mardi 7 mai 2013

Lettre ouverte à Monsieur Trullemans

Une opinion de Rahima Bendali, émigrée depuis de longues années
La Libre Belgique

"Je vais dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas."
Les propos de Luc Trullemans ont été au centre de nombreux débat politiques, judiciaires mais aussi au sein de l'opinion publique. Une internaute de Lalibre.be adresse sa lettre ouverte à Monsieur Trullemans.
Monsieur Luc Trullemans,
Vous avez dit ; 'Intégrez-vous ou dégagez'. Je vais dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Nous sommes intégrés, nous voulons nous intégrer mais souvent, très souvent et surtout ces dernières années, de plus en plus, beaucoup d'entre vous ne nous intègrent pas, beaucoup d'entre vous ne veulent pas nous intégrer.
Nous sommes intégrés.
La Belgique, notre terre d'accueil, avec notre sueur nous l'avons arrosée. Nous avons soutiré du charbon et oui des Algériens, des Turcs, des Marocains donc des musulmans sont descendus au fond des mines belges, ont laissé des parcelles de leurs poumons. Nous avons récuré vos toilettes, nous avons secoué vos paillassons, nous avons construit des ponts, asphalté des autoroutes. Les hauts fourneaux belges connaissent notre teint basané et notre fatalisme devant la rigueur du destin. Nous avons roulé le jour de Noël, le Nouvel An et tous les jours fériés et même les jours de l'Aid pour vous conduire ou conduire vos parents. Nous avons arrosé notre terre d'accueil avec notre sueur. Toute peine mérite salaire.
Devant les douleurs de notre terre d'accueil, nous nous sommes recueillis. Rappelez-vous l'incendie de l'Inno, la mort du Roi Baudouin et cette tristesse qui s'est abattue sur la Belgique. Nous avons arpenté les rues de Bruxelles, écrasés par la peine, l'angoisse, la honte: l'affaire Dutroux traumatisait la Belgique.
Nous avons fêté nos fêtes avec nos voisins belges de souche, partageant pâtisseries orientales et couscous. Nous sommes intégrés. Ah oui j'oubliais le foulard. Dites-moi : Est-ce que ce morceau de tissu vous cache le soleil?
Est-ce qu'il vous cache le brouillard? Est-ce qu'il vous obstrue la vue au point de ne plus voir la réalité telle qu'elle est?
Cette réalité cruelle pour la majorité de la deuxième et troisième génération d'émigrés maghrébins donc musulmans.
Ils sont nés ici, les trottoirs belges résonnent de leurs cris d'enfants. Oui ils ont fréquenté l'école, oui ils ont appris la langue, mais une fois sur le marché de l'emploi, ils subissent le rejet pour délit de faciès, délit de nom. Leurs parents, ces mineurs toussotant, ces métallurgistes vieillis, ces femmes d'ouvrage courbées assistent impuissants à cette souffrance, à ce mal qui ronge leurs enfants.
Leurs enfants ne sont intégrés ni ici, ni là-bas. Ils espéraient; ils croyaient donner un avenir meilleur à leurs enfants dans leur terre d'accueil, le sol de leurs enfants.
Vous avez dit : 'Intégrez-vous ou dégagez'. Moi je dis: 'Intégrez-nous au travail, intégrez-nous dans vos quartiers chics, intégrez-nous dans vos banlieues. Nous ne pouvons pas nous intégrer tous seuls si vous ne nous intégrez pas. L'intégration réussie est l'intégration réciproque, la fraternité humaine de part et d'autre.'
Votre agression n'est pas l'apanage des musulmans. C'est une agression qui arrive tous les jours entre chauffeurs fatigués et énervés. Vous dites vous exprimez au nom de la liberté d'expression? Non , Mr Trullemans, vous vous exprimez au nom de la liberté de nuire, au nom de la liberté de véhiculer au grand jour des à-priori, de faire des amalgames. La liberté d'expression est noble. Elle dénonce une injustice, elle veut se libérer d'un joug. Elle interpelle, elle fait réfléchir, elle fait avancer l'humanité.
Quel joug subissez-vous , Mr Trullemans? Au nom de l'islam, le seul que je connaisse, le seul qui guide ma vie. L'islam pardonneur, tolérant, aimant, oui aimant, je vous dis : 'sans rancune, Mr Trullemans, et bon vent.'
Une opinion de Rahima Bendali, émigrée depuis de longues années.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"L'INTEGRATION REUSSIE EST L'INTEGRATION RECIPROQUE, LA FRATERNITE HUMAINE DE PART ET D'AUTRE"

Très beau plaidoyer pour le dialogue interculturel et camouflet cinglant pour tous les Trullemans du centre et de la périphérie.
Trullemans, comme par une ironie du sort rime avec Beulemans ou Bossemans, les Bruxellois bruxelleirs du temps de la Belgique Joyeuse qui déjà à l'Expo 58 n'était plus qu'un fantasme de carton pâte tombé en ruine depuis. Des Trullemans il y en a de tous les âges dans les communes d'Uccle, de Woluwé, de Boistfort et de la banlieue. Les jeunes Trullemans ne sont pas les plus tolérants. Ils sont beaux, prospères, sûrs d'eux mêmes et arrogants.

L'homme qui prédisait le temps sur la chaîne commerciale a beau être un scientifique de haut vol, flamboyant et brillant communicateur, il n'en demeure pas moins borné, c'est-à-dire enfermé dans ses limites socio-culturelles. Ils ne voient pas, les Trullemans jeunes et vieux, que le peuple de Bruxelles n'est plus celui du temps de Bossemans ou du grand-père brusselant de Jacques Brel.
Ouvrez les yeux vous tous, les Brusselmans à œillères. Sortez de vos bagnoles et descendez dans le métro et vous verrez à quoi ressemble le nouveau peuple de Bruxelles. Il est jeune, basané, bistré, enfoulardé, métissé, parle rarement français et ressemble aux constructeurs de la tour de Babel. On sait comment cela s'est terminé. Mais une autre issue est possible. Elle passe par le dialogue interculturel et interconvictionnel. Seulement, cela exige un très gros effort de part et d'autre et ne se résume pas à un bras d'honneur et à un coup de pied dans un tas de ferraille fût-il estampillé BMW, Audi ou Mercedes.
"L'intégration réussie est l'intégration réciproque, la fraternité humaine de part et d'autre".
Cela s'appelle le dialogue dans le respect, la convivance, ingrédient nécessaire à la réussite du vivre ensemble et par conséquent à la cohésion sociale.
Il y a du pain sur la planche.
MG




Aucun commentaire: