mardi 18 juin 2013

Retour d’un Belge de Syrie: Milquet regrette l’indiscrétion de Reynders


Le Soir (d’après Belga)
La ministre de l’Intérieur a déploré la communication de Didier Reynders concernant le retour d’un jeune Belge parti combattre en Syrie. Selon Joëlle Milquet, le retour des Belges partis en Syrie « doit se passer dans la plus grande discrétion ».

© Belga

Joëlle Milquet s’est dite étonnée de la communication du ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, concernant le retour en Belgique, ce lundi après-midi, d’un mineur d’âge belge parti en Syrie. «  Je gère ce dossier depuis longtemps et ai vu longuement la mère de ce jeune, qui avait demandé à ce que le retour de son fils reste confidentiel  », a affirmé la ministre de l’Intérieur. « Il s’agit de dossiers sensibles, les retours des Belges partis en Syrie doivent se passer dans la plus grande discrétion afin que les familles et les services d’aide puissent faire leur travail correctement », a-t-elle ajouté.

Plus tôt dans la soirée, Didier Reynders avait annoncé le retour d’un mineur d’âge parti combattre en Syrie. Selon le ministre des Affaires étrangères, l’assistance de l’ambassade de Belgique à Ankara et du consulat général à Istanbul s’est avérée essentielle pour obtenir la coopération des autorités turques, que le ministre a tenu à remercier, au même titre que le personnel sur place qui « s’est fortement engagé afin que l’opération se déroule dans les meilleures conditions possibles ».

La ministre Milquet entend éviter toute médiatisation. «  Les familles ont le droit au calme  », a insisté Joëlle Milquet.

 

JEUNES BELGES EN SYRIE: LES PARENTS DEMANDENT AUX AUTORITES D’AGIR RAPIDEMENT

Belga et Le Soir


©AFP

Des parents de jeunes Belges partis en Syrie ont formé un groupe sous l’égide de Dimitri Bontinck, le père de Jejoen. «Combien d’enfants belges devront encore mourir avant que le gouvernement et la dite task-force se décident à agir?  », a demandé M. Bontinck lors d’une conférence de presse. «Nos fils sont considérés comme des criminels alors qu’ils sont les victimes d’organisations radicales.»

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE RETOUR DU FILS PRODIGUE

 

Lc 15,1 Les collecteurs d'impôts et les pécheurs s'approchaient tous de lui pour l'écouter. 2 Et les Pharisiens et les scribes murmuraient; ils disaient: «Cet homme-là fait bon accueil aux pécheurs et mange avec eux»! 3 Alors il leur dit cette parabole: 
4 «Lequel d'entre vous, s'il a cent brebis et qu'il en perde une, ne laisse pas les quatre-vingt dix-neuf autres dans le désert pour aller à la recherche de celle qui est perdue jusqu'à ce qu'il l'ait retrouvée? 5 Et quand il l'a retrouvée, il la charge tout joyeux sur ses épaules, 6 et, de retour à la maison, il réunit ses amis et ses voisins, et leur dit: "Réjouissez-vous avec moi, car je l'ai retrouvée, ma brebis qui était perdue"! 7 (...)
11 Il dit encore: «Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père: "Père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir". Et le père leur partagea son avoir. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout réalisé, partit pour un pays lointain et il y dilapida son bien dans une vie de désordre. 14 Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans l'indigence. 15 Il alla se mettre au service d'un des citoyens de ce pays qui l'envoya dans ses champs garder les porcs. 16 Il aurait bien voulu se remplir le ventre des gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait. 17 Rentrant alors en lui-même, il se dit: "Combien d'ouvriers de mon père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim"! 18 Je vais aller vers mon père et je lui dirai: "Père, j'ai péché contre toi. 19 Je ne mérite plus d'être appelé ton fils. Traite-moi comme un de tes ouvriers". 20 Il alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut pris de pitié: il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. 21 Le fils lui dit: "Père, j'ai péchécontre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils" 22 Mais le père dit à ses serviteurs: "Vite, apportez la plus belle robe, et habillez-le; mettez-lui un anneau au doigt, des sandales aux pieds. 23 Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, 24 car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé". Et ils se mirent à festoyer. 


Gustave Doré


25 Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Appelant un des serviteurs, il lui demanda ce que c'était. 27 Celui-ci lui dit: "C'est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras parce qu'il l'a vu revenir en bonne santé". 28 Alors il se mit en colère et il ne voulait pas entrer. Son père sortit pour l'en prier; 29 mais il répliqua à son père: "Voilà tant d'années que je te sers sans avoir jamais désobéi à tes ordres; et, à moi, tu n'as jamais donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. 30 Mais quand ton fils que voici est arrivé, lui qui a mangé ton avoir avec des filles, tu as tué le veau gras pour lui"! 31 Alors le père lui dit: "Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. 32 Mais il fallait festoyer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé"


Que chacun, croyant ou non, médite ce beau texte qui nous invite tous à la réflexion.

"ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé" 

"Cet homme-là fait bon accueil aux pécheurs et mange avec eux!"

 MG

Aucun commentaire: