lundi 13 mai 2013

Pour un enseignement bilingue dans la capitale

belga

Rudi Vervoort entend se battre pour l'enseignement bilingue à Bruxelles.

Le nouveau ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a relancé lundi la piste de l'enseignement bilingue dans la Région-Capitale. Interrogé par le journal Métro, il indique qu'il en fera un combat prioritaire pour répondre au défi de la jeunesse et du chômage. Il tempère cependant, précisant que cet enseignement bilingue ne se fera pas en une fois. "Je me battrai pour un enseignement bilingue à Bruxelles. Mais je ne suis pas naïf. Je sais très bien que ce n'est pas pour demain". Rudi Vervoort dit vouloir interpeller la Fédération Wallonie-Bruxelles. Selon lui, les exigences dans l'apprentissage des langues doivent être plus fortes à Bruxelles.

Le PS promeut l'enseignement bilingue depuis 2007 mais cette idée a, jusqu'ici, essuyé un refus de la part des partis néerlandophones. L'idée est défendue par le petit parti ProBruxsel, fondé par des personnalités du monde économique et académique. Il y a quelques semaines, elle a également été mise en avant par le PTB/PvdA.

Il est temps que l'enseignement soit bilingue à Bruxelles pour que chaque étudiant soit bilingue (Français-Néerlandais) pour des raisons économiques comme le demande Probruxsel...

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

EFFETS D'ANNONCE
Laurette Onkelinx du temps où elle était ministre de l'éducation en communauté française vers 2000 avait promis que chaque élève serait bilingue en 2005. On est en 2013, elle-même ne l'est toujours pas!

Certes, on le sait, pratiquement toutes les offres d'emploi exigent d'être bilingue... mais c'est connu depuis des décennies et personne ne bouge.
Serait-il temps de régionaliser l'enseignement?

Mais il y a un autre moyen, il suffit d'inscrire ses enfants dans l'enseignement de l'autre langue, ce que firent les Flamands de Bruxelles pendant des générations et ce qu'ont fait beaucoup de francophones comme moi. Résultat: mes enfants ont trouvé de l'emploi sans la moindre difficulté parce que bons bilingues.

Cela, beaucoup de ressortissants bruxellois d'origine turque l'appliquent de façon très systématique. On ne saurait leur donner tort.


Un forumeur commente: "Nos décideurs sont en retard d'une guerre. L'enseignement bilingue est totalement dépassé. La jeunesse aurait plus de chances avec l'apprentissage des quatre langues qui entourent notre territoire national: français, néerlandais, allemand et anglais."

"Mais  pauvre Rudi, ça fait des années que les Bruxellois demandent un enseignement soit bilingue, soit offrant un formation de qualité aux langues... et ça fait des années que la Fédération Wallonie-Bruxelles s'en fiche comme de l'an quarante. "


"Tout le monde l'anglais comme 2e langue, et nous serons capable decommuniquer avec le monde entier !"

Très franchement, ce serait la meilleure idée mais visiblement la majorité n'en veut pas.

MG

 

Aucun commentaire: