dimanche 6 octobre 2013

2 400 € pour les fonctionnaires qui choisissent Bruxelles


FRÉDÉRIC CHARDON 

La Libre Belgique

De Lille veut inciter les fonctionnaires à vivre dans la capitale.


Les fonctionnaires bruxellois qui ont choisi de vivre dans les limites géographiques de la Région de Bruxelles-Capitale ont droit à une petite prime pour compenser le coût de la vie plus élevé qu’ailleurs. Ce bonus, qui s’ajoute donc aux salaires des agents, baptisé "prime de la vie chère" est d’environ 45 euros brut par mois et par agent. Ce n’est pas énorme, c’est clair.

Par conséquent, le ministre bruxellois en charge de la Fonction publique (mais aussi de la Mobilité), Bruno De Lille (Groen), souhaite augmenter drastiquement ce montant dès que la Région aura dégagé des marges budgétaires. Combien ? Bruno De Lille veut fixer le bonus en question à 200 euros brut par mois (soit 2 400 euros brut par an) afin d’inciter les fonctionnaires bruxellois à habiter dans la région pour laquelle ils travaillent.

"Ces 200 euros par mois de prime mensuelle pour habiter à Bruxelles, c’est mon objectif pour les fonctionnaires de la Région, confie Bruno De Lille. 

BUDGET : 9,6 MILLIONS PAR AN

Actuellement, sur les 8 000 agents de la Région 4 000 habitent déjà Bruxelles. L’évolution du bonus pour la vie chère de 45 à 200 euros aurait un coût très important : potentiellement, 9,6 millions par an. Mais Bruno De Lille relativise : "Il ne sera évidemment pas possible de débloquer un tel budget d’ici la fin de la législature. Il faut d’abord que des marges budgétaires plus importantes soient dégagées. L’important est bien sûr de garantir l’équilibre des finances de la Région. Toutefois, le gouvernement a déjà convenu que, lorsqu’il y aura des marges, la prime augmentera. Je pense que c’est un bon système car, sur le long terme, c’est intéressant pour la Région : les agents font partie de la classe moyenne et quand ils s’installent chez nous, ils paient aussi des taxes. Je crois que la Région sera même gagnante d’un point de vue budgétaire avec une grosse augmentation de la prime. C’est au début qu’il faudra payer mais, dans les deux ans, les premiers revenus supplémentaires vont venir via la fiscalité."

UNE EXIGENCE DE GROEN

Proposer, c’est bien. Mais ce bonus à 200 euros est-il vraiment possible compte tenu des réalités financières de la Région de Bruxelles-Capitale ? Pour le ministre de la Fonction publique, il faudra dégager dans les années à venir des bonis plus importants et puis faire des choix politiques sur leur affectation. "Actuellement, le budget 2014 en léger boni est le fruit de beaucoup d’efforts. On a voulu montrer de manière symbolique que Bruxelles ne se plaint plus. Mais il faudra des surplus budgétaires plus importants encore à l’avenir. Ce n’est pas avec nos 6 millions actuels de boni qu’on va payer nos 3 milliards de dette… Il y a donc un long travail à faire. Ce sera au prochain gouvernement de prendre cette responsabilité. Si je suis dans le prochain exécutif régional, j’agirai pour que l’on introduise des augmentations de la prime dès 2015 avec pour objectif, à terme, les 200 euros. Il faut avoir le courage de défendre ce genre de choses. Cela fera partie des demandes de Groen pour rentrer dans le prochain gouvernement : pouvoir augmenter considérablement le montant qui existe aujourd’hui."



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

SAUVE QUI PEUT?

Est-ce à dire que comme les rats, les  Bruxellois ont quitté et continuent à quitter le navire avant qu'il ne sombre...?

Olivier Maingain avance volontiers le chiffre de 150.000 Bruxellois exilés dans les communes à facilité. On y ajoutera au moins le double résidant dans les communes flamandes.

Comment les ramener à Bruxelles?

Avec des primes? On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre.

Mais ce ne sont pas ceux-là que le Flamand De Lille a en point de mire; lui veut appâter électoralement les fonctionnaires flamands qui vivent en Flandre où ils paient leurs impôts mais qui travaillent à Bruxelles.

Et les 200.000 qu'on attend pour 2020 à Bruxelles  c'est qui alors? De nouveaux primo arrivants et les enfants des ex primo arrivés qui viendront gonfler le nombre des chômeurs et assistés en tout genre.

"Le seul intérêt de cette annonce, c'est qu'on apprend que la moitié des fonctionnaires régionaux bruxellois habitent hors de la région."

Cet internaute a raison!

Quant à ce qu'annonce le suivant, cela nous laisse pantois:
"Groen a obtenu 5.806 voix aux régionales en 2009. Soit 1.890 voix de moins que le Cd&V et 4.279 de moins que le SPa. De Lille s'en fiche un peu des 4.000 navetteurs. Il ne vise que le vivier de 4.000 fonctionnaires (dont à mon avis pas mal de NLophones) résidant à Bxl (c'est beaucoup en regard de la niche électorale NL bruxelloise). D'ailleurs, le titre est trompeur : ce n'est nullement une prime à l'installation. Si on additionne toute ces voix  cela ne fait, au total (on ajoute 6.000 voix pour le VLD)pas même 30.000 électeurs. C'est dire que chaque voix flamande à Bruxelles vaut pratiquement deux voix francophones, ce qui est je l'ai dit déjà sidérant!

Autre commentaire: "Alors qu'on assiste à une gentrification de certaines capitales comme Londres, Rome, Paris, on assiste au contraire à une ghettoïsation accélérée de Bruxelles. "


"L'impossibilité de la ville à se moderniser, minée par des structures politiques inadéquates, des partages de compétences aberrants, des détournements de l'impôt massifs, résulte d'un calcul savant de la part des Flamands, assiéger la ville de toutes les façons possibles pour la faire mieux tomber dans leur escarcelle lorsqu'elle sera mûre.

A force de concentrer les activités dans les mêmes villes, les prix de logement sont tellement élevés, la qualité de vie est tellement basse, qu'il est inévitablement que certains ne peuvent/veulent pas habiter dans ces centres villes."

"On l'avait compris, c'est une pub déguisée pour être réélu. En attendant, ce pactole serait bien plus utile pour des milliers de choses à Bruxelles: état des voiries, booster l'emploi des jeunes, mise au travail de jeunes non qualifiés dans des secteurs de base, ..."

"Mais force est de constater que Bruxelles est, par rapport au reste du pays, une ville/Région chère. Proposer un sursalaire aux fonctionnaires régionaux afin que ceux-ci continuent de vivre (ou viennent s'installer) dans la Région pour laquelle ils travaillent n'est pas une mauvaise idée."

D'aucuns estiment que dans les années qui vienne la concurrence entre les villes ira crescendo. Ce sera à qui attire les cerveaux les plus créatifs, à qui réussira le mieux l'effort de gentrification. Mais tout le monde ne partage pas cet avis. De fait malgré les files quotidiennes à l'entrée de Bruxelles le matin et à la sortie de la capitale, le soir, l'exode vers la campagne semble se renforcer plus qu'il ne décroît et cela au détriment de la belle campagne wallonne qui s'urbanise à l'exemple des campagnes flamandes noyées sou le béton.   

MG

 

Aucun commentaire: