lundi 3 juin 2013

Les Belges s’inquiètent de la montée du radicalisme religieux


Que pensent les Belges de l’intégration des populations d’origine étrangère et du radicalisme religieux en Belgique  ? Telles sont les deux questions qui constituent le dernier volet de notre sondage Dedicated RTBF/La Libre. Seul 1 Belge sur 5 estime que les populations d’origine étrangère sont bien intégrées. Par contre, plus de 4 Belges sur 10 jugent qu’elles sont mal intégrées.

En ce qui concerne les moyens mis en œuvre pour intégrer les populations d’origine étrangère, la moitié des Belges jugent que la Belgique fait ce qu’il faut.

Les sondés se sont également exprimés sur la qualité de l’intégration des personnes d’origine étrangère. Six répondants sur 10 qualifient de “bien” à “assez bien” réussies les possibilités pour les personnes d’origine étrangère à exercer leur culte/religion et à accéder aux soins de santé. En revanche, ils sont à peine un peu plus de 10% à considérer “bien” à “assez bien” réussis le respect par les personnes d’origine étrangère des règles et valeurs de la société belge, la connaissance par ces personnes de la/des langue(s) de la région où elles résident, etc.

Enfin, près de 8 Belges sur 10 estiment que l’on assiste actuellement à une montée de certains radicalismes religieux. De même, 77% de la population belge se dit inquiète de la montée de ces radicalismes religieux.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

8 BELGES SUR 10 ESTIMENT QUE L’ON ASSISTE ACTUELLEMENT A UNE MONTEE DE CERTAINS RADICALISMES RELIGIEUX


Evidemment, qui le nierait!

Il y a les causes (la crise, le chômage, l'exclusion et la détérioration du climat social), l'exploitation des causes (l'acharnement des endoctrineurs notamment salafistes, de certaines mosquées radicales) et les conséquences (l'augmentation du nombre des zélés convertis et la montée de la violence et des attentats)

La solution? Réformer l'école, renforcer la formation permanente des enseignants, restaurer la discipline scolaire, valoriser enfin les filières techniques et professionnelles.

Mais rien ne se fera sans la coopération des familles, des parents.

Sans l'activation volontariste d'un dialogue interculturel, d'une dynamique transculturelle, d'une vision cosmopolite pour exorciser les extrémismes, les nationalismes et toute forme de populisme et de manipulation des esprits.

Un fameux défi.

MG

 

Aucun commentaire: