lundi 8 juillet 2013

Quand le gouvernement flamand prépare un 11 juillet teinté de séparatisme


Céline Bouckaert

Source: De Morgen 

À quelques jours du 11 juillet, fête de la Communauté flamande, le gouvernement flamand recommande une liste d’orateurs possibles dans le cadre des festivités. La liste mentionne le nom de Wim De Wit, le président de la Veillée de l’Yser qui chaque année demande la scission de la Belgique. C’est ce que révèle le quotidien De Morgen.


© Belga

Sur son site officiel, le gouvernement flamand promeut les festivités organisées pour le 11 juillet. Sous l’annonce, l’internaute peut cliquer sur un lien vers Vlaanderen Feest !, un site web consacré aux festivités du 11 juillet comportant une liste d’orateurs susceptibles de prononcer un discours. Alors que selon les organisateurs, il s’agit de "représentants de différentes organisations de la société civile", la liste recense certaines personnes ultranationalistes et séparatistes.

Le nom de Wim De Wit étonne quand on sait qu’il est président de la Veillée de Yser, un mouvement de dissidence provenant du Pèlerinage de l’Yser et fraternisant avec des organisations d’extrême droite telle que Voorpost. De Wit est un partisan féroce de l’indépendance flamande et appelle régulièrement à la scission de la Belgique.

Erik Stoffelen, le président de l’Union générale de la chanson néerlandaise, figure également sur la liste. L’année passée, il a conclu son discours annuel par la formule "Amis wallons, séparons-nous dans l’intérêt de chacun". Kurt Moonsenfin, est président de pro Flandria, un réseau d’entrepreneurs et d’académiciens engagés pour une Flandre indépendante.

La fête de la Communauté flamande est organisée et subsidiée par le gouvernement flamand et soutenue financièrement par des entreprises nationales telles que la Loterie Nationale et Electrabel. La porte-parole d’Electrabel, Sarah De Bruyn, a déclaré au Morgen que "l’entreprise est très étonnée que ces noms soient mentionnés". Elle ajoute que pour Electrabel, le 11 juillet est "une initiative destinée à unir les gens, pas à prôner le séparatisme".

Les festivités organisées autour de 11 juillet tombent sous la compétence du ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V). Ce dernier n’a pas encore réagi. 

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LA TENSION MONTE

En transformant le prochain 21 juillet en super fête de la Nation belge (anniversaire des 20 ans de règne+intronisation de Philippe+défilé= trois événements majeurs au prix d'un seul)  Albert II et son entourage ont fait très fort, avec la bénédiction du gouvernement papillon.

L'idée est brillante. Si le nouveau roi se révèle à la hauteur, cela pourrait avoir un impact symbolique, affectif et psychologique considérable: un état de grâce de un an avec festivités, joyeuses entrées et réjouissances populaires. Joli coup de poker.

Il fallait donc, pour ne pas demeurer en reste que le camp nationaliste flamand oppose à ce trait de génie une version hard de la dernière fête nationale flamande avant la mère des touts les élections (2014). " Ils" ont donc voulu mettre le paquet.

MG

 

Aucun commentaire: