mercredi 1 mai 2013

UN PREMIER MAI TRES COMME TOUS LES AUTRES


C'est le premier mai, fête de Laurette au poing levé, de la Sainte Jeanne d'Arc, la Marine des lepéniens, du rassemblement annuel des libéraux wallobruxellois à Jodoigne en Brabant. Inversion des valeurs disait Nietzsche qui avait beaucoup prévu et tout compris ou presque. Marre des nains de jardins déguisés en "politichiens" (De Gaulle).
Regardé un instant les photos du couronnement du fils de Beatrix qui régna trente ans sur le peuple hollandais affublée de chapeaux ridicules en forme de fromages de Gouda: le prince de Galles tel un amiral retraité au bras de sa Camilla en bleu ciel, râlant de ne pas chasser le renard, en jeans à cheval avec son gentleman farmer déguisé par obligation protocolaire en arbre de Noël rutilant de médailles. Notre Kronprinz belge au regard vide et sa Barbie engoncée dans son hébétude. Van Rompuy le Monsieur Europe belge au visage chiffonné. Qu'on nous vire tout ce petit monde au musée Grévin.
Regardé ensuite la Demelenne lancer sa charge virulente contre le MR à Namur; entendu Daniel Piron, secrétaire régional FGTB, dénoncer le « double discours » du PS, le décalage entre les propos des dirigeants du Parti socialiste et leurs actes.

"Malgré la crise", titre le soir, "le 1er mai est loin d'être fané". Vraiment? Premier mai en fanfare, célébration routinière, on défile, on chante, on lève le poing, on revendique et on invective, selon un rituel suranné à force d’avoir été répétépour l'édification de la «base», des militants en feignant la franche convivialité.
Onkelinx au poing levé: "la droite... progressiste... 'Allo, non mais allo quoi"; "l'Europe, la seule à pouvoir faire le poids dans un marché mondialisé doit cesser de ne plus offrir que des perspectives de régression sociale et économique"(...)" Comment ne pas se sentir en phase avec l'indignation collective des peuples de Grèce, d'Italie, d'Espagne ou d'ailleurs qui contestent les dérives de la finance."
"Camarades, soyons convaincus de ceci: cela fait plus de 125 ans que le PS est un parti d'opposition! Opposition au capitalisme débridé, au capitalisme aveugle!", affirma sans rire le nouveau ministre fédéral Jean-Pascal Labille. Et de prédire, à 13 mois des élections: "nous étions là hier, nous sommes là aujourd'hui et nous serons encore là demain".
Magnette, plus déchaîné que jamais: "pour l'emploi, mieux vaut la responsabilité socialiste que l'austérité libérale." Et le même de railler le "ronronnement libéral" qui se plaît à "dévaloriser ce que nous faisons" à travers des "caricatures sans fondement".

Et le chef des libéraux, Charles Michel, de dénoncer, pas content du tout, "l'étrange maladie qui frappe le PS dirigé par "Dr Jekyll Di Rupo" et "Mister Hyde Magnette." Le MR, privé de son allié FDF, avait réuni ses militants pour la 31ème fois à Jodoigne sur le thème "l'avenir ça se travaille". Ressaisissez-vous!", a lancé le président Charles Michel aux socialistes. "Nous voulons des partenaires solides et loyaux. Le gentil Dr Jekyll, sourire éclatant et papillon flamboyant, met en oeuvre docilement l'accord de gouvernement devant le parlement. En même temps, le méchant Mister Hyde Magnette, en congrès, dément et se couche devant la FGTB, mettant en danger le gouvernement".
Et de dire son "inquiétude" à l'égard de cette "étrange maladie qui frappe le PS": "son extrémisme de gauche est le meilleur allié du nationalisme flamand et du séparatisme". "Nous ne voulons ni de l'Etat PS, ni de l'Etat flamingant. Nous ne voulons ni le marteau gauchiste, ni l'enclume du nationalisme".
Et, en conclusion il a martela sa confiance dans l'avenir "du libéralisme du coeur."

Un internaute en conclut laconique:
"1er mai côté P.S: blablablablabla.
1er mai côté M.R : blablablablabla.
1er mai côté Cdh : blablablablabla.
1er mai côté Ecolo : blablablablabla.
Toujours du blabla d'où que ça vienne et toujours sans résultats."

Pas un mot sur le "libéralisme social habilement " kidnappé" par Maingain, pas la moindre allusion à l'horizon interculturel, ni à gauche,ni a droite.
Et ce même mercredi 1 mai je lis dans la presse: "le parquet de Paris s'intéresse aux conditions d'achat d'un somptueux pied-à-terre acquis l'an passé pour sept millions d'euros" par Thomas Fabius, fils de Laurent Fabius ministre français des affaires étrangères, âgé de 31 ans: un 280 m2 sur l'une des "artères les plus huppées" de Paris. J'apprends également que la directrice générale de Yahoo, Marissa Mayer, a empoché 36,6 millions de dollars en salaire, primes et actions l'an dernier après avoir passé six mois à la tête du groupe internet. Mme Mayer, 37 ans, a reçu un salaire de 454.862 dollars qui a été complété par une prime de performance de 1,12 million de dollars en numéraire, et environ 35 millions de dollars d'allocation exceptionnelle en actions.

Le scandale commente une internaute "n'est pas que certaines personnes soient riches, même très riches. C'est plutôt réjouissant. Le scandale, c'est que beaucoup de personnes n'aient pas de quoi se loger, se chauffer et même manger. Mais ce n'est rien me dit-on à côté des 45 milliards d'investissements étrangers qui se sont barrés de la Belgique!"

Au mois de mai, au joli mois de mai, fais donc ce qu'il te plaît.
Moi j'ai jardiné et planté mes salades, mes céleris et mes épinards.
MG


Aucun commentaire: