samedi 6 juillet 2013

Filip ou Philippe ? Le futur roi a choisi


L.N 



 "Cela n'a aucune raison politique", commente une source dans Het Laatste Nieuws


Filip ? Philippe ? Ou même Filips ? Jusqu’à présent, le prénom du futur souverain n’avait pas fait trop de vagues. Il en ira autrement à l’avenir puisque le prince héritier est appelé à régner sous le nom de Philippe.

Après sa naissance, le fils aîné d’Albert et Paola s’est longtemps appelé Filipsen Flandre, qui était le prénom du père du roi Albert Ier. Dans le courant des années 80, le "s" avait brusquement disparu sur ordre du grand maréchal de la Cour, Sylvain Frey. Ce dernier voulait apparemment éviter la confusion avec Philippe II d’Espagne qui n’a pas laissé que de bons souvenirs en Belgique.

Seul le prénom Filip apparaissait désormais dans toutes les communications officielles en néerlandais alors que Philippe était utilisé pour la communication française et internationale.

Or, il apparaît qu’à partir du 21 juillet, toutes les lois belges seront signées exclusivement du prénom Philippe.

Il faut rappeler qu’une des tâches les plus importantes de la monarchie belge est la signature des lois et arrêtés royaux. Pour cela, il faut se limiter à un seul et unique prénom, sous peine de nullité des actes. Cela ne posait pas de problème du temps des rois Léopold ou Albert, qui sont des prénoms linguistiquement neutres.

Il en va tout autrement avec le futur roi qui porte un prénom différent dans les deux langues.

Il ne s’agit pas du tout d’un acte politique mais c’est tout simplement lié au fait que Philippe est le prénom qui figure sur l’acte de naissance officiel du prochain roi des Belges.

Exactement : Philippe Léopold Louis Marie, tel que son père l’a déclaré à l’état-civil le 15 avril 1960. En Flandre, c’était devenu Filips, Léopold, Lodewijk, Maria, mais apparemment sans valeur légale.

Dès lors, à partir du 21 juillet, la presse flamande sera priée de parler uniquement du koning (roi) Philippe, et non plus Filip.

Enfin, à ceux qui se poseraient la question de savoir comment signait Baudouin, dont le prénom comporte lui aussi une version flamande (Boudewijn), la réponse est la suivante : l’oncle de Philippe signait de manière tellement illisible qu’il était impossible de savoir si c’était en français ou en flamand ! Seul le "B" ressortait clairement. Une astuce que Philippe ne pourra pas utiliser puisque même la première lettre de son prénom diffère…


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

CA COMMENCE


Première gaffe du règne.

Y avait-il une solution?

Il y en avait deux: la première alternative c'est la version ni flamande, ni wallonne du nom: Flupke. C'est donc la version bruxelloise.

Après le roi Beulemans, le roi Flupke. Original non?

La seconde serait de régner sous le nom de Albert III.

Ce serait une manière de bien montrer la continuité avec le règne brillant de Albert II petit fils d'Albert I, le roi chevalier.

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: