mardi 24 septembre 2013

Faux passeports royaux: « Hallucinant », selon Uyttendaele

Le Soir

La famille royale voyage parfois avec des faux passeports. « À moins d’un dispositif légal dont je n’ai pas connaissance, cette pratique est tout simplement hallucinante. Dans le cas de faux et d’usage de faux, on est dans le crime », a déclaré Marc Uyttendaele, avocat constitutionnaliste.


Mark Eyskens, Ministre d’Etat et ancien Ministre des Affaires étrangères l’a confirmé : depuis longtemps, la famille royale utilise des faux passeports pour être tranquille et incognito lors de ses voyages à l’étranger. Dans notre édition de 17h, deux avocats s’interrogeaient sur la légalité de cette procédure. Pour eux, il s’agit d’infractions au code pénal : port public de faux nom et usage de faux passeports. Mais ils se voulaient nuancés : il n’y a manifestement pas d’intention frauduleuse et la force majeure pourrait être invoquée, d’après leurs dires. Avec de tels arguments, le Parquet, a le droit de classer le dossier sans suite. C’est sans doute ce qui se passerait si un dossier était ouvert sur cette affaire.

Marc Uyttendaele, constitutionnaliste, va un pas plus loin : «  A moins d’un dispositif légal dont je n’ai pas connaissance, cette pratique est hallucinante. Dans le cas de faux et d’usage de faux, on est dans le crime. » Le Roi est inviolable bien sûr, mais sa famille ne jouit pas de cette immunité. «  Si le Premier Ministre ou un autre politicien faisait la même chose, cela choquerait tout le monde  », poursuit l’avocat.

Du côté du Palais et du SPF Affaires étrangères (qui aurait fourni les faux passeports), on attend toujours une réponse… Un silence qui en dit long ?


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

A BOULETS ROUGES

Tir tendu sur la famille royale. Uyttendaele pointe un fusil à lunette sur la monarchie, ajuste et tire avec des projectiles redoutables tandis que la VRT la canarde à la grosse chevrotine. 

Fiction, fiction? vous avez dit fiction?

Il parait qu'au plat pays, le grand public en raffole.

A en juger par le troisième épisode diffusé dimanche soir, cela ne vole franchement plus très haut.  Nos remarques concernant les acteurs demeurent d'actualité, en revanche le script s'avère extrêmement faible, prenant de grandes libertés avec la réalité, question de faire pleurer dans les chaumières et les auberges de la Flandre profonde.

Ceux qui ont lu le synopsis des trois épisodes à venir prétendent que le pire est à venir. Le troisième volet est en tout cas indigne d'un étudiant en première année de l'INSAS.

Après ce troisième épisode, plus aucun doute ne saurait subsister. Ceci est une machine destinée à nuire au crédit de la famille royale.

Reste la question essentielle: à qui profitent ces crimes de lèse-majesté?

MG

 

 

      

Foto: © VRT - Lou Berghmans

De commotie rond de ‘krakkemikkige’ zondagavondreeks Albert II heeft veel duidelijk gemaakt voor Sandra De Preter, maar niet dat de reeks een fout was die rechtgezet moest worden.

WAT VOND U ZELF VAN ALBERT II?

‘De zenders van de VRT brengen heel veel fictie: van Quiz me quick tot Thuis. In dat aanbod heeft Albert II zijn plaats. De reeks heeft bovendien heel duidelijk gemaakt dat de realiteit van de Twitter-community een andere is dan die van de doorsnee Vlaming. Want die kijkt in groten getale naar Albert II.

HEEFT DE KIJKER ALTIJD GELIJK?

(zucht) ‘De kijker heeft altijd gelijk. Absoluut. Dat wil niet zeggen dat we hem altijd moeten volgen. Ik stel alleen maar vast dat een bepaalde gemeenschap veel kritiek heeft op de reeks. De kritiek kwam voornamelijk van journalisten en van mensen die op Twitter vaak hun mening ventileren. Zij kijken met een bepaald beeld in het achterhoofd en met een bepaalde kennis naar dat programma. Hun blik is anders dan die van het grote publiek.’

ALS ER 1,2 MILJOEN MENSEN NAAR EEN FICTIEREEKS OVER HET KONINGSHUIS KIJKEN, HEEFT DAT EEN IMPACT OP DE BEELDVORMING ROND HET KONINGSHUIS. KAN EEN OPENBARE OMROEP ZICH DAT PERMITTEREN?

‘Sommige mensen vergeten dat dit fictie is. De ploeg heeft het gewaagd om een fictiereeks te maken met als basis het verhaal van het koningshuis, maar het is en blijft fictie. Je moet er doorkijken. Dat mensen dat niet doen, dat is het probleem.’

 

Aucun commentaire: