mercredi 10 juillet 2013

Comment l'Homme est-il apparu sur Terre?

J

JESSICA FLAMENT (ST.) La Libre Belgique



 POUR LES ADEPTES DE LA PANSPERMIE, L'ORIGINE DE L'HOMME EST EXTRATERRESTRE.

L'Homme s'est souvent interrogé sur son origine. Cette question existentielle a d'ailleurs obsédé divers philosophes et autres penseurs au cours des siècles. Mais la science a elle aussi tenté d'apporter sa réponse au détour de plusieurs théories parfois contradictoires. En tous les cas, il faut remonter le temps de 3,8 ou 3,5 milliards d'années, à l'époque où les premières traces de vie ont été supposées par les scientifiques.

LES ELEMENTS CHIMIQUES FONDATEURS

L'exobiologie étudie toutes les conditions qui ont permis l'apparition de la vie (entendue ici et tout au long de l'article comme l'ancêtre de l'Homme) sur notre planète. Pour résoudre cette question, les scientifiques analysent la cellule, l'unité de base de la vie, et tentent de dégager des critères communs. Il en résulte que chaque cellule est formée de protéines, de lipides, d'ADN, de cytoplasme contenant des ribosomes chargés de synthétiser les protéines et de polysaccharides appelés également glucides complexes.

Purificacion Lopez-Garcia, membre de la société française d'exobiologie, écrit dans un article : « Si on descend à la composition élémentaire des macromolécules cellulaires, toutes sont majoritairement formées de carbone, d'hydrogène, d'oxygène, d'azote, de phosphore et de soufre. Mis à part l’hydrogène, il s’agit d’éléments très abondants et facilement disponibles dans un grand nombre de planètes ». Pour René Dejaiffe, astronome à l'Observatoire royal de Belgique, ces éléments pourraient être réduits au nombre de quatre. « Pour que l'Homme se développe, il a fallu 4 atomes : le carbone, l'oxygène, l'hydrogène et l'azote. Mais rien n'empêche qu'hypothétiquement d'autres formes de vie puissent se développer ailleurs dans l'Univers avec d'autres atomes fondateurs. Tout dépend de ce que l'on entend par 'êtres vivants' ».

La théorie la plus généralement admise est que, sur Terre, il y avait une sorte de « soupe primitive » composée de diverses molécules parmi lesquelles celles citées ci-dessus. Ces molécules se seraient assemblées par hasard pour former d'abord des êtres relativement simples et, ensuite, des êtres plus complexes : les bactéries. Il a alors fallu beaucoup de patience pour que le processus se complexifie encore jusqu'à aboutir à l'Homme, il y a environ 7 millions d'années. A noter que le passage des primates aux hominidés n'est pas encore expliqué avec certitude.

LA PRESENCE D'EAU LIQUIDE

L'eau liquide intervient comme élément essentiel du développement des êtres vivants. Mais, comment est-elle apparue? Là encore, plusieurs théories s'affrontent. Il y a ceux qui pensent que ce sont des comètes glacées qui ont apporté l'eau sur Terre et d'autres qui affirment que c'est le « dégazage » des magmas volcaniques. René Dejaiffe, lui, rappelle les éléments présents sur Terre à l'époque : « Il y avait des atomes d'hydrogène et d'oxygène, les deux composants de l'eau. Une interaction entre ces atomes a sûrement formé l'eau liquide. Mais, comment? Cela reste un mystère ».

LA POSITION IDEALE DE LA TERRE

L'eau sous forme liquide est possible grâce à la position particulière de la Terre par rapport au soleil. Celle-ci se trouve en effet dans une « zone potentiellement habitable ». C'est une région de l'espace où la vie pourrait potentiellement se développer au vu des conditions favorables qui y sont réunies. Pour faire simple, cette zone est calculée en fonction de la distance entre une planète et son soleil. « La zone habitable réunit des conditions favorables de température, de pression et d'humidité. Près de Vénus, il fait trop chaud et près de Mars, il fait trop froid » résume René Dejaiffe.

Pour que la vie puisse se développer, le système solaire tout entier doit également être bien positionné dans la galaxie. En effet, il doit se trouver assez loin du centre galactique pour éviter les instabilités comme des pluies de comètes. Le système solaire doit également être éloigné des trous noirs et des naines blanches. Ces dernières sont, au départ, des étoiles de masse modérée qui subissent des réactions thermonucléaires et se transforment. Ces petits objets célestes gardent longtemps une température élevée en surface. « Les réactions thermonucléaires des naines blanches auraient empêché les bactéries, telles que nous les connaissons, de se former » précise Jan Cuypers, astrologue à l'Observatoire royal de Belgique.

UNE ORIGINE EXTRATERRESTRE

Une autre théorie est parfois avancée par les scientifiques. Pour les adeptes de la panspermie, l'origine de l'Homme est extraterrestre. En effet, les premiers êtres complexes auraient été introduits sur Terre par les nombreuses comètes qui y sont tombées. Toutefois, le problème ne fait qu'être postposé étant donné qu'on peut alors se demander comment les premières cellules sont apparues dans l'espace. A noter également qu'il est presque admis que certains des premiers atomes mentionnés plus haut dans cet article ont été apportés sur Terre par des corps célestes qui, par conséquent, auraient aidé la vie à se former. Les théories sont donc nombreuses et ne font pas l'objet d'un consensus international même si certaines sont plus plausibles que d'autres pour la communauté scientifique.

Sur le même sujet :

LES CLES DE L’ORIGINE DE LA VIE AU CŒUR D’UNE COMETE

LESLIE BERDELOU 

C’est la première fois qu’autant de ces composés chimiques sont détectés.

Les comètes, débris de la création de notre système solaire, auraient pu apporter sur Terre des éléments essentiels à l’apparition de la vie. Anticipant les résultats de la mission spatiale européenne Rosetta (dont la sonde va suivre une comète pendant 18 mois dès 2014), une étude franco-allemande appuie cette théorie.

Dans leur laboratoire parisien de l’Institut d’astrophysique spatiale, Louis LeSergeant d’Hendecourt et son équipe ont fabriqué une comète artificielle à l’échelle microscopique. Après l’avoir exposée aux conditions extrêmes qui règnent dans le milieu interstellaire, ils ont réussi à obtenir un résidu organique composé de ce qui pourrait être les ingrédients d’un ancêtre de l’ADN.

Une chromatographie pointilleuse a en effet révélé la présence d’une vingtaine d’acides aminés et de six acides diaminés. C’est la première fois qu’autant de ces composés chimiques sont détectés, affirment les scientifiques impliqués dans cette expérience. Et parmi les acides diaminés, l’un d’entre eux a retenu l’attention des chercheurs. « Le N-2-Aminoethylglycine pourrait être un composant essentiel de l’APN (acide peptidique nucléique), un probable ancêtre lointain de l’ADN », explique Louis d’Hendecourt.

Ces résultats sont donc révolutionnaires puisqu’ils suggèrent que des ingrédients de l’ancêtre de l’ADN se développent naturellement dans le milieu interstellaire. Enfouies au cœur d’une comète ou d’un astéroïde, les « briques » élémentaires de la vie auraient pu tomber du ciel.

 



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE MYSTERE DE LA VIE


Les mythes religieux sur l'origine de l'homme se contredisent mutuellement et sont démentis de manière radicale par les découvertes de la science. Certes le mystère de l'origine de la vie demeure entier. En imaginant que la vie soit arrivée sur terre dans la queue d'une quelconque comète ou au sein d'un astéroïde, on ne fait que reporter la question au coeur de l'univers. Et qu'est-ce qui a provoqué la naissance des briques de vie quelque part dans l'univers?

Une chose est certaine, nonobstant toutes nos différences, nous autres humains avons tous, et sans exception, une origine commune.

Il est bon de se le rappeler quand ont voit un peuple, comme le noble peuple égyptien, s'entredéchirer entre fractions religieuses concurrentes -qui rappellent nos guerres de religion du 16 ème siècle.

Certes, on ne saurait réduire le projet spirituel de l'humanité au projet occidental de la science pour la science et son corollaire, de la technique pour la technique.

Nous avons en effet beaucoup à apprendre des sagesses du monde et singulièrement de la sagesse orientale.

Un dialogue des civilisations s'impose. Il suppose que chacun soit convaincu qu'il y a quelque chose à apprendre de l'autre. Cela induit une métamorphose des mentalités qui ne peut faire l'économie d'une réforme profonde des contenus et des finalités de l'enseignement.

La compréhension d'une autre culture exige une véritable mutation de notre mentalité occidentale et un grand effort d'humilité et d'accueil. C'est vrai aussi pour les autres cultures.

Qu'il ne soit surtout pas question de mutilations réciproques, de compromis. Un dialogue vrai et sincère ne saurait s'établir de cette manière. Que chacun devienne ce qu'il est, selon le célèbre mot de Nietzsche: "werde was du bist" mais surtout dans le respect de l'autreFais ton ramadan, à ta mode,  mais ne me l'impose pas. Bois ton thé menthe mais ne m'interdis pas la bière ou le vin; porte le voile mais respecte la mini jupe, mange du riz mais laisse-moi savourer mes frites...

Avant toute chose, demandons-nous si la version non-occidentale du monde est en mesure de corriger les dérives catastrophiques de notre Occident?

Au vrai, le véritable dialogue des civilisations et des cultures ne fait que commencer dans l'aventure humaine. Il est de plus en plus nécessaire pour instaurer des rapports nouveaux avec le monde, avec les autres hommes et pour notre avenir commun, si nous voulons un avenir commun. Ceci participe de la création continuée de l'homme par l'homme.

Il n'y a pas de civilisation insulaire; la civilisation a, dès ses premiers pas,constitué un réseau universel de propagation.

Le dialogue des cultures et des civilisations n'est possible que si je considère l'autre homme et l'autre culture comme une partie de moi-même qui m'habite et me révèle  ce qui me manque.

Seul un véritable dialogue des cultures  permettra de "défataliser" l'avenir (nous courrons à la catastrophe)  et de retrouver peut-être un équilibre avec la nature.

Puisse la douceur de ces journées d'été et la délicieuse fraicheur des nuits vespérales peuplées d'étoiles nous inviter à une réflexion sur les finalités de l'aventure humaine.

MG

 

 

Aucun commentaire: