samedi 24 août 2013

Stromae : "On verra si je ne suis pas camé dans trois ans"


Le Vif

En matière de communication et de contrôle, Stromae pourrait en remontrer à Bowie et Séguéla ! Etonnant destin international d’un ketje de Bruxelles moins policé qu’il n’y paraît. Extraits d’interview


© Philippe Cornet

LEVIF.BE : VOUS AVEZ UN CAPITAL SYMPATHIE ETONNANT: ON VOUS TROUVE CHARMANT, TALENTUEUX, PAS GROSSE TETE, COMME SI VOUS AVIEZ ETE FABRIQUE DANS UN LABORATOIRE SURHUMAIN. VOUS AVEZ CONSCIENCE DE VIVRE UN MOMENT DE GRACE ?

Stromae : Je me dis parfois que cela ne peut aller que jusqu'à un certain moment. La maison de disques qui gère la promotion sert aussi à cela: dire à quel moment c'est assez ! Si je faisais tout ce qui est demandé, ce serait dégoûtant, cela donnerait envie de vomir en fait, moi le premier. C'est horrible de dire cela mais les interviews procèdent de la loi de l'offre et de la demande. Un moment, il faut se calmer, ne pas se brûler les ailes.

VOUS MIXEZ UN PHYSIQUE DE "GENDRE IDEAL" ET UN LOOK QUASI- ENFANTIN, COMME SI VOUS NE POUVIEZ ETRE UNE "MAUVAISE PERSONNE" ALORS QUE SUR RACINE CARREE, IL Y A DE LA COLERE, DU VENIN ET MEME, DANS HUMAIN A L’EAU, LES MOTS "CHIER" ET "PENIS"…

Je suis une espèce de maniaque relou (sic) dans le travail mais jusqu'à un certain point. J'essaie de prendre la température et sens vite lorsque je commence à saouler autrui: j'aime pousser les gens et aime être poussé.

DANS AVF (« ALLEZ VOUS FAIRE… ! »), VOUS CHANTEZ "TOUJOURS LES MEMES DISCOURS/TOUJOURS LES MEMES AIRS/HOLLANDE, BELGIQUE, FRANCE/GAUCHE, LIBERAUX, AVANT-CENTRE OU CENTRISTES/CELA M'EST EGAL/TOUS AUSSI DEMAGOS QUE LES ARTISTES". CE N'EST PAS UNE GROSSE TRANCHE DE POPULISME, ÇA ? 

C'est juste la vérité. S'il y a bien un point qui nous lie aux politiciens et même à vous, les journalistes, quand on s'adresse à une communauté au-delà de la famille, on commence à devenir démago (sic) ! C'est-à-dire l’emploi de quelque chose que les gens ont envie d'entendre: on a tous besoin d'affection, journalistes, politiciens, compositeurs-auteurs, acteurs, interprètes. Sinon, à un certain niveau de travail, cela devient inhumain. On verra si, dans deux ou trois ans, je ne suis pas camé et en rue ! Je vais tout faire pour me soigner et c'est en protégeant ma vie privée que j'espère que tout reste normal dans ma tête. Et en mettant de la fiction dans mes morceaux, avec peut-être 30% de vécu.

Entretien : Philippe Cornet 

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

TIRAILLE ENTRE DEUX CULTURES

Un internaute sceptique commente: "encore un "produit" formaté et créé de toute pièce "pour faire bien"..En outre, certains débiles osent comparer ce clown au grand Jacques, un véritable poète aux dizaines de chansons mondialement connues ! j'ai beau, souvent malgré moi, écouter celles du quidam de l'article...une seule conclusion me vient...AU SUIVANT....!!!" 

Un autre, plus enthousiaste: "Il est cash et j'adore sa manière de s'habiller !"

Né d’un père rwandais et d’une mère belge, Stromae alias Paul Van Haver a toujours été tiraillé entre deux cultures, deux visions du monde, chose qu’il présente de façon très réaliste sur ce nouvel album. Dans ce mélange décalé de dance et de chanson francophone, le Belge nous sert un album d’une intensité troublante.

Il retourne le message induit par ce son en insufflant une dose de réalisme touchant dans le mille faisant clairement écho à sa propre expérience d’orphelin.

C’est de lui qu’il nous semble parler sur « Bâtard » dénonçant le racisme ordinaire et la place de l’extrémisme dans nos sociétés. Utilisant une musique brute et dansante on a cette impression de violence dans ces différents messages que seul semble apaiser un son tranchant.

Collage complexe et maîtrisé de différentes cultures dominé par le clubbing,Stromae réussit à faire sonner la musique proche de la techno et de la dance avec une chanson française aux différentes influences.

Mais le belge est avant tout un impressionnant auteur. Ainsi « Formidable », titre ubuesque, hors du temps, profond, moderne et inclassable, les mots manquent pour cette magnifique chanson mise en lumière au travers d’un clip non moins culte. Le Belge réussit dès son deuxième album à être comparé à Jacques Brel, pourtant on pourrait plus parler d’un Arno dans la diction et dans cette profondeur sans espoir, juste, criante de vérité et à la fois inébranlable.

Alors oui, certains crieront à la mauvaise farce mais force est de constater que plus qu’une reprise, Stromae transpose ce titre à notre époque avec les mots d’une génération.

Au travers de 11 morceaux assez inégaux, Stromae nous propose sa vision d’un monde à la logique de marché implacable transposée dans la sphère privée et à l’espoir menu. (Quai Baco, extraits) 


Stromae a fait le buzz avec "Formidable". Son album "Racine Carré" est-il à la hauteur, se demande le chroniqueur du Nouvel Obs

"Qualifié de génie, digne successeur de Jacques Brel et même à l'origine de l'album de l'annéeStromae croule sous les compliments. Il ne s'agit pourtant que de son deuxième album.

 

Alors, ces éloges à Stromae sont-ils démesurés ? Est-il vraiment le successeur du plus célèbre interprète belge ? Son nouvel album est-il ausi bon que ce qui se dit ? Stromae a bien compris le fonctionnement marketing et il sait jouer avec.

Stromae ciselle dans chacune de ses chansons une histoire, un personnage et il l'incarne et nous le rend vrai à chacune de ses interprétations."

Mais sachons raison garder, isolées de leur contexte musical, les paroles de "formidable" n'ont vraiment franchement rien de très formidable. Jugez par vous-même:

 

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

Eh le bébé, oups : mademoiselle
Je vais pas vous draguer, promis, juré
J'suis célibataire et depuis hier putain
J'peux pas faire l'enfant mais bon c'est pas... eh revient !
5 minutes quoi j't'ai pas insulté, j'suis poli, courtois
Et un peu fort bourré et pour les mecs comme moi
Vous avez autre chose à faire, vous m'auriez vu hier
Où j'étais

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Eh tu t'es regardé, tu t'crois beau
Parce que tu t'es marié,
Mais c'est qu'un anneau mec, t'emballes pas, 
Elle va t'larguer comme elles font chaque fois
Et puis l'autre fille tu lui en a parlé?
Si tu veux je lui dit comme ça c'est réglé
Et au p'tit aussi, enfin si vous en avez
Attends 3 ans, 7 ans et là vous verrez
Si c'est 

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

Et petite oh pardon : petit
Tu sais dans la vie y'a ni méchant ni gentil
Si maman est chiante c'est qu'elle a peur d'être mamie
Si papa trompe maman c'est parce que maman vieillit
Pourquoi t'es tout rouge? Beh reviens gamin
Et qu'est-ce que vous avez tous? A me regarder comme un singe, vous
Ah oui vous êtes saint vous
Bande de macaques !
Donnez moi un bébé singe, il sera

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

 

STROMAE : POURQUOI "RACINE CARREE" EST SUREMENT L'ALBUM DE L'ANNEE

 Par Marcus Dupont-Besnard

Critique au Nouvel Obs

Après une première écoute, notre contributeur Marcus Dupont-Besnard est plutôt (très) satisfait. Il nous livre son verdict.


"Racine carrée", le deuxième album de Stromae, est sorti le 19/08/13 (capture)


 

Dans une certaine continuité tout en sachant se renouveler, il nous prouve qu'il est un véritable artiste au talent hors du commun.

 

Une chose est indéniable dans cet album, c'est que chaque titre nous fait vibrer d'une manière particulière. Que ce soit dans les notes, dans le vocal, ou dans les paroles, Stromae nous transmet des sensations : de la joie ou de la tristesse, parfois de la mélancolie.

 

Il y a dans cet album, autant que dans le précédent, un fond, une recherche, et quelque-chose de "grave".

Il y a une gravité, sous forme d'une certaine désillusion, une approche désabusée du monde.

Il a une belle écriture, des effets de langage, ce qui donne un côté lyrique à ses textes, presque poétique par moment.

La musicalité de cet album repose sur une simplicité fascinante au niveau des mélodies, mais une simplicité qui est paradoxalement originale et qui nous offre une musique que l'on peut clairement décrire comme "pure". Cette pureté est d'une richesse musicale exceptionnelle.

C'est un vrai plaisir d'entendre de la musique électronique avec de vrais textes, et en français qui plus est.

 

STROMAE: "LA PEUR DE DECEVOIR, C'EST MON METIER"

LA LIBRE BELGIQUE


UN GRAND STRESSE

"Ça me fait peur d'être un jour détesté. Certains artistes que j'admire commencent un certain moment à me faire vomir. Et c'est cela ma peur. Ça s'appelle être névrosé, ce que je suis en fait. Toujours la crainte de l'après. La peur de décevoir c'est un peu mon métier."     

 

POURQUOI "RACINE CARREE" ?

"Je ne saurais vous l'expliquer moi-même. Mais je vais quand même essayerUn peu comme Maurits Cornelis Escher, je fais de la musique mathématique, géométrique. Il y a un retour aux racines, ça c'est peut-être la compréhension première. Puis au-delà de ça, je crois que je suis hyper manichéen. Je suis pragmatique, j'ai besoin de tout classifier, enfin je ne sais pas... C'est en tout cas un album hyper pragmatique." 

PAS LE NOUVEAU JACQUES BREL?

"Ça ne me dérange absolument pas qu'on me compare à lui. C'est plutôt lui que ça devrait énerver... Par rapport à son oeuvre. Moi je n'en suis encore qu'à deux albums"

 

Aucun commentaire: