mercredi 19 juin 2013

Merkel aux 3,6 millions de jeunes chômeurs européens : «Partez !»

Par Patrick Saint-Paul



La chancelière allemande a lancé un appel aux jeunes européens, les enjoignant à quitter leur pays pour rechercher les emplois là où ils sont disponibles au sein de l'Union européenne.


Pour Angela Merkel, qui a vu un système communiste dévoré par la faillite s'effondrer en RDA sous les coups de boutoir de la jeunesse, un fléau menace les fondements mêmes de l'Union européenne: le chômage des jeunes. C'est pourquoi l'UE doit faire émerger un véritable marché du travail commun à ses yeux offrant des perspectives aux jeunes pour qu'ils croient encore à leur avenir sur le continent.

Dans une interview à la BBC, Merkel a jugé que le chômage des jeunes représente une «crise immense», comparant les difficultés de la zone euro avec celle de l'Allemagne de l'Est post-communiste. Lorsque le chômage a explosé en ex-RDA après la chute du Mur, «de nombreux jeunes ont décroché un emploi, seulement parce qu'ils ont déménagé vers le sud» de l'Allemagne. La zone euro compte 3,6 millions de chômeurs de moins de 25 ans, un record historique.

La situation est particulièrement alarmante dans le Sud avec un taux de chômage des jeunes de 62,5 % en Grèce, 56,4 % en Espagne mais aussi de 26,5 % en France. À court de main-d'œuvre en raison de son déclin démographique, l'Allemagne y voit aussi son intérêt. Avec un chômage des jeunes à 7,5 %, elle pourrait s'appuyer sur des programmes d'échanges européens pour attirer les jeunes dont elle a besoin. Cependant, l'eldorado allemand, qui s'appuie sur une flexibilité entraînant une forte précarité de l'emploi, s'avère vite décevant pour les jeunes: en moyenne, ils quittent le pays au bout d'un an.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MERKEL RECRUTE

Le taux redoutablement élevé de chômage des jeunes en Europe est une bombe sociale à retardement.

On a du mal à comprendre que les autorités européennes n'y voient pas une menace pour la cohésion sociale et le vivre ensemble.

Par son cri d'alarme , la chancelière invite les jeunes chômeurs à rejoindre l'Allemagne dont l'économie est florissante mais manque de bras.

C'est aussi un appel clair à plus de flexibilité au sein du vieux continent .


MG

 

Aucun commentaire: