mardi 16 juillet 2013

Sharia-militant voert haatcampagne tegen juffen De Blokkendoos

De Standaard Mark Eeckhaut, Marc Klifman

 

  

Foto: WAS


Kamal A., een van de leden van de harde kern van Sharia4Belgium, verspreidt op internet haatboodschappen tegen de juffen van De Blokkendoos. Dat heeft De Standaard achterhaald. Intussen wijst niets erop dat er in de Antwerpse kleuterschool kindermisbruik is gebeurd.

Na een maand gerechtelijk onderzoek is er nog altijd niets dat erop wijst dat in de kleuterschool De Blokkendoos effectief kindermisbruik heeft plaatsgevonden. Van bij het begin betwijfelden de inrichtende macht en het gerecht of het seksueel misbruik waarover de ouders het hadden, wel degelijk had plaatsgevonden. 

Toch zijn de gevolgen van de hetze voor de betrokken kleuterjuf en de directie erg zwaar. Ze worden tot op vandaag nog steeds bedreigd, zo blijkt. Op internet worden ze openlijk van de meest verschrikkelijke misdaden beschuldigd.

Een van de meest actieve moslimextremisten op het internet in de strijd tegen wat hij de ‘de pedofiele juffen van De Blokkendoos’ noemt, is een zekere ‘censored 31’, zo kon De Standaard achterhalen.

Achter de nickname schuilt Kamal A., een van de leden van de Brusselse harde kern van Sharia4Belgium. In 2005 werkte hij nog een tweetal weken als bode op het kabinet van de toenmalige Vlaamse minister van Economie FientjeMoerman (Open VLD). Hij werd ontslagen omdat hij niet voldeed.

Kamal A. is al jaren heel actief op het internet. Zijn websites werden al meermaals offline gehaald, maar A. begon telkens opnieuw onder een andere naam. 

Sharia-militant zit mee achter haatcampagne;



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

NO COMMENT

Internet n'est ni une bonne ni une mauvaise chose.

L'usage qu'on en fait est primordial. il est nécessaire de faire le tri entre le bon grain et l'ivraie.

Ceci est tout simplement inacceptable.

MG


LES SHARIA SISTERS DERRIERE LES ACCUSATIONS DE PEDOPHILIE DANS UNE ECOLE D’ANVERS

DORIAN DE MEEÛS LA LIBRE  AVEC BELGA 


"L’AFFAIRE DU BLOKKENDOOS COÏNCIDE A LA PERFECTION AVEC LA STRATEGIE DU GROUPE EXTREMISTE"

Il n'y a pas eu de faits d'abus d'enfants à l'école maternelle et primaire De Blokkendoos, située au Kiel à Anvers. C'est ce que confirmaient "plusieurs sources très fiables" dans les journaux Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg ce samedi. "Rien n'indique que des faits punissables aient été commis à De Blokkendoos", indiquait aussi le bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever.

Le parquet ne souhaite pas confirmer l'information car le dossier n'est pas encore tout à fait bouclé. Trois plaintes étaient parvenues à la mi-juin à la police pour des faits présumés d'abus d'enfants commis par une institutrice. Des parents inquiets avaient manifesté devant l'école et les autorités communales anversoises avaient décidé de fermer l'école une semaine avant les vacances d'été.

Les conséquences ont été dramatiques pour l'institutrice concernée et la direction de l'école. Elles ont reçu des menaces de mort et ont dû bénéficier d'une protection policière. Il apparaît à présent, après une enquête approfondie, que rien ne peut leur être incriminé et qu'aucun abus d'enfant n'a été commis.

Sharia Sisters derrière cette plainte

Ce mardi, le quotidien Gazet van Antwerpen indique que l’une des plaignantes est membre de Sisters4Sharia, soit le bras féminin de Sharia4Belgium. Selon une source judiciaire, ces femmes se retrouvaient tous les mercredis dans une salle anversoise qui est un lieu d’accueil habituel de Sharia4Belgium. Pour cette même source, "l’affaire du Blokkendoos coïncide à la perfection avec la stratégie du groupe extrémiste, qui tente d’instrumentaliser un évènement – comme l’incident de la niqab à Molenbeek – afin d’opposer l’ensemble de la communauté à tout ce qui n’est pas musulman."

 

 

 

 

Aucun commentaire: