vendredi 6 septembre 2013

Milquet: "je n'ai pas dit que nous devions accueillir 4.000 Syriens"

BELGA


La Belgique doit-elle s'inspirer de la Suède qui accorde l'asile à tous les demandeurs syriens depuis mardi. 

La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet (cdH), a nuancé vendredi matin ses propos relayés par le journal Le Soir au sujet de l'accueil de réfugiés syriens en Belgique. Elle évoque un plan européen, où chaque Etat devrait prendre sa part. Mais "je n'ai pas dit que nous devions accueillir 4.000 personnes", affirme-t-elle à l'agence Belga. A la fin d'une interview sur la rentrée politique, Mme Milquetappelle à ne pas focaliser le débat syrien sur la question de l'intervention militaire, mais à la déplacer sur le front humanitaire. "J'ai demandé au kernqu'on ne se limite pas à discuter intervention/pas intervention, avoir de grands états d'âme, une grande conscience. La grande conscience, elle nous demande d'agir tout de suite pour les réfugiés", rapporte le quotidien. "On pourrait faire ce que fait la Suède et accueillir des personnes déplacées sous un statut provisoire, pas définitif. En Belgique, on a 4.000 places libres pour soulager les camps", d'après les propos cités dans l'article.

Mais ces déclarations ne signifient pas que la Belgique doit accueillir seule 4.000 réfugiés, a précisé Mme Milquet vendredi matin à l'agence Belga. Elle évoque "des proportions bien moindres".

La ministre de l'Intérieur veut un plan d'aide européen en trois axes: augmentation de l'aide humanitaire aux camps de réfugiés autour de la Syrie, traitement des blessés dans les hôpitaux, et accueil temporaire de réfugiés selon un partage équitable en Europe. "Mais je n'ai pas dit que nous devions accueillir 4.000 personnes, seulement que nous avons des places libres comme d'autres pays", a-t-elle conclu.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

J'AI DIT, JE N'AI PAS DIT!

Joëlle, l'éolienne qui brasse le vent, en arrière et en avant.

Parler pour ne rien dire et dire ensuite le contraire.

Elle nous fatigue et finira par fatiguer ses électeurs de son hyperactivité brouillonne. Ce qui est sûr, c'est que le téléphone syrien va fonctionner.

Achille Van Acker: "Zazi et pui ze réflési!"

Aucun commentaire: