jeudi 22 août 2013

Tunisiens, attention !

 Par Jean Daniel

Au moment où les révolutions arabes remettent en question l'ordre d'un continent, faut-il craindre que le drame égyptien se reproduise en Tunisie ?


Des partisans du parti islamiste tunisien Ennahda, munis de drapeaux tunisiens et égyptiens, manifestent contre la répression sanglante mise en oeuvre contre les partisans du président égyptien destitué Mohamed Morsi. (FETHI BELAID / AFP)

Il est évident que ce qui se passe actuellement en Egypte constitue l’un des événements les plus dangereux de ces dernières années dans les régions du Proche et du Moyen-Orient. Résumons.

Les Américains et les Saoudiens, après avoir pratiquement installé au Caire un gouvernement islamiste dit modéré qui a démontré son incompétence, parfois tragique durant neuf longs mois, ont demandé à l’armée égyptienne d’en finir une fois pour toute avec les manifestations des Frères musulmans. 

Ces derniers se sont vus infliger une répression meurtrière et sauvage, qui a conduit Washington et Ryad à demander au Général Al-Sissi une pacification plus "clémente" et une "trêve militaire".

Les Frères musulmans sont sans doute haïs par la majorité de la population. Le pouvoir légal a sans doute le droit d’exiger que les manifestants qui se réclament de la démocratie ne soient pas armés, or, dans de très nombreux cas, ils l’étaient.

CETTE SITUATION INVITE, NOTAMMENT LES TEMOINS, A PENSER A L’ALGERIE ET A LA TRAGEDIE DES ANNEES 1990. L’armée y avait pris l’initiative d’interrompre les élections, car le premier tour assurait la victoire des islamistes. Ils n’avaient pas, eux, déjà sévi. 

Le drame égyptien peut-il se répéter dans d’autres pays du printemps arabe, et notamment en Tunisie ?

Jusqu’à maintenant, il arrivait que l’on entende déclarer que l’on ne pouvait comparer la Révolution tunisienne à nulle autre, comme si quelque chose de magiquement bénéfique éloignait les Tunisiens de la violence. Il existerait en Tunisie une fraternité proche de la tendresse pour éviter ou abréger les explosions.

D’abord, rien ne justifie dans l’histoire du peuple égyptien une sorte de prédestination à la violence. Au contraire.

Ensuite, un islamisme radical est aussi éloigné de nous, qu’ils soient tunisiens ou égyptiens ou qui que ce soit d’autre. Ce qu’il faut toujours souligner, c’est que les Frères musulmans sont hostiles par principe, par doctrine et parfois à toutes nos valeurs.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE DRAME EGYPTIEN PEUT-IL SE REPETER DANS D’AUTRES PAYS DU PRINTEMPS ARABE, ET NOTAMMENT EN TUNISIE ?


Assurément c'est la bonne question!

Reste à fournir la bonne réponse!

"Les Américains et les Saoudiens, après avoir pratiquement installé au Caire un gouvernement islamiste dit modéré qui a démontré son incompétence, parfois tragique durant neuf longs mois, ont demandé à l’armée égyptienne d’en finir une fois pour toute avec les manifestations des Frères musulmans." 

Pas de quoi être très optimiste!

 MG

Aucun commentaire: