosquée Al-Khalil de Molenbeek, n’a jamais caché son opposition radicale au groupuscule extrémiste Sharia4Belgium, qui aurait joué un rôle déterminant dans l’enrôlement de jeunes volontaires belges. Il semble que cette inimitié envers Sharia4Belgium soit à l’origine de son interception, en Syrie, où il risque d’être jugé sommairement et condamné, selon Fouad Ahidar.
Le 20 mars dernier, avant son départ pour la Turquie, Iliass Azaouaj avait démissionné de la direction du Service islamique de la jeunesse, une association qu’il avait fondée en 2008, à Bruxelles. Le prédicateur n’avait pas souhaité commenter sa décision, nous expliquant : « Vous aurez bientôt de mes nouvelles ». Manifestement, il avait prévu, de longue date, de se rendre en Syrie, en passant par la Turquie.

BELGES EN SYRIE: FOUAD BELKACEM ARRETE
P. LA. AVEC BELGA et Le soir

Fouad Belkacem, l’ancien porte-parole de Sharia4Belgium, a été arrêté lors de perquisitions dans le cadre de l’enquête relative aux Belges quittant le pays pour aller combattre en Syrie.

Les enquêteurs ont mené des perquisitions à 46 adresses à Bruxelles, Vilvorde et Anvers. Fouad Belkacem, ancien porte-parole de Sharia4Belgium, a été arrêté dans le cadre de cette action. Le nombre exact d’arrestations n’a pas été précisé.
Fouad Belkacem est soupçonné d’avoir recruté plusieurs jeunes pour renforcer les rebelles combattant le régime du président Assad. Le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Der Fypt, a confirmé son arrestation.
La chaîne VTM rapporte qu’un jeune homme soigné à l’hôpital Brugmann après avoir été blessé en Syrie aurait également été arrêté mais le parquet n’a pas encore confirmé cette information.
Le blessé est rentré en Belgique par la Turquie après avoir été touché à la tête par une grenade. Son identité n’a pas encore pu être confirmée, mais il pourrait s’agir d’un sympathisant de Sharia4Belgium condamné après les émeutes survenues à Molenbeek-Saint-Jean en mai 2012 suite au contrôle de police d’une jeune femme portant le niqab.
Par ailleurs, des perquisitions ont été menées par des unités d’intervention à Anvers et Vilvorde, a rapporté le site de la RTBF. Ces perquisitions ont débuté peu avant 6 heures à Anvers puis à Bruxelles afin de tenter de démanteler les filières qui envoient des jeunes Belges en Syrie. L’opération s’est ensuite poursuivie à Vilvorde dans le quartier de la gare, en plein centre de la commune.
DE NOMBREUSES INTERPELLATIONS A ANVERS
Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, a confirmé que de nombreuses personnes avaient été interpellées à Anvers dans le cadre de la vaste opération anti-terroriste menée dans plusieurs villes du pays. Sur les ondes de la VRT-radio, Bart De Wever a évoqué « plus de dix interpellations ».
Selon le bourgmestre d’Anvers, les perquisitions s’inscrivent dans le contexte d’une enquête judiciaire déjà en cours depuis l’été dernier. Elle viserait « des musulmans prônant le radicalisme et qui enrôlent des jeunes pour le combat en Syrie ».


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
POUR UN SURSAUT DE VIGILANCE ETHIQUE ET CITOYENNE.

Ce que je pense des gamins qui vont casser du mécréant en Syrie?
Si je comprends bien il y deux façons de regarder la chose.
La première est de caractère romantique.
Ces gamins sont des exaltés frustrés par la vie et en mal d'engagement d'une cause à défendre, comme Malraux, Orwell et Hemingway partis casser du fasciste et du franquiste en Espagne, ou encore les Légions wallonne et flamande parties casser du communiste en Russie. Pourquoi ces garnements ne feraient ils pas leur crise d'idéal en Orient, et plus précisément en Syrie?

Deux ados issus de l'athénée où je fus élève, prof et préfet, feraient partie de cette brigade. En 1936, plusieurs élèves et professeurs sont partis rejoindre le camp républicain pendant la guerre civile d'Espagne et le monument aux morts de l'établissement porte gravés dans le marbre les noms d'un professeur et de plusieurs élèves résistants fusillés par les nazis comme "terroristes".

Qu'on réfléchisse un peu: pour quelle noble cause des ados de l'âge de gloire de Rimbaud ("on n'est pas sérieux quand on a 17 ans") peuvent ils s'engager pleinement aujourd'hui? L'écologie, la non-violence, l'austérité post-moderniste?

Eux ont choisi leur cause et leur camp. Que pouvons-nous leur reprocher? Fondamentalement une chose: un manque d'esprit critique. S' il y a bien une chose qui autrefois fut inculquée avec efficacité à Blum, c'est précisément l'esprit critique. On s'étonnera donc vraiment du choix de ces deux élèves. Celui-ci doit inciter l'actuel préfet et son équipe éducative à un sursaut de vigilance éthique et citoyenne.

Les profs que j'ai connus à Blum pendant un demi siècle de son existence étaient des intellectuels engagés et enthousiastes (pas tous évidemment mais les meilleurs, assurément). Puisse-t-il toujours en être ainsi. Mais j'ai des doutes sur les nouvelles générations d'enseignants actuels: beaucoup choisissent, aujourd'hui, ce métier plus par dépit plus que conviction et engagement. C'est un phénomène général, un drame, qui est lié à la dévalorisation de la profession d'enseignant.

La seconde raison, plus inquiétante est d'ordre sociologique et elle doit nous rendre tous extrêmement vigilants. En effet si cent, deux cent, trois cents têtes brûlées nous reviennent embrigadées dans un esprit salafiste et entrainées aux techniques de la guérilla urbaine, il y a de quoi redouter une beyrouthisation de Bruxelles à leur retour ou dans quelques années.
Mais grâce à Dieu -si j'ose écrire- on n'en est pas là.
Mieux, ce micmac ou ce ramdam a provoqué la réaction musclée des progressistes musulmans et celle d'un imam protestataire qui ne veut pas des fourberies de Sharia 4 Belgium. "Pour la première fois, une organisation religieuse musulmane condamne le phénomène des jeunes belges partis combattre en Syrie. Le théologien Mohamed Ramousi, au nom du Forum Musulmans et Société (FMS), appelle les imams à dénoncer l’embrigadement de jeunes exaltés au nom de l’islam." (in LeSoir).
C'est un pas dans la bonne direction; l'arrestation de Fouad Belkacem de Sharia 4 Belgium en est un autre. La Task Force de la ministre de l'Intérieur n'est pas restée les bras croisés.

Que faire? En tout premier lieu mobiliser les enseignants pour qu'ils stimulent l'esprit critique de leurs élèves, qu'ils "s'indignent" et "s'engagent" contre l'endoctrinement dogmatique des élèves qu'ils sont chargés de transformer en citoyens libres et critiques.
Il existe dans nos écoles des profs magnifiques à côté d'une horde de harcelés harcelants, de planqués ronchons, d'enseigneurs et d' éducastreurs?
On espère aussi et surtout que les journalistes cesseront de pratiquer le titre racoleur ("Gendron est mort en martyr") et la prose alarmiste.
Bref il est temps de regarder ces choses difficiles en toute sérénité mais avec vigilance.

Notre responsabilité dans cette affaire est dans la complète faillite de notre enseignement face à des jeunes issus de milieux défavorisés ou en désespérance d'avenir.
Prenons l'exemple de Schaerbeek d'où sont issus ces deux jihadistes de seize ans: son enseignement fut d'une belle cohérence sous Gaston Williot (diplômé de l'école d'instituteurs Charles Buls ) et même après lui.
Puis vint Roger Nols qui ne rêva que de le supprimer et fit fermer effectivement les écoles du bas de Schaerbeek, dont les parents ne votaient pas, sous les applaudissements des vieux Schaerbeekois qui votaient pour lui aveuglément.

Sans école il n'y a pas de société organisée. Le naufrage de l'école prélude celui de la société. 50% de décrochage scolaire à Molenbeek, Anderlecht, Saint-Josse, Schaerbeek 40% de chômage chez les jeunes de ces communes, comme en Grèce au Portugal, en Italie. Ca va nous éclater au visage et cela explose déjà.

La semaine dernière j'ai rencontré Fouad, jeune président des progressistes musulmans. Trente ans, vif, subtil, engagé, laïque et vrai citoyen cosmopolite. La solution c'est le sursaut des jeunes générations.
Il faut former une nouvelle génération d'institutrices et d'instituteurs d'élite, compétents, volontaires et déterminés à affronter un public difficile et volontiers retors. C'est notre dernière chance. On reviendra sur ce sujet.
Ce n'est pas neuf. Hugo disait: "Chaque fois qu'on construit une école, on ferme une prison".Roger Nols n'a-t-il pas fait l'inverse?
MG

RAPHAËL GENDRON EST MORT EN MARTYR
(DH)
L’homme est décédé cette nuit en Syrie à la suite de violents affrontements
Toujours inculpé de participation à une organisation terroriste dans le cadre du procès du Centre islamique belge, mais jusqu’alors pas poursuivi... Raphaël Gendron, alias AbduRaouf Abu Marwa, avait pour rappel fui la Belgique pour éviter les ennuis judiciaires, courant du mois de février 2013.
Raphaël Gendron, âgé de 38 ans, combattait depuis lors aux côtés des brigades du Faucon du Sham en Syrie, dont l’un des commandants n’est autre que Abdel Rahman Ayachi, fils du cheikh Bassam Ayachi. Il est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à la suite de violents affrontements.
"Raphaël Gendron a pris la fuite en Syrie pour ne pas se retrouver à nouveau en prison en Belgique. Il est aussi parti en Syrie parce qu’il devait se marier là-bas. Il y a déjà une fiancée et c’est son deuxième pays après la Belgique. S’il est parti, c’est pour défendre sa femme et ses futurs enfants. Il n’est pas parti pour gagner de l’argent ou de la célébrité", nous avait contextualisé peu avant sa mort cheikh Bassam Ayachi.
Et cheikh Bassam Ayachi de préciser que Raphaël Gendron était récemment devenu "le chef de la police locale d’Idleb" et que ce dernier avait même "pris le commandement de la prison d’Idleb".
D. Ha.


Le prédicateur bruxellois Iliass Azaouaj capturé en Syrie

Aucun commentaire: