samedi 13 juillet 2013

Six élèves sur 10 ont réussi l’épreuve de maths au CE1D

ST. BO.



Ce résultat contraste avec les 97,5 % de réussite au CEB.

Pour la première fois cette année, tous les élèves de 2e année secondaire ont dû présenter le CE1D (Certificat d’études du premier degré de l’enseignement secondaire). Cette épreuve certificative portait sur deux disciplines : le français et les mathématiques. Au total, quelque 54 000 élèves étaient concernés, soit 450 écoles.

A ce jour, les résultats (encore partiels) transmis par les écoles à l’Administration générale de l’enseignement (Agers) visent 91,6 % des élèves ayant présenté l’épreuve de maths, soit 46 791 élèves, et 93,3 % des élèves ayant passé celle de français (47 724 élèves).

Parmi ces élèves, 81,3 % ont réussi le test de français et 62,7 %, celui de maths. Rappel, le CE1D est considéré comme réussi dès lors que l’élève a obtenu 50 % dans chacune des matières évaluées.

Les résultats complets et affinés seront disponibles mi-septembre. Mais on peut déjà tirer certains enseignements.

DE MEILLEURS RESULTATS QU’EN 2012. L’an dernier (NdlR : la participation des écoles au CE1D était encore facultative; 75 % des écoles y avaient pris part), le taux de réussite était de 55,6 % en maths et 72,4 % en français. Bien que l’Administration n’a pas encore tous les éléments d’analyse en main, "notre hypothèse est que les écoles qui n’ont pas participé l’an dernier au CE1D, mais qui y ont participé cette année influencent la différence de résultats", avance Martine Herphelin, directrice générale adjointe du Service dupilotage. Pourquoi ? "Parce que celles qui n’ont pas participé à l’épreuve étaient plutôt des écoles qui avaient de bons élèves".

Un Ecart Entre Les Résultats En Maths Au CEB Et Au CE1D. "La grande tendance qui se confirme est que les élèves réussissent moins bien en maths qu’en français", relève encore Mme Herphelin. Principale raison ? "En français, la continuité semble plus souple entre le primaire et le secondaire qu’en maths ". De fait, lors de l’évaluation du CEB (Certificat d’études de base) en 6e primaire, 98,9 % des enfants ont réussi l’épreuve de français et 97,5 %, celle de maths tandis que l’ensemble des élèves ont obtenu une moyenne de 78,8 % en français et 81 % en maths. En revanche, les élèves ayant présenté le CE1D ont obtenu une moyenne de 64,7 % en français et 55,8 % en maths ! En cause ? "Cette différence dans les résultats est représentative du saut conceptuel important que les élèves doivent réaliser en deux ans entre la 6e primaire et la 2e secondaireaffirme l’Administration. Ainsi, si fin de 6e primaire, on attend des élèves qu’ils mettent en œuvre un ou deux savoirs ou savoir-faire considérés isolément, au niveau de la 2e secondaire, on vise davantage la mise en œuvre coordonnée de plusieurs de ces savoirs ou savoir-faire". Par ailleurs, "on y attend également l’utilisation d’un langage abstrait, poursuit l’Administration, alors qu’au niveau primaire les situations proposées, comme le langage mathématique utilisé, sont davantage concrets". Exemple ? "En 6e primaire, on demande aux élèves de "choisir", "calculer" et "tracer" alors que fin de 2e secondaire, on leur demandera plutôt de "justifier" ou de "construire"".

DES PISTES DIDACTIQUES. A la lumière de ces résultats, l’Administration souhaite "mieux outiller les enseignants de fin de primaire et de début de secondaire pour qu’ils accompagnent plus efficacement encore leurs élèves : formations en cours de carrière, missions d’inspection…".


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LES CAHIERS AU FEU ET LES PROFS AU MILIEU

Voilà qui est intéressant. Quelques jours avant les départs massifs en vacances, on nous annonce triomphant: 96,3 % des élèves ont obtenu leur CEB. Roulement de tambour. Ensuite une petite info annonce qu'un gamin s'est suicidé suite à son échec en première secondaire, une info qui prend moins de place que les articles concernant d'autres gamins partis en Syrie ou revenus de cet enfer. Ensuite on fait savoir- beaucoup sont déjà sur les routes du soleil- que 10% à peine des étudiants de première médecine ont réussi en juin.

Et quand tout le monde, ou presque, a quitté le pays nous apprenons que les chiffres de réussite en secondaire sont assez "moyens" pour ne pas dire mauvais en mathématique. Autrement dit: on se fiche de notre gueule comme dirait Tapie. C'est dire que même l'administration est très consciente de l'échec global de notre enseignement. CQFD!

Il est de bon ton de tirer à boulets rouges contre le politique et de discréditer la démocratie. C'est insensé. Mais c'est le politique qui est largement et totalement responsable du délitement de nos écoles. Et voilà qu'après le départ de Marie-Dominique on envoie la stagiaire Marie-Martine s'occuper de l'école.  On se f. vraiment de notre g....

MG

Aucun commentaire: