mercredi 31 juillet 2013

L'interview gênante d'un spécialiste musulman de Jésus

Le Vif

Source: Lexpress.fr
Une journaliste de Fox News interview un spécialiste de Jésus, musulman, pour la sortie de son livre. Sauf qu'elle semble avoir une idée fixe.

Lauren Green, journaliste sur la chaîne Fox News mène une interview en duplex de l'historien et spécialiste en religions Reza Aslan à l'occasion de la sortie de son livre sur Jésus intitulé Zealot: The Life and Times of Jesus of Nazareth. Mais il se trouve que l'auteur de l'ouvrage est de confession musulmane. Il n'en fallait pas plus à la journaliste pour démarrer son interview là-dessus. 

Lauren Green lui demande d'abord: "Vous êtes musulman, donc pourquoi avez-vous écrit un livre sur le fondateur de la chrétienté?" Reza Aslan réplique: "Bon pour être clair, je suis un universitaire spécialiste des religions, j'ai obtenu quatre diplômes, dont l'un sur le Nouveau Testament et je lis parfaitement le grec biblique. J'ai étudié les origines de la chrétienté pendant deux décennies et oui il se trouve que je suis aussi musulman. Mais je ne suis pas un musulman qui écrit sur Jésus, j'ai fait un doctorat à ce sujet." 

UN ECHANGE QUI N'EN FINIT PLUS

Dès lors, la journaliste lui coupe la parole et attaque: "Vous n'avez pas répondu à ma question, pourquoi êtes-vous intéressé par la chrétienté?" "Parce que c'est mon travail" a répondu l'historien déjà agacé, mais qui conserve son calme. "Je suis professeur de religions, notamment sur le Nouveau Testament. C'est ce que je fais pour vivre. Et honnêtement, je suis passionné par Jésus depuis vingt ans. J'ai étudié sa vie et son travail" s'est-il justifié. 

Se sentant persécuté, l'auteur est même obligé de citer des membres de sa famille pour prouver que sa religion n'a aucune influence sur le contenu du livre: "Simplement pour être clair, ce livre n'est pas une attaque à la chrétienté. Ma mère est chrétienne, ma femme est chrétienne, mon beau-frère est même pasteur". 

Cela n'aura pas suffi à la journaliste qui a réitéré son interrogation, cette fois-ci par le biais d'un internaute qui a critiqué le livre sur le Net. Reza Aslan perd alors patience: "Pour être clair, je veux souligner une fois de plus que je suis historien" a-t-il dit en épelant presque le dernier mot. "Ce n'est pas une opinion musulmane, c'est un travail académique d'Histoire. Je ne vois pas ce que ma foi peut bien avoir affaire avec mes 20 ans d'études universitaires à ce sujet".

Sarah Lecoeuvre


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

UN ARTICLE SUR RIEN

Rien à voir: c'est l'été!  Les médias ont peu de dossiers à se mettre sous la dent hormis les déraillements et les chutes de cars résultant de défaillances humaines.

Il y a cependant une grosse affaire à suivre en ce moment, c'est le coup d'Etat militaire en Egypte et les dizaines de morts qu'il génère. On attend vainement une réaction du Président Obama.

MG

 

 

 

Belgische bruid als beloning voor Syrische jihadstrijder


Kim Herbots −


© reuters. Rebellen van hetVrije Syrische Leger nabij Damascus.


Een 16-jarig meisje uit Vilvoorde is vorige week naar Syrië vertrokken en daar meteen getrouwd. Experts vrezen dat ze het eerste Europese slachtoffer is vanhuwelijksjihadisme, waarbij meisjes geronseld worden om ter plekke met een strijder te huwen.

Het meisje, dat de laatste maanden erg geradicaliseerd was, vertrok vorige week donderdag naar de Turks-Syrische grens. Inmiddels liet de tiener met Marokkaanse roots weten dat ze ginds getrouwd is. Ze zou het eerste Europese slachtoffer zijn van zogenaamd huwelijksjihadisme.

Strijders wordt ter plekke een bruid beloofd, vaak kort voor ze als 'martelaar' sterven tijdens een aanslag. "Tegelijkertijd wordt er op het internet op zoek gegaan naar meisjes die bereid zijn om te huwen met een moslimstrijder",verklaart imam Brahim Laytouss, die aan de UA doctoreert over radicaliserende moslims. "Meisjes met radicale geloofsovertuigingen zien mannelijke leeftijdsgenoten naar het front vertrekken om deel te nemen aan de jihad en vragen zich af wat zij kunnen doen om te helpen. Het antwoord dat ze op internet krijgen is: trouwen."

De voorbije maanden waren er al berichten uit Tunesië en Algerije over meisjes die naar Syrië trokken om 'hun plicht te vervullen'. "Ook in de Syrische vluchtelingenkampen worden bruiden geronseld", zegt Reinoud Leenders,Syrië-expert aan het Londense King's College. "Meestal zijn dat meisjes van een jaar of 16. Zeker in erg radicale, salafistische middens zijn ze niet zelden een beloning voor strijders die binnenkort hun leven geven".

De politie in Vilvoorde is een onderzoek gestart naar het vertrek van het tienermeisje. Haar ouders overwegen naar verluidt om naar Turkije te trekken om haar te gaan zoeken. Dat zal niet simpel zijn, zo meent Laytouss. Het lot van de jihadbruiden is weinig rooskleurig. "Het gaat om puur misbruik", zegt hij. "Ze leven in slechte omstandigheden en zodra ze in de greep zijn van een emir geraken ze er niet meer uit, zelfs al zouden ze dat willen."

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LES NOCES DE SANG


Elle a seize ans, est vilvordoise d'origine marocaine et fut promise en mariage à un jihadiste kamikaze, combattant sur le front de Bagdad. Il s'agirait d'un nouveau trend. Donc, à observer de plus près.

dimanche 28 juillet 2013

België moet worden veroordeeld voor de verwaarlozing van Brussel


Joan Condijts (1975) studeerde journalistiek aan de ULB en Europese betrekkingen aan de Université Robert Schuman in Straatsburg. Vanaf 1998 werkte hij voor onder meer Le Soir en Trends- Tendances. In 2000 trad hij als economieredacteur vast in dienst bij Le Soir. Bij die krant werd hij in 2008 chef van de economieredactie. Samen met Feryel Gadhoum schreef hij GDF Suez, ledossier secret de la fusion (2008). Een jaar later volgde La chute de la maisonFortis (geschreven samen Paul Gérard en Pierre-Henri Thomas). Op 1 september wordt Condijts de nieuwe hoofdredacteur van L'Echo, de Franstalige tegenvoeter van De Tijd.


Edelachtbare, kent u één stad in de wereld waar de simpele suggestie van samenwerking tussen het centrum en de rand binnen het uur door de paus als een mirakel erkend zou worden?

 Edelachtbare, kent u één stad in de wereld waar al bijna een halve eeuw gebouwd wordt aan een metro, die amper twee lijnen telt, drie als je je ogen dichtknijpt (de MIVB moet scheel kijken, want zij ziet er vier), en die in het huidige tempo nog tientallen jaren nodig heeft om een ondergronds netwerk te worden een metropool (we gaan het niet vergelijken met Parijs of Londen maar simpelweg met Madrid of München) van 1,2 bewoners intra muros en meer dan 3 miljoen in de randgemeenten waardig?


RANDGEMEENTEN
De randgemeenten. Laat ons het daar eens over hebben, edelachtbare. Kent u één stad waarvan de kern, zowel ruimtelijk als geestelijk, zo hard is afgescheiden van het economische hinterland? Waar de simpele suggestie van een samenwerking tussen het centrum en de rand binnen het uur door paus Franciscus I als een mirakel erkend zou worden? Waar zelfs de geografische en stedelijke realiteit van de metropolitane zone ontkend wordt.

Edelachtbare, kent u één natie die provinciestations omvormt tot kathedralen ter meerdere eer en glorie van de spoorwegen en die de stations van haar hoofdstad (behalve het Centraal Station) doet meedingen in de categorie van de lelijkste spoorweghaltes van de hele planeet?

Edelachtbare, kent u een muziekconservatorium waar de vaakst gespeelde symfonieën die van de regen zijn die in de emmers klatert die vermijden dat de plek onder water komt te staan vanwege de gaten in het dak?

Edelachtbare, kent u een metropool waar geen enkel stadion uitgerust is om fatsoenlijk sportieve hoogmissen te ontvangen, waar het dertig jaar duurt om een verkeersnetwerk uit te bouwen dat de randgemeenten efficiënt verbindt met het zenuwcentrum, waar... Ik word moe, edelachtbare. Ik stop hier met het beschrijven van de gruwelen. De bewijzen van verwaarlozing 'in flagrantedelicto' zijn overduidelijk.

De procureur zal ongetwijfeld aanvoeren dat deze stad onbestuurbaar is, dat ze slechts een samenraapsel is van negentien baronieën die even slecht overeenkomen als een banket in een Gallisch dorp. Dat is een bedrieglijk argument. Een rookgordijn - ook al is het mijn overtuiging dat een fusie van de gemeenten alleen maar voordelen oplevert...

De procureur zal aanvoeren dat ze net extra financiële middelen heeft gekregen.Klopt, maar net genoeg om niet te creperen! Niet meer.

COLLECTIEVE VERBLINDING
Het probleem ligt elders. In de collectieve verblinding, de communautaire egelstelling die wordt gevoed door schaamteloze mooipraters, de angst dat de aalmoes die betaald werd ook anderen te goede zal komen. Want als we eerlijk zijn is deze stad een geweldige economische motor: Brussel vertegenwoordigteen vijfde van het bruto binnenlands product van het koninkrijk en zelfs een derde als je de hele metropolitane zone beschouwt, ze is de permanente politieke hoofdstad van Europa, ze is een venster op de wereld...

Kortom, edelachtbare, veroordeel dat België, hoe verdeeld het ook is, tot de plicht in Brussel te investeren. Al was het maar voor het land zelf. Een degelijke metro gekoppeld aan een modern regionaal expresnetwerk, musea die meer mensen aantrekken dan afstoten, een Zuidstation dat geen belediging is voor de zonnige beelden die zijn naam oproepen, enzovoort.

Tegen de verbitterden, tegen de 'verdraaiers' van de realiteit, tegen de fanatici van het simplisme, tegen de belovers van betere tijden die nooit zullen komen...'Kom eens kijken en zeg ons dat we ongelijk hebben!'


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

BRUXELLES DEGRAISSEE


Dans ce procès  fictif à charge de la Belgique et à décharge de Bruxelles, Joan Condijts s'adresse au juge (edelachtbare, votre honneur) et il accuse.

Il pointe l'index contre l'Etat et les Communautés et Régions flamande et wallonne, leur reprochant de sous-financer Bruxelles qui, avec sa communauté urbaine de trois millions d'habitants, est un des moteurs économiques majeurs du pays. A lire sans modération!  On aimerait entendre ce genre de plaidoyer dans la bouche de politiciens bruxellois mais à l'évidence personne n'ose  mouiller son maillot. Pourtant en ce mois de juillet caniculaire il serait bon qu'ils se jettent à l'eau! Ce serait tellement rafraîchissant.

MG

 

 

 

 

samedi 27 juillet 2013

Foi et politique: Rudy Demotte : « Je suis a-dogmatique »


Le Vif

Laurence Van Ruymbeke

Nos élus ont-ils la foi ? Une foi ? S’appuient-ils sur d’autres convictions philosophiques pour traverser leur vie, y compris politique ? Sont-ils plutôt agnostiques ? 15 d’entre eux ont choisi d’en parler. Dont Rudy Demotte (PS), ministre-président francophone et wallon.



Rudy Demotte, lors d'un voyage officiel au Vietnam en avril 2013 © Image Globe


« D’abord, je suis a-dogmatique, pour ne pas dire anti-dogmatique. Je suis furieusement enragé contre tous les dogmatismes. Car toute décision politique posée sur un dogme engendre la violence et je suis contre la violence. Pour moi, il doit y avoir une distinction claire entre la gestion des affaires publiques et les éléments convictionnels, religieux ou philosophiques au sens dogmatique du terme. Je suis libre-exaministe. L'ULB a forgé ma manière de voir les choses, en m’incitant à soumettre toute information au prisme de la critique et en m’y soumettant moi-même. Toujours à la façon de Socrate : ’’ En agissant comme cela, penses-tu que ... ?’’

Je ne suis pas croyant, mais spiritualiste. C’est-à-dire que je n’exclus pas la transcendance, sans avoir la foi. Mes amis rationalistes diront qu’on ne peut pas scientifiquement prouver la transcendance. Je n’en ai pas moins un doute profond sur certaines choses qui restent inexplorées. Le vide créateur, par exemple. Ce thème m’inspire beaucoup. Qui est à l’origine de la création à partir du vide ? La force de l’univers est peut-être conduite par quelque chose qui nous dépasse et que j’appelle transcendance. Je suis en recherche continue sur ce qui part du vide créateur. Enfant déjà, je me couchais dans l’herbe pour regarder les étoiles et je pensais à cette question métaphysique. Et à l’extrême modestie de ce que je suis. Tout cela fait de moi un agnostique militant, et non un agnostique par défaut.

Cela m’aide-t-il ou me trouble-t-il ? Cela m’aide plutôt, pour critiquer ceux qui ont des convictions absolues ou ceux qui n’en ont absolument aucune. Il y en a, en politique, qui ont toujours raison, dans tous les partis. Ils sont capables de dire tout et son contraire et d’assurer qu’ils sont néanmoins toujours dans le juste. En politique, on aime les discours assertifs. Or le plus grand danger est d’attendre des vérités absolues.

Dans le milieu politique, un certain nombre ont cette sensibilité à l’a-dogmatisme, même s’ils sont croyants. J’en connais parce que je suis assez proche du MOC (Mouvement ouvrier chrétien). Ce débat a lieu dans le milieu politique, mais dans l’intimité, et plus publiquement. 

UN MEDAILLON DE LA VIERGE

Mon premier vide a été le vide parental. J’ai perdu mon père quand j’avais 5 ans. C’est là la source de mes doutes et de mes interrogations. Suis-je, du fait de cette absence de père, différent des autres ? Que dois-je faire pour ne pas trop pâtir de cette absence ? Ce vide a été un moteur pour moi. J’ai eu envie de réussir ma vie comme il l’aurait souhaité s’il avait été vivant.

Je suis né entre Flandre et Wallonie, entre une famille maternelle néerlandophone de droite et croyante - mais avec des nuances - et une famille paternelle francophone laïque et de gauche. Là encore, tout n’était pas uniforme : mon arrière-grand-mère paternelle, qui nous a élevés, ma sœur et moi, comme elle avait élevé mon père, était très croyante, sans être pratiquante. Dans les moments difficiles, elle priait pour moi. Elle m’a donné un médaillon de la vierge.

De l’autre côté, ma grand-mère maternelle, croyante, m’emmenait aux vêpres. Mais elle y allait pour retrouver ses copines et jouer aux cartes avec elles, la cérémonie terminée. Je n’ai jamais vu cette grand-mère prier. Son mari était un ouvrier, mineur, laïque, limite anarchiste.

Je suis le produit de ces familles et de leurs contradictions. De tout ce passé, j’ai gardé des éléments religieux symboliques, comme une icône orthodoxe que j’ai chez moi et qui représente la mère portant l’enfant. Cette image me touche beaucoup. Ma femme s’appelle Marie...

L’OR DE L’EGLISE ROMAINE

Je suis très tolérant par rapport à tous ceux qui croient. J’ai en moi des emprunts de toutes les cultures religieuses, la méditation bouddhiste, par exemple, même si j’ai du mal à me l’appliquer à moi-même. Je suis aussi touché par l’humanisme chrétien. Mais je préfère l’ascétisme de certains protestants à la débauche d’or de l’église catholique romaine. Cela dit, il y a dans ce 21e siècle une place pour ceux qui ne s’inclinent pas devant le matérialisme, pour une forme de spiritualisme.

En politique, le débat religieux et philosophique reste présent dès lors qu’il est question par exemple d’orientation scolaire, d’hôpitaux, de mode d’organisation sociale... On ressent clairement les camps. Les laïques sont pour la suppression totale des cours de religion à l’école, les catholiques y sont viscéralement attachés. Et, dans les deux camps, il en est qui cherchent à corrompre la vision de ceux d’en face, avec un espoir de prosélytisme... Je pense que la religion est la mise en culture de l’être humain mais qu’elle porte en elle les germes de l’obscurantisme si on se limite à elle. Le dogme est pesant. En Belgique, on n’en est pas encore à l’Etat laïque. Voyez les crucifix qui ornent encore certains tribunaux. Les lieux publics doivent être neutres. Quant aux francs-maçons, je ne connais pas ces sociétés secrètes, que je laisse à qui ça excite. »

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

UN VRAI BELGE

Comme Yves Leterme, (cet autre zinneke), Rudy Demotte est un vrai Belge, un halvenhalf comme on dirait à Bruxelles.

Cela fait chaud au coeur de voir que ces métisses culturels sont, du moins Demotte, d'une parfaite lucidité sur eux-mêmes et leur destin culturel.

Il faut être biculturels comme eux- c'est notre cas- pour comprendre toute la complexité et la richesse de la belgitude que nous avons chevillée au corps: Flamand en Wallonie, Wallon en Flandre et Bruxellois partout en Europe et singulièrement dans sa capitale.

Les immigrés pourraient être cela également, mais beaucoup refusent la bi voire la multiculturalité. C'est selon nous leur plus grand tort. Quant aux Belges monoculturels et fiers de l'être ils ne savent pas ce qu'ils perdent à être aussi obtus.

MG

 

 

Tunisie: c’est la démocratie qu’on veut tuer

Le Soir

Baudouin Loos



Dans le monde arabe, les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent. L’Egypte se déchire dans une sanglante querelle de légitimité, la Libye s’enfonce dans les tourments de l’instabilité, la Syrie ressemble à une hideuse plaie ouverte sanguinolente. En Tunisie, malgré de pénibles soubresauts, des espoirs étaient permis. Mais ce jeudi, jour anniversaire de la fondation de la République, un assassinat politique, le second depuis février dernier, est venu assombrir l’horizon.

La cible, le député de l’Assemblée constituante Mohamed Brahmi, appartenait, comme la victime du 6 février Chokri Belaïd, à la mouvance de la gauche radicale anti-islamiste. De nombreux Tunisiens sont d’ailleurs spontanément descendus dans la rue après le drame d’hier pour clamer leur indignation et pointer du doigt le parti islamiste au pouvoir, Ennahda, désignant son chef,Rached Ghannouchi à la vindicte populaire.

Nul ne sait pourtant encore qui a commandité et perpétré ce que le président Moncef Marzouki a qualifié de« crime horrible ». D’aucuns reprochent à certains caciques d’Ennahda d’avoir insufflé une atmosphère de haine par leurs discours intolérants. Mais bien d’autres suspects rôdent au pays. Qu’ils proviennent de cette mouvance salafiste violente qui se nourrit du fanatisme ou bien des rangs des nostalgiques de l’ancien régime dictatorial à l’affût d’un chaos qui ferait regretter l’époque liberticide et corrompue…

L’impunité constituerait en tout cas la plus grave erreur dans ce contexte troublé. les commanditaires du meurtre de Chokri Belaïd auraient été identifiés, a annoncé le ministère de l’Intérieur, mais il s’est abstenu de les nommer !

Voyons toutefois plus loin et faisons nôtre l’évaluation de Vincent Geisser, chercheur français grand connaisseur de la Tunisie : « Cet assassinat politique n’a qu’un seul but : stopper le processus de transition politique, mettre hors-jeu l’Assemblée nationale constituante et le gouvernement, casser le processus électoral en cours et poser les bases d’une reprise en main autoritaire du pays sur le ‘‘modèle algérien» ou, disons plutôt sur le ‘‘scénario égyptien», s’appuyant sur des manifestations populaires (bien réelles) pour légitimer la normalisation sécuritaire. Cet assassinat profite à ceux qui, partisans d’un régime autoritaire à barbes (style Arabie Saoudite et Koweït) ou sans barbes (style Egypte, Algérie…) pensent que la ‘‘petite Tunisie’‘ n’a qu’un seul tort : avoir montré la voie de la démocratie au monde arabe ».

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PRINTEMPS OU CAUCHEMAR ARABE?

Moins de deux années séparent l'aube du déclin démocratique arabe. L'avenir n'est pas à prédire, il reste à faire, à construire, à inventer. Tout se passe comme si les peuples libérés des dictatures militaires entendaient se lier à la dictature religieuseC'est difficile à comprendre pour ne pas dire parfaitement insupportable pour un esprit nourri au sérail des valeurs pluralistes. Comme est insupportable l'idée que des Européens aient pu rejoindre autrefois le camp d'Hitler ou de Mussolini, et qu'aujourd'hui leurs descendants exaspérés par l'impuissance et l'incompétence de leurs dirigeants soient tentés par des maîtres d'illusion nommés Marine, Bart ou Wim Wenders -il y en a beaucoup d'autres. Mais consolons-nous, la Libre nous rassure: notre nouveau souverain sera un "roi philosophe".

MG

 

 

jeudi 25 juillet 2013

Kris Peeters, homme-clé pour l'avenir belge

Olivier Mouton (Le Vif)


Le ministre-président flamand sera la figure de proue du CD&V pour les élections de 2014. Son objectif ? Attaquer la N-VA pour partir à la reconquête de son électorat. Sans exclure de former ensuite une coalition avec les nationalistes. Ce politicien entrepreneur est un homme-clé pour l’avenir belge.


Kris Peeters, ministre-président du gouvernement flamand (CD&V) © IMAGEGLOBE


Il sera l’arme de choc du CD&V pour empêcher la marée N-VA annoncée le 25 mai 2014. Figure de proue des démocrates-chrétiens du nord pour la « mère de toutes les élections », ministre-président du gouvernement flamand, Kris Peeters s’est démultiplié sur tous les fronts tout au long du mois de juillet pour tenter d’occuper le devant de la scène d’une actualité belge riche en événements historiques. Entre loyauté fédérale et affirmations communautaires.

C’est que Kris Peeters veut donner l’image d’un leader à la poigne de fer et à la vision dynamique, un capitaine d’entreprise pour la Flandre. Pas encore un chef de campagne électorale face à Bart De Wever. « Kris Peeters dit lui-même qu’il ne veut pas partir en campagne trop tôt, souligne Nicolas Bouteca, politologue à l’université de Gand. Il veut se profiler comme un bon gestionnaire, pas comme le concurrent direct de Bart De Wever. Il sait qu’il est moins brillant en rhétorique que le patron de la N-VA. A vrai dire, il préférerait même… ne pas devoir mener de campagne si cela était possible. Et jouer le rôle de ministre-président jusqu’au bout. »

« Kris Peeters est la seule option sur laquelle le CD&V peut s’appuyer pour mener sa campagne, prolonge Dave Sinardet, politologue à la VUB. C’est le seul chef de gouvernement dont le parti dispose, le seul à avoir la carrure nécessaire. Il va jouer sur une image positive, responsable, face aux critiques incessantes des nationalistes. Sa position sera semblable à celles de Jean-Luc Dehaene en 1995 ou de Guy Verhofstadt en 2003 quand ils ont capitalisé sur leur rôle de chef de gouvernement. » Avec succès, alors.

« Le CD&V a en outre le problème d’un parti du centre, il n’y a pas un seul domaine où il est vraiment incontestable, pas un seul dossier au sujet duquel il peut tirer la couverture à lui, précise Nicolas Bouteca. C’est pourquoi il mise sur cette qualité de bon gestionnaire. Le paradoxe, c’est qu’il pourrait capitaliser sur le fait d’avoir engrangé la sixième réforme de l’Etat mais cela servirait les intérêts de la N-VA. La priorité sera socio-économique. Le paradoxe est d’autant plus grand que… la Flandre n’est pas aussi bien gérée que cela. Le principal résultat de cette législature, c’est avant tout un équilibre budgétaire dans des circonstances difficiles, c’est vrai. Mais le bilan global n’est pas impressionnant, beaucoup de promesses n’ont pas été réalisées. »

En donnant les coudées franches à Kris Peeters, le CD&V espère reconquérir une part de son ancien électorat et redépasser la barre des 20 % de voix en Flandre. « Les enquêtes réalisées à l’issue des dernières élections montrent que l’électorat du CD&V est devenu majoritairement de centre-gauche, explique le politologue Nicolas Bouteca. La plupart des électeurs de centre-droit sont partis vers la N-VA. C’est dire l’enjeu ! »

« Si la N-VA devient le plus grand parti de Flandre et réclame la ministre-présidence, Kris Peeters a déjà annoncé qu’il ne pourrait pas fonctionner comme ministre dans ce gouvernement, poursuit le politologue. Il pourrait alors briguer le poste de Premier ministre fédéral. Mais ce scénario là non plus, n’est pas forcément évident : si le CD&V n’est pas le plus grand parti flamand, le risque est grand que le PS soit plus important. En termes de rapport de forces, le scénario ne serait pas intéressant pour Kris Peeters. »

« Pendant tout un temps, on a évoqué un accord secret entre le CD&V et la N-VA, rappelle Nicolas Bouteca. A De Wever le maïorat d’Anvers, à Peeters, la ministre-présidence flamande, tous deux à la tête d’une coalition de droite N-VA/CD&V/Open VLD. »

Dans la compétition post-électorale, au soir du 25 mai 2014, l’enjeu numéro un sera bien le score des nationalistes flamands. Il s’agira aussi de savoir quel gouvernement sera constitué en premier lieu : le fédéral ou le régional ? Dans les deux cas, Kris Peeters sera un des pions majeurs sur l’échiquier. Un informateur royal en puissance, un faiseur de coalitions.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

COME BACK DES CHRETIENS DEMOCRATES FLAMANDS?

Il est trop tôt pour le dire, mais c'est peu probable. Brillante analyse de Olivier Mouton au demeurant.

Nous allons vivre une année dramatique avec un PS qui vire à gauche, une N-VA ancrée à droite et un CD&V girouette. "Ce n'est pas que je sois une girouette, c'est que le vent tourne" aimait dire Edgar Faure.

Les chrétiens démocrates flamands ont perdu leur aile droite et comme un avion en détresse volent avec deux moteurs sur quatre en tentant d'éviter un atterrissage sur le ventre. S'il ne manque pas de charisme, le beau Kris ne fait pas le poids, devant un Bart De Wever même amaigri par son régime mais surtout par sa difficulté à bien gérer Anvers. En somme, tout est dit: tout indique d'ores et déjà que Peeters sera d'office désigné comme formateur royal avec le ventriloque royal van Daele, lui aussi CD&V.

Il ira au charbon soit avec le PS wallon et la gauche flamande, soit avec DeWever et la droite wallonne selon la manière dont l'électeur distribuera les cartes. S'il devait échouer dans sa mission d'exploration, Philippe le hardi (ik ben een taaie) n'aura d'autre choix que de désigner le roi Bart comme formateur supérieur. Crise de régime en perspective!

Bon sang que ce pays est compliqué!

MG

 

 

Rafike Yilmaz, la vraie surprise du Palais


Le Vif

Rafike Yilmaz, 32 ans, est peut-être la seule incarnation du renouveau au sein de l’entourage du roi Philippe.


Rafike Yilmaz © D.R.

La désormais directrice-adjointe du service communication du Palais est anversoise d’origine turque. Elle était jusqu’ici conseillère pour MonicaDeconinck (ministre socialiste flamande de l’Emploi), membre du Conseil de district anversois et ex-conseillère en diversité au CPAS d’Anvers. Assistante sociale de formation (à Gand), elle a ensuite étudié les sciences de l’éthique à la VUB.

Sa spécialité, c’est donc la diversité, ses droits, ses richesses et les défis qu’elle impose à tous. Avec la Belgo-algérienne, chef de cabinet flamande d’Elio DiRupo, elle aussi SP.A, elle aussi Anversoise et elle aussi aux antipodes de la N-VA (elle est cheffe de file de l’opposition à Anvers), elle constitue une sorte d’arme anti-Bart De Wever. Une audace, donc. A défaut d’une trouvaille géniale pour rallier la Flandre à la Couronne. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

FRAMBOISE SUR LE GATEAU

La framboise sur la gâteau n'est point frivole mais flamande, jeune, ravissante, socialiste et d'origine turque. Belle audace qui fait déjà froncer  les sourcils du forum de la Libre. C'est bon signe voyez plutôt:
"Sire, ce renouveau là n'est pas une bonne idée du tout : vous retombez de quelques étages dans mon estime"

"Ouf … j’ai des doutes sur l’opportunité de ce choix. Il fallait l’oser mais ce n’est effectivement pas génial pour rallier le nord du pays à la Couronne."

Mais il y a des exceptions: "Je crois que notre nouveau roi va nous étonner de plus en plus ! Idée géniale de sa part ! Bravo Sire ! Vive le Roi !"

Ce journal m'étonnera toujours.

L'idée viendrait de vaDaele que cela ne me surprendrait pas.

On se souviendra que Di Rupo a fait pareil avec sa chef de cabinet adjointe Yasmine Kherbache: flamande, anversoise, maghrébine, socialiste, jeune et jolie.

"Mettez un tigre dans votre moteur" disait la pub de Esso ou était-ce Shell?

Un clin d'oeil à la communauté allochtone de toute évidence.

Pourvu que la jeunette s'impose dans cet entourage de courtisans males  bien rôdés.

MG

 

 

 

 

 

mercredi 24 juillet 2013

La traque aux derniers nazis relancée en Allemagne


Le Monde.fr avec AFP 

 



"Tard, mais pas trop tard". C'est par ce slogan qui s'affiche à partir de mardi 23 juillet dans les grandes villes allemandes que le Centre Simon-Wiesenthal relance une ultime campagne pour traquer les derniers criminels nazis, soixante-huit ans après la fin de la seconde guerre mondiale. Les affiches montrent une photo en noir et blanc de l'entrée du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, sous le titre "Opération dernière chance".

"Des millions d'innocents ont été assassinés par des criminels nazis. Quelques-uns des auteurs [de ces crimes] sont libres et en vie ! Aidez-nous à les fairecomparaître devant la justice", peut-on y lire. Suit un numéro de téléphone. Une récompense allant jusqu'à 25 000 euros est promise pour toute information d'importance par l'ONG, qui établit notamment chaque année une liste des anciens bourreaux du Troisième Reich les plus recherchés.

"Nous n'avons plus beaucoup de temps. Deux ou trois ans au maximum", explique l'historien Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon-Wiesenthalen Israëlet l'un des "chasseurs de nazis" les plus connus dans le monde. L'opération vise à découvrir de nouvelles affaires dont les autorités n'ont jusqu'ici pas eu connaissance, selon le Centre. "Nous espérons recevoir des indices sur des gens qui ont travaillé dans des camps de la mort ou servi dans des Einsatzgruppen", poursuit M. Zuroff, joint en Israël. Selon lui, une soixantaine de personnes pourraient être poursuivies, alors que les crimes nazis sont imprescriptibles enAllemagne. "Il y a eu environ 6 000 personnes qui ont travaillé dans les camps ou les Einsatzgruppen", détaille l'historien. "On estime que 2 % d'entre elles sont encore en vie, soit 120 personnes, et la moitié ne peuvent pas être poursuivies, pour des raisons médicales, cela fait donc 60 restant."

Deux cas, en Hongrie et en Allemagne, ont récemment montré que la quête de justice ne connaissait pas de répit. A la mi-juin, le parquet de Budapest a mis en accusation Laszlo Csatari, 98 ans, pour son rôle présumé dans la déportation de 12 000 juifs vers les camps de la mort. Le vieillard, qui nie les accusations, avait été arrêté il y a un an après que la justice hongroise eut été alertée par M. Zuroff. Son procès devrait commencer à la mi-septembre.

 

"LE TEMPS NE DIMINUE PAS LA CULPABILITÉ"

En Allemagne fut interpellé au début de mai Hans Lipschis, 93 ans, soupçonné de complicité de meurtres dans le camp d'Auschwitz où il aurait été gardien. Le nonagénaire affirme qu'il y était cuisinier. Son arrestation a réveillé un débat en Allemagne sur le sens d'une justice aussi tardive. Certains ont évoqué leur malaise de voir poursuivis des vieillards quasi grabataires.

L'ancien gardien du camp de Sobibor John Demjanjuk, condamné en 2011 à cinq ans de prison et mort un an plus tard, avait ainsi comparu en chaise roulante ou sur un brancard – une mise en scène selon certains. Son verdict a créé une jurisprudence sur laquelle compte le Centre Simon-Wiesenthal : en tant que garde à Sobibor il fut jugé coresponsable des meurtres qui y furent perpétrés, malgré l'absence de preuve et de témoin.

Un "principe soviétique, et non démocratique", qui laisse une "amertume" dans la bouche d'un autre célèbre chasseur de nazis, l'avocat français Serge Klarsfeld."La justice allemande est aussi docile que dans les années 1950-1960", analyse-t-il. "A une époque où on pouvait juger les criminels, l'Allemagne n'a pas fait son travail. Aujourd'hui, on veut les juger, mais il n'y en a plus." Me Klarsfeld souligne que les éventuels nazis encore en liberté étaient très jeunes durant la guerre, et occupaient donc des fonctions subalternes, pour lesquelles il ne reste pas de trace.

Mais pour M. Zuroff, "le temps ne diminue pas la culpabilité de ces tueurs". "En trente-trois ans de chasse aux nazis, je n'ai jamais vu un nazi dire qu'il était désolé", a-t-il ajouté. "Ne voyez pas dans ces gens de vieux hommes fragiles, mais pensez qu'à l'apogée de leur force physique ils ont déployé toute leur énergie à tuer des hommes et des femmes innocents", poursuit-il. Depuis le procès des principaux responsables du Troisième Reich à Nuremberg (1945-1946), 106 000 soldats allemands ou nazis ont été accusés de crimes de guerre. Quelque 13 000 ont été jugés, et la moitié d'entre eux condamnés, selon l'Office allemand chargé d'élucider les crimes nazis, sis à Ludwigsbourg. Quelque 6 millions de juifs ont été exterminés par les nazis.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

TROP PEU BEAUCOUP TROP TARD

La société allemande est profondément traumatisée par les crimes commis par des pères et des grands-pères qui se sont tus pendant des décennies, laissant planer sur leurs enfants et petits-enfants une formidable chape de culpabilité délétère. Rien n'est plus pesant, plus traumatisant que ces non-dits lourds de sous-entendus et de suspicions jamais exprimées, toujours réprimées. Le peuple allemand aurait besoin d'une psychanalyse collective pour exorciser les démons qui continuent à la hanter.  Plus on attend, plus ce sera difficile. L'Allemagne n'a jamais vraiment fait le deuil du nazisme, ni la république démocratique du communisme. Les Allemands se sont réfugiés dans une frénésie d'activités commerciales qui a culminé avec le miracle économique allemand et le grand épisode de la réunification. La dénazification ne fut qu'un rituel vide et superficiel avec la grande mise en scène du procès de Nuremberg visant la condamnation des plus gros poissons, tout en épargnant le peuple allemand jugé non coupable quand sans doute il l'était largement. Mais les Américains crurent bon de fouetter d'autres chats dans le dessein de relancer l'économie allemande pour éviter un remake de l'après-traité de Versailles. Ce n'était sans doute pas déraisonnable mais cela évita d'éradiquer le mal qui percola et continue de percoler dans la société allemande toute entière. Et sans doute également dans la société flamande aujourd'hui encore.

Poursuivre aujourd'hui les derniers coupables, c'est assurément trop peu et beaucoup trop tard mais c'est sans doute indispensable, ne fût-ce que symboliquement.

MG

 

 

 

 

Brigitte Grouwels: "Bruxelles respirera mieux avec moins de voitures"


Simon Mewissen (St.)

Nouveau plan de stationnement à Bruxelles, tramification du 71, vélos autorisés à passer au rouge : la ministre bruxelloise des Travaux Publics et des Transports a répondu à vos questions. « Nous ne stigmatisons pas les automobilistes », prévient-elle d’emblée. Le résumé du chat

 Photo Pierre-Yves Thienpont

IL EST SOUVENT QUESTION DE L’AGENCE DU STATIONNEMENT. QUAND EST-IL CONCRETEMENT ? OU PUIS-JE LA TROUVER ? (SFH7)

BRIGITTE GROUWELS : « L’Agence du Stationnement est en train de se mettre en place. D’ailleurs, elle a sûrement déjà conseillé des communes pour leur politique de stationnement. Pour le moment elle peut être contactée à travers le portail web de Bruxelles-Mobilité. »

QU’EN EST-IL DES PIETONS ? TOUT SEMBLE FAIT POUR LES VOITURES, LES TRAMS ET LES VELOS MAIS LES PIETONS SONT EGALEMENT DES USAGERS FAIBLES. (SUPERPITCHER)

Brigitte Grouwels : « Les piétons sont des usagers actifs. Le gouvernement est en train de développer le « plan piéton » qui limitera les places de parking en voirie au profit de places de parking hors voirie, cela permettra de libérer de l’espace public à l’avantage des piétons. »

NE SERAIT-IL PAS PLUS JUDICIEUX ET ECONOMIQUE DE SYNCHRONISER LES FEUX SUR LES GRANDES ARTERES DE MANIERE A LES TROUVER TOUS AU VERT SI VOUS RESPECTEZ LA LIMITATION DE VITESSE ? (DANY BOY)

Brigitte Grouwels : « Vous avez raison et nous y travaillons d’une manière de plus en plus intense. La région disposera bientôt d’une centrale qui permet de gérer les feux sur les grands axes à distance : ceci permettra de fluidifier davantage le trafic. »

QUELLES SONT LES DISPOSITIONS CONCRETES D’« AUTORISATION A PASSER AU ROUGE » POUR LES VELOS ? CETTE AUTORISATION EST-ELLE VALABLE POUR TOUS LES CROISEMENTS OU EST-IL QUESTION D’INSTALLER UNE SIGNALISATION SPECIFIQUE ? (BENJI)

Brigitte Grouwels : « Un cycliste n’est autorisé à passer au rouge que quand il y a un panneau spécifique, indiquant de tourner à droite ou d’aller tout droit. Les croisements sont sélectionnés sur base d’une analyse de sécurité pour tous les usagers de la route. Nous étudions en ce moment 255 croisements sur des voiries régionales, sûrement plus de 70 pourront être aménagés de la sorte. »

LE GOUVERNEMENT BRUXELLOIS A DONNE SON ACCORD SUR LA TRAMIFICATION DE LA LIGNE 71, CELA SIGNIFIE-T-IL QUE LES PERMIS D’URBANISME ONT DEJA ETE OCTROYES ? EST-CE QUE LA COMMUNE NE POURRA PLUS S’Y OPPOSER ? (FRANCOIS DU MORTIER)

Brigitte Grouwels : « Non le permis n’est pas encore octroyé. La STIB et l’administration élaborent en ce moment le dossier. Le début des travaux est prévu pour 2015. Le dialogue avec la commune sera sûrement poursuivi. Ce tram est essentiel pour la Région mais surtout pour les commerçants et les habitants d’Ixelles. Nous recevons beaucoup de soutien pour ce projet, surtout venant des Ixelloisc’est clair que le chantier doit être très bien organisé, afin de limiter la durée des travaux. »

POURQUOI SOUHAITE-T-ON « TRAMIFIER » ET PAS SIMPLEMENT AJOUTER DES BUS ? CELA COUTERAIT MOINS CHER ET PERMETTRAIT UNE PLUS GRANDE FLEXIBILITE. (YVAN)

Brigitte Grouwels : « Même avec un bus toutes les 5 minutes, la capacité ne serait pas suffisante, la STIB utilise déjà ses bus les plus grands. Un tram peut transporter plus de personnes de manière confortable. Certains rêvent d’un métro, si cela était décidé un jour (un projet très coûteux), il sera réalisé seulement dans 20 ou 30 ans, ce qui ne répond pas à aux besoins actuels. »

POURQUOI NE PAS AMENAGER UNE ZONE 30 GLOBALE DANS LES 19 COMMUNES DE BRUXELLES. ET FAIRE DES ZONES 50 UNE EXCEPTION ? (MAX)

Brigitte Grouwels : « Nous allons pas à pas vers ce type de solution. Dans certaines communes, des quartiers résidentiels sont déjà intégralement en zone 30. Il est vrai que ces quartiers deviennent beaucoup plus agréables à vivre, avec plus de piétons, de cyclistes et un sentiment de sécurité routière accrue. »

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

BRIGITTE SE FAIT MOUSSER


Brigitte Grouwels se fait mousser. Ce qu'elle propose n'est certes pas déraisonnable mis elle pourrait tellement mieux faire. En effet, en tant que mandataire flamande de signature CD&V elle pourrait, elle devrait, selon nous, prendre l'initiative de contacts et de négociations avec les communes de la communauté urbaine bruxelloises situées en Flandre, en matière de mobilité. Or apparemment elle n'en fait rien. Pourquoi?

Oui, franchement pourquoi ne le fait-elle pas?

MG

 

 

Le Pentagone, en 33 (divins) tours


GUY BERNARD 




BRUXELLES Qui, mieux que Roel Jacobs, eut pu décortiquer si scrupuleusement le Pentagone? Une bible de 400 pages fouillées...

LaDernère Heure.

Cent fois, l’on vous a servi du Roel Jacobs. Et pour cause ! Conteur insatiable de sa cité chérie, le sympathique historien barbu avait, en son temps, nourri nos colonnes de son regard amoureux mais joyeusement critique sur son sujet phare. Bonheur supérieur ! L’extraordinaire vulgarisateur partage son enthousiasme et trois décennies de guidages en un opus, à peine sorti mais déjà référence sans concurrence...

Chaque entame de juillet, l’homme déboule à l’Ommegang, qu’il connaît mieux que sa poche; en travaille le récit auquel l’une ou l’autre vedette prêtera son timbre. Parce que l’été, décidément, lui sourit, à notre infatigable baroudeur du cœur du pays. Ses 400 pages sorties en juin compilent 33 visites ludico-instructives de ce Pentagone. Trente-trois visites, auréolées de clins d’œil, de franc-parler, d’humour. Et d’une foultitudes de documents.

C’était couru d’avance, avec semblable perfectionniste. Bien qu’ayant longtemps hésité à emboîter le pas d’illustres prédécesseurs ("Le défi n’était pas mince", confesse-t-il en préambule), l’auteur n’a pas plus lésiné sur son job propre, que sur les tableaux (l’habitat social, un parcours BD, les Saint-Michel catholiques et moins catholiques, des lauréats de concours de façades, etc.), les chronologies (construction de Saint-Gudule, Notre Dame ou la Petite Boucherie de la place de Bavière), les croquis ou, cela va sans écrire, les illustrations.

Scientifiquement rigoureux quoique décalé de par la nature même du récitant, l’ouvrage brasse délibérément large. Entraîne ses lecteurs à travers époques et sites - Roel Jacobs illustre tant la haute école Francisco Ferrer, que le portail Saint-Roch de la rue Rempart des moines ou la sublime galerie Bortier.

Un fourre-tout que Bruxelles-Pentagone ? On en est à mille lieues. Parce qu’au final, sa frénésie, le bonhomme la réprimande, la structure même. Mais en offrant à ses pages, comme à ceux qui les prendront en pleine poitrine, l’exact relief de la vie, d’hier et d’aujourd’hui, d’une petite superficie, inversement proportionnelle à ce que Roel Jacobs en extrait.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

A DECOUVRIR