mercredi 5 juin 2013

Le gouvernement flamand a trouvé un accord sur l'enseignement


BELGA et La Libre

Le premier degré de l'enseignement sera très large et proposera une option dès la première année.

Après plus de 20 heures de négociations, le gouvernement flamand est parvenu à un accord sur un "masterplan" dans l'épineux dossier de la réforme de l'enseignement secondaire.

Le premier degré de l'enseignement sera très large et proposera une option dès la première année. L'offre dans les deuxième et troisième degrés sera elle réorganisée.

Des adaptations à la fin de l'enseignement primaire auront en outre pour but d'améliorer la transition vers le secondaire. Le premier degré sera donc "élargi".

Tous les élèves suivront un vaste tronc commun de matières, auquel s'ajouteront des matières que les écoles pourront organiser elles-mêmes afin notamment de soutenir les élèves en difficulté. Il sera possible d'opter pour une option supplémentaire (en Latin, techniques, mathématiques/sciences, arts, économie, Néerlandais, Français ou Anglais) dès la première année.

A partir du second degré, l'enseignement se répartira selon cinq domaines d'études (sciences et techniques, langue et culture, économie et organisation, bien-être et société, et arts et création). Pour chacun de ces domaines, l'élève pourra choisir son option selon qu'à l'issue de ses secondaires, il souhaite encore étudier ou qu'il choisisse plutôt de faire directement son entrée sur le marché du travail. D'autres options permettront de rendre ces deux finalités possibles.

Dans l'enseignement primaire, une attention supplémentaire sera par ailleurs accordée à certains domaines d'étude. Les élèves performants seront stimulés tandis que ceux qui rencontrent des difficultés seront davantage soutenus.

Les trois partenaires de la coalition (CD&V, sp.a et N-VA) ont réagi positivement à la conclusion de cet accord. "Ce gouvernement flamand a abouti à un accord sur un débat que l'on mène déjà depuis vingt ans", a notamment déclaré le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V).

 



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

ET POUR LES FRANCOPHONES LA MEME CHOSE?

On en est hélas très loin! La Communauté française est très loin d'envisager la moindre réforme de son enseignement en dehors des calamiteux décrets enseignement. On allait voir ce qu'on allait voir, cette législature allait être consacrée prioritairement à l'enseignement! Rien! Nada!

Dans son éditorial au vitriol Yves Desmet dénonce toutefois un médiocre accord de compromis en Flandre"On nous avait promis une révolution coperniciennne denotre enseignement et voilà que cet accord accouche d'une souris", regrette Desmet.

D'abord le constat: le chômage des jeunes a augmenté de 13% en Flandre depuis l'an dernier. Certes le fléchissement conjoncturel n'y est pas étrangerToutefois,Philippe Muyters ministre dtravail N-VA pointe : "De achterophinkendeschoolprestaties van jonge mannen en dit zowel boven aan de studiepiramide - minder hooggeschoolde jongens - als onderaan - te veel jongens verlaten de school zonder diploma - verbreden de genderkloof bij jonge werklozen."

Autrement dit mauvais bulletin de l'enseignement flamand au global attribué à deux causes: "het watervalsysteem" ; een op de zeven jongens haalt geen diploma middelbaar onderwijs meer."

C'est à cela que la réforme voulait s'attaquer!

"Maar die verandering zal er dus niet komen. De Vlaamse regering is geland op de beslissing om de volgende drie jaar niet te beslissen"

Sur ce plan là, aucun changement majeur, le gouvernement flamand a décidé de ne plus décider d'ici à 2014, donc de refiler la patate chaude au prochain gouvernement.

Et c'est comme ça qu'une mégaréforme est sacrifiée sur l'autel de minables petits calculs électoralistes.

De Vlaamse regering bestaat nog, maar regeren doet ze niet meer. Tot mei volgend jaar regeert alleen nog de kracht van het immobilisme en het status-quo.

Jugement excessivement sévère selon nous. Si on compare le résultat obtenu hier soir par les ministres flamands au paysage scolaire francophone, c'est un immense pas en avant. Par exemple: l'effet cascade (watervalsysteem: on tombe du général dans le technique, du technique dans le professionnel) est fortement atténué avec 27 heures de tronc commun en première année du secondaire et cinq heures supplémentaires soit de renforcement pour les bons élèves, soit de remédiation pour les moins bons. A cela s'ajoute une revalorisation indéniable de tout ce qui n'est pas l'enseignement général. Ce n'est pas peu de chose.

On s'étonnera toutefois que rien, absolument rien ne soit dit dans cet accord à propos de la formation des enseignants qui devront mettre ses mesures en pratique. Surprenant, vraiment.

MG

LE LECTEURS FRANCOPHONES COMMENTENT:

     

"L'enseignement flamand est excellent, pourquoi changer ?"

"Dans l'enseignement primaire, une attention supplémentaire sera par ailleurs accordée à certains domaines d'étude. Les élèves performants seront stimulés tandis que ceux qui rencontrent des difficultés seront davantage soutenus.

On comprend que beaucoup de parents francophones envoient leurs enfants dans les classes flamandes, dès la maternelle !"

"Je suis étonné que les 2 grands journaux francophones en fassent leur UNE. "
"Il est temps que le sud revoie son enseignement. Le général est mis sur un piédestal, le technique comme une 'solution de rechange" et le professionnel  comme la 'poubelle'.
Or nous avons besoin de bons techniciens qui outre le fait qu'ils soient bien formés, soient aussi reconnus dans leur spécialisation et leur personnalité. La reconnaissance de leurs études pourrait leur donner déjà un élément positif de développement."

 

"Ne serait-il pas temps de s'interroger sur la qualité de l'enseignement au sud du pays ?


"La NVA a gagné. Elle a veillé à ce que les autres ne perdent pas la face."

 


LE SOIR:


Le bras de fer était aussi et surtout politique. La formation de Bart De Wever ne voulait pas de cette réforme de l’Enseignement. Elle a obtenu des réajustements au cours des négociations. Le parti conservateur, en effet, estimait que la réforme dans sa mouture initiale portait en elle les germes d’un nivellement par le bas. Bart De Wever, lui, a fait barrage jusqu’au bout. Une opposition de fond et un positionnement politique : la N-VA n’a pas osé adopter la même tactique à l’échelon flamand que celle qu’elle a privilégiée au fédéral lors des négociations de 2010, en risquant de se voir reprocher son incapacité chronique à nouer un compromis. Le gouvernement Peeters II l’a échappé belle


DE STANDAARD:


Volgens het akkoord dat de regering dinsdagavond laat voorstelde, komt er een brede eerste graad, waar de leerlingen kennis maken met vakken uit alle domeinen (wetenschap, techniek, cultuur, talen,...) om zo hun talenten te ontdekken. Aanpassingen op het einde van het lager onderwijs moeten de overgang naar het middelbaar verbeteren. De praktische uitvoering zou wel pas beginnen in 2016 of zelfs later.

Om de talenten van alle kinderen maximaal tot ontplooiing te laten komen, moet deze onderwijshervorming ervoor zorgen dat het Vlaamse onderwijs tot de absolute top blijft behoren. In het nieuwe secundair onderwijs verdwijnt de hiërarchie tussen de studierichtingen. Over de kwestie is al jaren gediscussieerd en deze Vlaamse regering zette ze in het regeerakkoord. Een politiek akkoord bleef echter uit, tot dinsdagavond dus.

SCHOTTEN ASO, BSO, TSO
In het eerste jaar komt er een pakket van 27 uur dat hetzelfde is voor alle leerlingen met daarbovenop vijf variabele uren. STERKERE LEERLINGEN KUNNEN DIE VARIABELE UREN GEBRUIKEN VOOR VERDIEPING IN LATIJN, TECHNIEK, WISKUNDE/WETENSCHAPPEN, KUNST, ECONOMIE, NEDERLANDS, FRANS EN ENGELS. Zwakkere leerlingen kunnen die uren gebruiken om hun kennis bij te spijkeren. De studiekeuze wordt zo op dertien jaar gebracht voor wie dat wil, al kan je ook wachten met kiezen tot je veertien jaar.
Scholen die dat willen kunnen in de tweede en derde graad de schotten tussenaso, bso en tso geleidelijk aan laten wijken. In de plaats komt dan een organisatie op basis van vijf domeinen: taal en cultuur, techniek en wetenschap, welzijn en maatschappij, kunst en creatie en economie en organisatie. Scholen die richtingen binnen een domein aanbieden - de zogenaamde domeinscholen - worden aangemoedigd, maar het wordt niet opgelegd. Het huidige systeem kan wel behouden blijven en scholen mogen zich dus ook anders profileren. Ook mengvormen blijven mogelijk. 
In de lagere school komt er extra aandacht voor taal, wetenschap en techniek en zullen sterke leerlingen meer uitgedaagd, en zwakkere leerlingen meer geholpen worden. Er komen ook testen op het einde van de lagere school.

ATTESTEN
Er komt ook een nieuwe manier van attesteren. Na het eerste jaar van de eerste graad zijn er geen B-attesten meer mogelijk. C-attesten zijn dan enkel uitzonderlijk mogelijk, op basis van uitdrukkelijke motivatie. Een A-attest kan verplichte remediëring opleggen in het daaropvolgende jaar.

Het aantal studierichtingen dat aangeboden wordt (meer dan 300 richtingen die nu bestaan), wordt drastisch gereduceerd, in nauw overleg met de arbeidsmarkt en het hoger onderwijs. 
Dergelijke ingrepen vergen uiteraard heel wat voorbereiding en overleg. De praktische uitvoering ervan zou dan ook pas kunnen beginnen in 2016 en vanaf dan komen er ongetwijfeld nog een pak overgangsjaren.
Woensdagmiddag geeft de regering meer details vrij, woensdagnamiddag wordt dan tekst en uitleg gegeven in het Vlaams Parlement. 
 

 

Aucun commentaire: