mardi 29 octobre 2013

L’extension de la mosquée en discussion


LISA SAOUL La Libre



Les responsables de la mosquée répondent aux inquiétudes des riverains.

Saint-Gilles

Au centre culturel El Mouhsinine de la rue de Suède, la salle de prière ne peut accueillir tous les fidèles, lors des jours de fête ou de la grande prière du vendredi. "Chaque jeudi soir, nous sommes contraints de déplacer tout le mobilier dans les salles de classe à l’étage, pour ne laisser personne dehors", explique Touhami Elaasri, le vice-président du centre religieux. Lorsque les responsables apprennent que le bâtiment voisin est en vente, ils souhaitent donc l’acheter pour mettre un terme à la situation contraignante.

Mais la commune active son droit de préemption et acquiert le bâtiment, avec l’idée d’y installer le charroi communal. Elle accepte tout de même que la mosquée puisse utiliser un espace de 376 m2, avec une porte donnant sur la rue de Hollande.

Les responsables du centre islamique El Mouhsinine font alors une demande de permis pour casser la cloison et agrandir l’espace de prière.

Mais le projet n’est pas du goût de Fatoumata Sidibé, chef de groupe FDF au Parlement francophone bruxellois : "C’est déjà très difficile de circuler et de trouver une place de parking pour se garer dans le quartier. Les vendredis, ils se garent en double file, bloquent la rue. S’ils agrandissent la mosquée, ce sera encore plus complexe", se plaint l’élue, qui évoque aussi le nombre important de lieux de culte musulmans dans le quartier : "Est-ce opportun d’agrandir l’espace alors qu’il y a déjà deux mosquées - celle de l’avenue Fonsny et celle de la rue Joseph - dans un rayon de trois kilomètres ?" Fatoumata Sidibé assure qu’elle n’est pas la seule à partager ce point de vue, différents riverains lui auraient fait part de leurs inquiétudes.

Pour les responsables de la mosquée, la députée FDF au Parlement bruxellois se trompe sur toute la ligne : "Ces aménagements n’ont pas pour but d’augmenter la capacité d’accueil des fidèles. Il s’agit seulement d’éviter de les accueillir dans les salles de classe", répond l’un des conseillers, Hallouch Arbib.

Pour les responsables, ces nouveaux aménagements permettront, au contraire, de fluidifier le trafic dans le quartier : "Les travaux permettront de créer une nouvelle entrée donnant sur la rue de Hollande. Cette porte permettra de répondre aux normes de sécurité. Elle permettra également aux fidèles d’entrer et de sortir des deux côtés, et donc de réduire les problèmes de circulation", ajoute Touhami Elaasri, le vice-président du centre.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

EGLISES VIDES ET MOSQUEES PLEINES


L'Europe, terre chrétienne pendant des millénaires se sécularisa en deux siècles, à la vitesse des Lumières. Il y a pléthore d'églises et carence de prêtres, surtout de fidèles. En revanche, ceux qu'on appela très longtemps les infidèles sont légions à prier dans les espaces publics, dans les écoles, les usines, les ateliers...De centaines de garages, d'ateliers, d'usines furent convertis en mosquées tandis que, désacralisées, les églises deviennent tantôt librairies (la plus belle est à Maastricht), tantôt centres de séminaires ou carrément bars à danser, carrément. Mais quand comprendra-t-on,dans ce royaume en sursis, qu'il faut former les imams dans nos universités?

MG


Commentaires de lecteurs

"Qu'on leur construise des mosquées cela va de soi, à condition que cela ne trouble pas l'ordre publique et la circulation. Ne nous rabaissons pas au niveau des gouvernements égyptiens successifs qui interdisent tout construction ou rénovation d'églises dans ce pays qui était d'abord chrétien avant d'être musulman."

"Par contre, qu'on contrôle ce qui est dit dans ces mosquées, la formation et la désignation des imams,... afin d'éviter que les mosquées ne deviennent des lieux où l'on incite à la haine, au rejet de l'autre,....

"Cela évitera les mosquées clandestines et les soi-disant 'imams' qui ne sont rien d'autres que de dangereux agitateurs radicaux."

 

"Il n'y a rien à interdire... Si le nombre de croyants croît, ils ont le droit de disposer d'un lieu de culte adapté.
C'est en amont qu'il faut se poser des questions.
Pourquoi de plus en plus de musulmans, pourquoi de moins en moins de chrétiens ?
Mais je pense que tout le monde connaît la réponse, non ?"

 

 

Aucun commentaire: