dimanche 15 septembre 2013

A Bruxelles, les cyclistes peuvent désormais passer au rouge à 75 carrefours (carte interactive)

par Le Soir

Des panneaux de signalisation B22 et B23 placés depuis mercredi à 75 carrefours de la Région de Bruxelles-Capitale indiquent aux cyclistes qu’ils sont autorisés à continuer leur route lorsque le feu est au rouge. Ces panneaux ont été placés après une évaluation positive de l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), ont annoncé la ministre bruxelloise des Transports Brigitte Grouwels (CD&V) et le secrétaire d’État à la Mobilité Bruno De Lille (Groen).

Le panneau B22 leur indique qu’ils sont autorisés à tourner à droite lorsque le feu est rouge ou orange, à condition qu’ils cèdent le passage aux autres usagers.

Le panneau B23 signifie qu’ils peuvent faire de même pour aller tout droit, toujours à condition qu’ils cèdent le passage aux autres usagers

Selon l’IBSR, leur placement ne pourrait pas être généralisé à tous les carrefours, car il faut tenir compte de différents facteurs, comme la taille et la disposition d’un carrefour ainsi les règles de vitesse en vigueur. Les signaux sont placés pour l’instant le long des routes régionales, mais les ministres compétents tentent de convaincre les administrations communales bruxelloises d’en faire autant le long des routes des différentes communes. Les communes d’Anderlecht et de Watermael-Boitsfort seraient déjà intéressées.

Bruxelles est le premier lieu en Belgique où cette mesure a été testée. Ces signaux routiers existent par ailleurs dans les pays voisins de la Belgique et n’ont pas provoqué de problèmes au niveau de la sécurité routière.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

TOUS A VELO?

 

 


On en est loin! J'ai décidé depuis ma panne de voiture (le véhicule est réparédepuis ) de faire mes petits déplacements en ville à bicyclette. L'expérience est très concluante. De fait, on se déplace très vite et on découvre le charme des ruelles où l'automobiliste ne voit rien. Certes, les montées sont assez rudes mais avec un bon dérailleur c'est faisable. Un rétroviseur au guidon rend la conduite très confortable, en revanche, la pluie est vraiment l'ennemi du cycliste. Je suis frappé par la "relative" courtoisie des automobilistes (on y reviendra), à croire que beaucoup sont cyclistes à temps partiel. Les vrais dangers viennent, paradoxalement, des autres cyclistes qui foncent nez en avant et vous passent à quelques centimètres sans le moindre scrupule. Les piétons non plus ne font pas grandes concessions. Tous à vélo? Restons sérieux, ne rêvons pas!

Assurément, il conviendrait de limiter l'usage de la voiture en limitant sa vitesse arbitrairement et en empêchant les véhicules polluants d'entrer en ville (on en parle. "Het aantal zinloze verplaatsingen in onze steden moet naar beneden, bijvoorbeeld door meer in te zetten op autodelen en huurfietsen."

Je me préparais à aller faire un dimanche patrimoine à bicyclette quand j'ai lu ceci dans la Libre Belgique:

UNE MOYENNE DE 44 ACCIDENTS DE LA ROUTE IMPLIQUANT UN CYCLISTE PAR JOUR.    

 

Le nombre d'accidents de la route impliquant un cycliste a augmenté en 2011, après avoir connu une baisse entre 2008 et 2010, révèle dimanche De Zondag. Les chiffres restent dramatiquement élevés. Entre 2008 et 2011, il y a eu pas moins de 64.817 accidents impliquant un cycliste. En d'autres terme, 44 accidents par jour en moyenne". Durant cette période, 312 cyclistes ont perdu la vie, 3.714 ont été grièvement blessés, 28.868 légèrement blessés et 31.923 en sont sortis avec des blessures superficielles.

Il est frappant de constater qu'une part importante de ces accidents n'implique que des cyclistes.

Bigre, ça m'a vachement refroidi "mo seulement" ça n'était pas tout! Le pire ce sont les commentaires des internautesVous allez  voir, ce n'est vraiment est pas triste:

 "Dans le centre de Bruxelles, même laisser traverser un piéton dans les clous à un feu vert pour lui, tient du miracle !

Ils sont tellement convaincus d'être toujours en droit qu'ils ne font plus attention à rien, jusqu'à oublier qu'à force de foncer dans le tas, ils risquent de se faire renverser par plus "solide" qu'eux, quitte à en mourir où en souffrir pour le reste de leurs jours. 
A quand l'obligation d'un permis pour les cyclistes ?"

Faut dire que ce n'est pas vraiment faux: il y a parmi les cyclistes une proportion élevée de jusqu'auboutistes sectaires et agressifs. Les feux rouges, ils ne les connaissent quant au sens uniques, ils s'y précipitent comme la pauvreté sur le monde. Faut dire que c'est effectivement grisant. Ils montent sur les trottoirs, traversent dans les clous de piétons et zou, ils se remettent dans le trafic. " Me déplaçant à vélo quotidiennement, je dois bien avouer que le comportement des cyclistes à BXL  est assez agressif mais il s'agit toujours des mêmes , un groupe de "bobos arrogant" sûrs de leur bon droit. Faut dire que que les mesures prises sous la pression écolo sont inadéquates pour ne pas dire imbéciles."

"Les pistes cyclables ne servent à rien. Ces t@rés de cyclistes se prennent pour des champions (en maillots bariolés) et roulent sur la chaussée." Tout à fait faux cela n'est pas, mais il faut constater que les pistes cyclables sont de plus en plus nombreuses et le fait de pouvoir emprunter les sites réservés aux bus permet d'avancer quand les voitures sont à l'arrêt.

 "Quant aux cyclistes, ces rois conquérants du bitume, ils vous déboulent sous le capot à contresens et vous toisent comme de la m*, quand ils ne vous insultent pas carrément, roulent sans se gêner à deux ou trois de front en rigolant et si d'aventure vous vous permettez l'impardonnable crime de klaxonner, vous aurez droit à des rafales de hurlements et de commentaires variés. Ou décident de traverser au dernier moment, juste devant vous, sans un regard pour s'assurer que tout va bien. De toute façon, c'est bien connu, c'est le con*rd d'automobiliste qui est responsable. Tout cela parce qu'un crétin a un jour décidé que les "usagers faibles" avaient la priorité. Ce qui ne signifie pas une jungle, comme chez nous, où on peut tout se permettre. En N. Zélande, Australie, USA et ailleurs, chacun assume ses propres responsabilités et chacun respecte tout le monde. Pas comme ici où c'est n'importe quoi!"

Evidemment, si tous les automobilistes pensent comme ce monsieur, les cyclistes ne sont pas prêt de devenir des usagers de la route populaires.

"Il faudrait instituer un contrôle technique des vélos." écrit un autre internaute.

Pas faux mais on a vu la réaction des motards face à l'introduction envisagée d'un contrôle pour leurs machines, le plus souvent trafiquées de leur propre aveu.

Résumons: "un imbécile en voiture, lorsqu'il monte sur son vélo, est toujours un imbécile."

"Quand j'étais gosse, on nous apprenait à l'école qu'en tant que piéton, on devait traverser dans les clous et après avoir regardé à gauche, puis à droite. Et de marcher sur les trottoirs. Et aux cyclistes, on expliquait qu'ils devaient se conformer, en tant que conducteurs d'un véhicule (eh, oui, le vélo EST un véhicule), au code de la route. Sur les pistes cyclables, là où elles existent, pas à deux de front sur les routes, signaler le changement de direction, ne pas rouler à contresens dans les sens uniques, descendre de vélo pour traverser dans les clous, et être clairement visible de nuit, avec lampe et feu arrière. Mais ça, c'était bon pour les vieux ringards. Aujourd'hui, foin de tout ça. On est classé "usager faible "donc on se comporte comme des sauvages et que les autres aillent se faire voir. Au besoin, on traverse, en prenant bien tout son temps, en vous regardant droit dans les yeux, pour montrer combien on vous emm*de, avec votre bagnole."


La solution? Oui il y en a une de solution : le vélo électrique! Mais un bon vélo électrique coûte cher et on dit qu'on les vole; les vélos classiques aussi,  du reste.

Je me suis donc acheté un excellent cadenas.

Hier j'ai vu un Brompton (la Rolls du vélo pliable) quasi neuf sur Ebay, pour la moitié du prix.  Je n'en en ai pas dormi. Enfin, façon de parler. Ce qui m'a arrêté: charge maximum 115 kilos.

MG


 

"MILIEUZONE VOOR DIESELWAGENS MOET OOK IN ANDERE STEDEN" 


© photo news.

 De Morgen

De Bond Beter Leefmilieu (BBL) reageert in een mededeling verheugd op de beslissing van het Antwerpse stadsbestuur om van de binnenstad een lage-emissiezone of milieuzone voor dieselwagens te maken. De organisatie denkt zelfs meteen een stap verder. "Andere steden hebben nu geen enkel excuus meer om dit ook op hun grondgebied in te voeren", klinkt het.

Antwerpen wil in het gebied tussen de Scheldekaaien en de Singel vanaf 2016 dieselwagens weren die ouder zijn dan vijftien jaar. Indien ze ouder zijn dan tien jaar, moeten ze een roetfilter hebben. Wie niet voldoet, zal via nummerplaatherkenning een boete kunnen krijgen.

BRANDEND DOSSIER
In ieder geval moeten andere Vlaamse steden het Antwerpse voorbeeld volgen, vindt de BBL, die de Vlaamse en federale beleidsmakers oproept om deze lokale beleidsmaatregel te versterken met een verhoging van de accijnzen op diesel en met de afschaffing van fiscale voordelen voor bedrijfswagens, waarvan het overgrote deel dieselwagens zijn. "Dit is een brandend dossier voor onze regeringen in de komende jaren", luidt het.


EUROPEES KADER
Ook Touring ziet de lage-emissiezone in Antwerpen en een eventuele uitbreiding ervan naar andere steden wel zitten. "Maar het moet dan wel uniform gebeuren, liefst zelfs binnen een Europees kader, zodat mensen overal weten waar ze aan toe zijn", aldus woordvoerder Danny Smagghe. "Deze maatregel gaat natuurlijk ook de files niet oplossen; daarvoor zullen we meer globaal de stedelijke mobiliteit moeten aanpakken. Het aantal zinloze verplaatsingen in onze steden moet naar beneden, bijvoorbeeld door meer in te zetten op autodelen en huurfietsen."

 

 

 

Aucun commentaire: