dimanche 29 septembre 2013

JULES GHEUDE : « IL N’Y A D’AVENIR WALLON POSSIBLE QU’EN FRANCE ! »

Interview réalisée par Jean-Paul Bombaerts dans l’Echo de ce 18 juillet 2013 à propos du récent livre de Jules Gheude « Lettre à un ami français ».

Jules Gheude a signé un essai sous la forme d’une lettre adressée à « un ami français » et qu’il intitule « De la disparition de la Belgique » (éditions Mon Petit Editeur).

 

L’ECHO : POURQUOI LE CHOIX D’UNE LETTRE ADRESSEE A UN AMI FRANÇAIS ?

 

Jules Gheude :S’ils ont entendu parler de l’affrontement entre Flamands et Wallons, nombre de Français ignorent l’ampleur du problème. Ils sont loin d’imaginer qu’un phénomène de balkanisation est en train de se dérouler à leur frontière nord. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Ce n’est pas pour rien que la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française a chargé, en juillet 2011, deux de ses élus, l’un de la majorité, l’autre de l’opposition, de se rendre chez nous afin de faire un rapport sur la situation intérieure du pays. Et le moins qu’on puisse dire, c’est ce que ce rapport émet de sérieux doutes quant à la survie de la Belgique. Voyez ce qu’a déclaré le député PS Jean-PierreKucheida : « J’ai l’ultime conviction que les Flamands ne seront jamais satisfaits dans le cadre actuel de la Belgique, ils ne pourront être satisfaits que si le cordon belge est coupé ou, tout au moins, largement distendu »… 

L’ECHO : C’EST CETTE REALITE QUE, SELON VOUS, LES RESPONSABLES FRANCOPHONES NE VEULENT PAS ADMETTRE….

Jules Gheude : Oui. A travers l’ami français, c’est donc aussi à eux que je m’adresse. Ils ne veulent pas comprendre que la Flandre est devenue une Nation, comme cela figure d’ailleurs expressément dans le préambule de la Charte pour la Flandre, qu’un Parlement flamand unanime a adoptée il y a deux ans. Cet aveuglement volontaire est proprement suicidaire. Alors que la Flandre sait clairement où elle veut aller, c’est-à- l’indépendance complète par étapes – fédéralisme, confédéralisme-, les élites francophones, soucieuses avant tout de préserver leur rente de situation, continuent d’agir comme s’il était écrit quelque part que la Belgique avait valeur d’immortalité. Il faut le dire, haut et fort :aucune réforme de l’Etat ne viendra à bout du nationalisme flamand. Voyez le dernier Baromètre du « Soir » qui indique, à un an des prochaines élections fédérales et régionales, que la N-VA et le Vlaams Belang récoltent 44,4% ensemble des intentions de vote. 

L’ECHO : COMMENT VOYEZ-VOUS LES CHOSES SI CE SCORE DEVAIT SE CONFIRMER EN 2014 ?

Jules Gheude : En partant d’un sondage de février, Christian Behrendt, le constitutionnaliste de l’ULg, a fait ses calculs : N-VA et Vlaams Belangpourraient obtenir 44 des 87 sièges que compterait le groupe linguistique néerlandais. C’est la majorité absolue, au siège près. Ce résultat se passe, je crois, de tout commentaire. On imagine déjà les turbulences que cela va engendrer dans le ciel politique ! Je ne sais dire avec exactitude quand la scission de la Belgique interviendra, mais le fait est qu’elle apparaît de plus en plus inéluctable. L’émission « c’est du belge » pourrait, plus vite qu’on ne pense, devenir « c’était du belge »…

L’ECHO : VOUS DITES QUE LES ELITES FRANCOPHONES NE REFLECHISSENT PAS A L’APRES-BELGIQUE. MAIS IL Y POURTANT CE PLAN B…

Jules Gheude : Ne tournons pas autour du pot. Comme ils redoutent comme la peste de voir leurs avantages et prérogatives actuels disparaître le jour où, forte de sa légitimité démocratique, la Flandre larguera unilatéralement les amarres, ils s’imaginent, avec une grande naïveté, pouvoir poursuivre la route avec une Belgique seconde ou continuée. Car c’est, à leurs yeux, ce que devrait devenir cette Fédération Wallonie-Bruxelles qu’ils tentent aujourd’hui d’affirmer. Depuis 2007, j’ai placé ma réflexion dans l’après-Belgique. Avec les Etats généraux de Wallonie, initiative citoyenne que j’ai mise sur pied en mai 2009 et que le monde politique a préféré snober, des rapports fouillés ont été rédigés, à charge et à décharge, sur les diverses options d’avenir possibles pour la Wallonie. Et le constat est clair : ni un Etat Wallon indépendant, ni un Etat Wallonie-Bruxelles ne constitueraient des formules réalistes et, surtout, financièrement viables.

L’ECHO : DANS VOTRE LIVRE, VOUS QUALIFIEZ CETTE FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES DE « VASTE FUMISTERIE »…

Jules Gheude : Non seulement l’appellation n’est pas constitutionnelle, mais elle ne peut prendre corps, pour la simple raison que le Parlement bruxellois, contrairement au Parlement wallon, ne pourra jamais délibérer pour l’approuver.


En effet, les élus flamands disposent du droit de veto au sein de l’institution bruxelloise et ils ne manqueraient pas d’en user. Par ailleurs, selon un sondage du 23 mars dernier, 68% des Bruxellois se prononcent sans hésiter pour une Région bruxelloise indépendante. Voilà qui met à mal cette Fédération Wallonie-Bruxelles que 61% des Wallons voudraient voir se transformer en Belgique résiduelle. Sans oublier les difficultés que rencontrerait une telle Belgique au niveau de sa reconnaissance sur le plan international.

L’ECHO : SELON VOUS, IL N’Y A DONC D’AVENIR WALLON POSSIBLE QU’EN FRANCE ?


Jules Gheude : Oui, mais au départ d’une union-intégration, avec statut particulier. C’est une formule que permettrait sans problème la Constitution française. Nous avons comparé, aux Etats généraux de Wallonie, les systèmes belges et français en matière d’enseignement, de santé, de législation sociale, de fiscalité, de justice. Il y a des divergences majeures qui empêcheraient une assimilation immédiate.

L’ECHO : LA FRANCE CONNAIT EN CE MOMENT DE GROSSES DIFFICULTES BUDGETAIRES. POURRAIT-ELLE S’ENCOMBRER DE LA DETTE WALLONNE ?

Jules Gheude : L’économiste Jules Gazon a calculé qu’en 2010, on obtenait un solde net à financer pour la Wallonie, intérêts de la dette publique compris, de 9,074 milliards, soit 22% des dépenses publiques. Et il arrivait à 33% si la Wallonie était contrainte de refinancer sa dette avec un taux d’intérêt à 12%, pour reprendre l’exemple de la Grèce. Une situation proprement intenable au plan des finances publiques et qui ne permettrait pas l’émergence d’un Etatwallon indépendant. Mais il est évident que le contexte serait tout autre si la Wallonie intégrait la France. Non seulement, elle ne devrait pas affronter le scénario infernal du refinancement de la dette à des taux usuraires, mais son déficit se marginaliserait à l’échelle de la France. Et l’impact sur la dette et les besoins de financement de la République serait mineur et tout à fait tolérable. J’ajoute que la France, par cette opération, gagnerait – de manière tout à fait pacifique – un accroissement territorial et démographique, qui lui permettrait de réduire sensiblement son différentiel avec l’Allemagne et d’augmenter ses droits de vote dans les institutions européennes. La mariée, comme on dit, ne viendrait pas les mains vides.

L’ECHO : BEAUCOUP DE WALLONS DISENT AIMER LA FRANCE, MAIS NE VOUDRAIENT PAS DEVENIR FRANÇAIS…


Jules Gheude : Ces états d’âme disparaîtront très vite le jour où l’on sera le nez sur le mur. Car on percevra alors très vite le cadre dans lequel la population wallonne a le plus de garanties de s’épanouir.

L’ECHO : QUE VOUS INSPIRE L’ACCESSION AU TRONE DE PHILIPPE ?

Jules Gheude : D’aucuns se réjouissent de voir Philippe arriver à la tête d’une Belgique pacifiée. Or, cette accession au trône intervient à dix mois d’élections à très haut risque, qui pourraient compromettre la survie même du pays. Par ailleurs, la personnalité de Philippe est fortement controversée en Flandre où l’on n’a pas oublié ses écarts de 2004 (son irritation à l’égard du VlaamsBelang) et de 2007 (sa manière de tancer vertement deux journalistes flamands). D’où les mises en garde faites récemment par cinq présidents de parti flamands dans la lettre qu’ils lui ont adressée. Et Bart De Wever de résumer ainsi la situation : C’est un secret de Polichinelle qu’à peu près aucun parti ne veut voir Philippe sur le trône. » Un Bart De Wever qui, comme la majorité de ses collègues, entend réduire la fonction royale à la portion congrue, strictement protocolaire.

 

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

"AUCUNE REFORME DE L’ETAT NE VIENDRA A BOUT DU NATIONALISME FLAMAND."

Regardée dans la perspective du temps long, la réflexion de Jules Gheude est parfaitement sensée.

Revenons au Congrès de Vienne de 1815, il y a deux siècles exactement. Napoléon définitivement vaincu à la bataille de Waterloo fera perdre à la France les territoires de l'actuelle Belgique qu'elle administrait depuis 1795. Dans le dessein avoué d'affaiblir définitivement la France, les Anglais ont obtenu de leurs puissants alliés d'alors, notamment la Prusse et la Russie tsariste la constitution d'un état tampon Hollande-Belgique qui tiendra à peine 15 ans. Les élites bourgeoises francophones tireront parti de la révolution contre les Hollandais calvinistes honnis pour installer un gouvernement provisoirelibéralo-catholique (leur union fera leur force) parlant uniquement la langue de Voltaire. On se tournera naturellement vers la France pour y choisir notre futurroi. Ce choix spontané se heurta au véto des Anglais qui redoutaient un renforcement de la France à leur détriment. 


Nous aurons donc un roi allemand qui faillit devenir prince consort de l'empire britannique: bref un quasi sujet de sa gracieuse majestéoncle de la reine Victoria par sa mère et oncle par son père de son mari Albert de Saxe Cobourg Gotha.


Alberto, Victoria et leurs neuf enfants

 

Et voilà que près de deux siècles plus tard la construction Belgique imaginéeautrefois par Londres implose.

Quoi de plus normal que de voir la partie francophone de ce pays artificiel vouloir rejoindre la république.

Bien sûr cvoeu si cher à Gheude n'est pas partagé par le personnel politique wallon craignant de perdre ses petits et grands privilèges dans une telle aventure.  Regardée dans la perspective du temps long, la réflexion de Jules Gheude est parfaitement clairvoyante et sensée. Elle s'inscrit dans la logique de l'histoire. "was zussammen gehört wird zusammenwachsen" disait Willy Brandt une décennie avant la réunification de l'Allemagne. L'histoire lui donna raison.

Nous sommes pour notre part persuadé que le pronostic de Gheude est le bon. Reste évidemment la question épineuse du sort de Bruxelles enclavée dans le futur état flamand?

MG

 

 

Aucun commentaire: