lundi 13 mai 2013

Un fonctionnaire musulman licencié pour son extrémisme

Un Belge converti à l’islam, employé à la Ville de Bruxelles, a été licencié parce qu’il a refusé de serrer la main de son échevine de tutelle, Karine Lalieux (PS). 

L'article de SUD PRESSSE:

Jean-François, un Belge converti à l’islam, et employé à la Ville de Bruxelles a été licencié parce qu’il avait refusé de serrer la main de son échevine de tutelle, Karine Lalieux (PS).

Une décision prise le 29 avril dernier, à huis clos, lors du conseil communal. L’ex-employé des musées de Bruxelles ne s’est pas présenté pour se défendre.

Philippe Close (PS), l’échevin en charge du Personnel communal, a expliqué qu’il « a refusé de serrer la main de Karine Lalieux, prétextant que sa religion lui interdisait de toucher des femmes. Il a donc été convoqué, une enquête menée et il a répété qu’il continuerait à agir de la sorte. Dans ces circonstances, nous avons estimé que sa collaboration avec la Ville de Bruxelles ne pouvait plus continuer »,explique Philippe Close. «  Mais, il s’agit heureusement d’un fait très marginal, sinon il y aurait beaucoup de licenciements. Je pense même que c’est une première à Bruxelles », continue l’échevin du Personnel qui insiste aussi sur le fait « qu’au sein de l’administration de la Ville, nous avons un devoir de neutralité et le personnel doit aussi faire preuve civilité. »

Interrogé sur ce licenciement, Edouard Delruelle, directeur adjoint du Centre pour l’égalité des chances, estime pour sa part que la Ville de Bruxelles a pris la bonne décision en se séparant de cet ouvrier.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

EXCES DE ZELE D'UN CONVERTI

Le zélé converti à l'islamisme a cru bon de se montrer plus musulman que son imam. Ce n'est pas une preuve de grande subtilité intellectuelle. En faire un chômeur pour l'exemple est pour un parti communautariste comme le PS un très mauvais signal envers son électorat musulman un an avant les élections. C'est bien pire que Reynders parquant sa limousine sur une place d'handicapé.  Quid du dialogue intercuturel dans cette affaire?

MG

 

ÉDUCATION ET COMMUNICATION INTERCULTURELLE (WIKIPEDIA)

L'école est aujourd'hui un lieu où l'enfant va rencontrer l'Autre, l'altérité. C'est un lieu où il va être confronté à la différence, à des cultures autres que sa propre culture familiale. Il va devoir apprendre à respecter ces différences et comprendre que lui-même a une culture qui n'est pas un universelle, et qui n'est pas non plus figée. La pédagogie interculturelle propose de limiter les effets négatifs que pourraient avoir les incompréhensions des uns et des autres, envalorisant cette différence pour que chacun puisse apprendre des autres, et que l'enfant lui même puisse enrichir ses camarades. Ainsi, le professeur qui pratique ce genre de pédagogie essaiera de se décentrer et de proposer différents modèles, sans rester dans une vision ethnocentrique où c'est principalement la culture européenne qui est mise en valeur. Ainsi la classe devient le lieu où chaque enfant pourra s'exprimer et affirmer sa différence, en partageant avec les Autres. L'exemple des cours portant sur la culture religieuse enseignée au collège en est un parmi tant d'autres.

« L'éducation interculturelle est devenue une priorité pour les institutions européennes dans les années 1990 et 2000 ». « Les approches interculturelles dans la forme scolaire se présentent à la fois comme un enjeu pour les « minorités », les migrants ou plus généralement l'ensemble des élèves, et comme un défi pour les autorités éducatives chargées de les promouvoir ».

Les approches interculturelles en éducation visent généralement trois objectifs : « reconnaître et accepter le pluralisme culturel comme une réalité de société ; contribuer à l'instauration d'une société d'égalité de droit et d'équité ; contribuer à l'établissement de relations inter-ethniques harmonieuses ».

Au niveau universitaire des rencontres interculturelles entre des étudiants de pays différents ont lieu afin de leur permettre de mieux connaître l'Autre. Cette démarche amène déjà à réfléchir sur sa propre culture, son positionnement, chaque étudiant pouvant avoir sa propre manière d'appréhender la culture de son pays.

Il semble important de mentionner aussi que dans l'éducation et la communication interculturelle les notions de majorité et de minorité ont toute leur importance et ce aussi bien au niveau culturel que langagier. L'altérité est une composante omniprésente dans notre société de multiculturalisme. On la trouve sous diverses formes, parfois inattendues : elle se trouve dans l'archipelisation de la connaissance qui tend à construire naturellement des passerelles entre domaines autrefois spécialisés et fermés sur eux-mêmes (neurochirurgie, bioéthique, etc). Elle se trouve également à l'école qui n'est pas seulement un lieu de conservation des savoirs mais est aussi un lieu (avec la famille) où se transmet le savoir vivant entre générations.

 

 


2 commentaires:

Abou Souhaib Younes Al Baljiki a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Younes abou 'abd ar Rahman a dit…

... c'est dingue tout ce qui c'est dit sur cette histoire ! N'importe quoi . Je suis le belge converti en question ... 90% de toute cette histoire est fausse et je possède tout les papiers qui le prouvent. Je ne suis pas au chômage, j'ai tout simplement quitté la Belgique, je vie tranquil au bord de l'Océan atlantique, au Maroc et je vie de mon propre petit commerce. Bien loin de ces menteur de la Ville de Bxl où j'ai travaillé 7 ans sans aucun problème jusqu'à ce que madame l'impératrice Lalieux vienne et ne supporte pas que je lui dise très poliment: "sauf votre respect madame, sachez que je suis musulman et que je ne donne pas la main aux dames"... Elle de répondre en haussant le ton: "VOUS ALLEZ QUAND MÊME ME DONNER LA MAIN!". J'ai dit: non madame, excusé moi mais ce n'est pas possible"... ce qui m'a vallu un: "vous allez avoir des problèmes !". Et finallement, ils ont "réussi leur coup" et donc ils m'ont "démissionné" lol. Mais uniquement parce que je suis parti de Belgique, car j'ai tout en mains pour les mettre très mal en justice. Mais j'ai mieux à faire que de perdre plus de temps avec des gens malhonnêtes... Sur ce, je vous laisse à vos conjectures.