jeudi 25 avril 2013

"Un accord secret très flamand" à Alost

Christian Laporte (laLibre)

Des citoyens et l'opposition craignent le plan de la ville.
Dans les rangs. Et on obéit sinon : buiten, raus .
La presse nordiste a pu mettre la main sur l’accord secret prévoyant la flamandisation à tout crin d’Alost et mis au point par la majorité communale pilotée par le N-VA Christoph D’Haese qui dirige la ville des "Ajoinen" avec le CD&V et le SP.A. Lors de l’installation du conseil et quelques semaines après, on avait déjà pu avoir une petite idée de ce programme d’épuration - qu’on n’ira pas jusqu’à dire ethnique mais on n’en est pas loin - puisque D’Haese et son collège avaient rapidement décidé d’enlever le portrait du Roi et de la Reine de la salle du conseil et aussi de mettre un maximum de drapeaux flamands en lieu et place des si abhorrées - pour le "burgemeester" - couleurs tricolores nationales.
Mais l’accord secret a fini par aboutir chez les "Noig Verontruste Oilsjteneirs", un groupe de citoyens d’Alost qui voient du plus mauvais œil la présence au sein du collège et par N-VA interposée de deux anciens Belangers, Karim Van Overmeire et Mia De Brouwer. Ils ont de quoi être inquiets : ledit accord prévoit l’éloignement de tous les drapeaux belges, à un seul près - pour ne pas contrevenir à la loi - et une nette flamandisation des noms de rues. Mais il y a pire C’est ainsi que le guichet réservé aux étrangers à l’administration sera placé sous le contrôle de la police, officiellement pour "renforcer l’efficacité de son fonctionnement" . Ce que le porte-parole des citoyens voit plutôt comme une triste réminiscence de l’apartheid La députée fédérale N-VA Sarah Smeyers n’y voit-elle aucune malice : "L’intention n’est nullement de stigmatiser mais d’identifier plus vite les fraudes de domicile ou les mariages blancs..." Et de préciser que cela se fait aussi à Malines.
Autre discrimination : les habitations sociales ne seront accordées qu’à des locataires maniant le néerlandais. Voilà pourtant une mesure qui a déjà fait se froncer les sourcils de l’Europe. Jean-Jacques De Gucht (Open VLD) qui siège dans l’opposition à Alost a interpellé le bourgmestre au plus récent conseil. Ce dernier défend bien entendu son accord mais n’a sans doute pas cru utile de rappeler aussi une de ses clauses : les conseillers de la majorité qui auraient la malencontreuse idée d’avoir un avis contraire et de l’exprimer publiquement seront exclus ipso facto de ladite équipe majoritaire. Et tout cela parce qu’Alost risque de perdre sa flandritude. Brrrr C’est pas drôle chez les "voïle Jeannetten"
Que feront-ils quand ils seront au pouvoir?


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
BRUXELLES TENTACULAIRE

Un internaute écrit: "Il ne faut pas aller jusqu'à Aalst. Dilbeek and St Pieters Leeuw sont plus près..." Il atout compris.
Verhaeren, ce fransquillon magnifique mort en 1916 parlait déjà des villes tentaculaires. Bruxelles cosmopolite étend ses tentacules jusqu'à Hal , Louvain, Malines et Alost bien entendu. On n' entend plus parler de la tâche d'huile, (métaphore pour désigner la progression du français dans le rand ) mais désormais on peut parler d'épuration ethnique, laquelle vise particulièrement les populations issues du Maghreb et du Sub-Sahara qui quittent Bruxelles pour s'installer au-delà des limites du gordel sacré.
C'est dire que le beau projet de construire, comme l'on fait Marseille mais surtout Lille, une vaste communauté urbaine métropolitaine a du plomb dans l'aile. Nous publierons demain une analyse du livre de Eric Corijn et ses collaborateurs "Brussel waarheen?" (Quo vadis Bruxelles) qui illustre cela brillamment.
Une fois au pouvoir, la N-VA n'a pas tardé à tomber le masque et à révéler son vrai visage, qui est celui de Vlaams Belang. Le char carnavalesque montrant les sbires de la Nieuwe Vlaamse Arrongatie en uniformes nazis était franchement prémonitoire.
MG


Aucun commentaire: